Newsletter Numéro 22                                                                                01 septembre 2004
                                                                                                                                                                                  (most recent update: 07 February 2006)


Francis McCollum Feeley


 SCANDALE A STENDHAL

 

(sur “l’extinction” du CEIMSA/ The Center for the Advanced study of Americain Institutions and Social Movements,

et la liquidation de son site web à l’Université Stendhal-Grenoble 3

en juin-juillet 2004)

 

 

Par le Professeur Francis McCollum Feeley

Président du CEIMSA-EN-EXILE

http://dimension.ucsd.edu/CEIMSA-IN-EXILE/index.html

 

1 septembre 2004



 Version française

LE DOSSIER DU CEIMSA
UNIVERSITE STENDHAL-GRENOBLE 3
(2004)

TABLE DES MATIERES

 

Chronologie du CEIMSA (2000-2004).

Document #1……………………Un bref historique de la crise au CEIMSA.

         (*) A. La création du CEIMSA (Compte rendu du Conseil Scientifique, le 19 Septembre 2000).

 

         (*) B. Message ( reçu début Février 2003) du Ministère de l’Education qui refuse de 

            reconnaître notre centre officiellement  en raison de sa petite taille.


         (*) C. Message de l’ancien président de l’Université Stendhal, Mme. Lise Dumasy, qui

me presse de faire rapidement  appel de la décision du Ministère (Février 2003).

 

         (*) D. Réponse à Mme Dumasy (Février 2003).

 

         (*) E. COMPTE RENDU CONSEIL SCIENTIFIQUE, SEANCE PLENIERE DU MARDI 23 mars 2004.

 

 (*) F. Message e-mail du président du conseil scientifique de l’Université Stendhal

University, M. Michael Lafon, m’informant qu’il n’a nullement l’intention de sauver

garder notre centre de recherché en le laissant s’affilier à sa “grosse” équipe

constituée de plusieurs centres de recherches, et m’informant de plus de qu’il est sur

le point, avec le nouveau president de l’université M.Chezaud, de mettre fin aux activités de notre centre de recherche, d’effacer ses archives universitaires et de mettre un terme à son existence (11 Juin 2004).

 

Document #2……………………A defense of CEIMSA/ Plaidoyer pour le CEIMSA (18 Juin 2004).

Document #3……………..…….Appel à soutenir le CEIMSA (22 June 2004).

Document #4…………...………Première série de 16 Lettres de soutien pour le CEIMSA de la part d’Universitaires renommés,

           de Professeurs, et d’Etudiants.

Document #5…………………….Lettre de Bertell Ollman, Professeur à NYU. (29 Juin 2004)

Document #6…………………….Lettre d’Elisabeth Chamorand, Universitaire grenobloise

(2 Juillet 2004)

Document #7………..…………..Première indication que le site internet du CEIMSA a été fermé  (30 Juin 2004). + deuxième

série de 12 lettres de soutien au centre de recherches CEIMSA.

(*)Document #8………….……...Lettre de la Vice-Présidente, Odile Lagacherie, annonçant la fermeture du site internet du

CEIMSA (reçue le 1 Juillet 2004).

Document #9……………………Lettre annonçant la fermeture du site internet du CEIMSA à tous les chercheurs associés.

Document #10…………..………Lettres de protestation contre la fermeture du site internet  du CEIMSA de la part

d’universitaires et d’étudiants qui l’utilisent régulièrement.

Document #11…………………….Lettre de soutien au CEIMSA de Yuri Stulov, Universitaire d’Europe de l’Est, Président de

 l’Association Biélorusse d’Etudes Américaines (7 Juillet 2004).

(*)Document #12…………………Réponse officielle du Président Patrick Chezaud et du Vice-Président Michel Lafon aux

protestations internationales contre la fermeture du CEIMSA (7 Juillet 2004).

Document #13……………………Lettre de protestation contre la fermeture du CEIMSA par le Professeur Ronald Creagh de

Montpellier (8 Juillet 2004).

Document #14…………………….Letter du Professeur John Gerassi, du Queens College, New York (9 Juillet 2004).

Document #15…………………….Lettre de soutien au CEIMSA by Philippe Decamps (24 Juin 2004).

Document #16…………………….Lettre de soutien du Professeur Andrew Ross, New York University (28 Juin 2004).

Document #17………………….....Lettre de soutien d’un groupe de collègues de l’UFR d’Anglais de l’Université Stendhal alertés

par cette situation.

Document #18…………………….Petition signée par des collègues de l’UFR d’Anglais, l’Université Stendhal (8 Juillet 2004).

(*) Document #19…….…………..Compte-rendu du meeting avec le President Chezaud (8 juillet 2004) + Lettre au Vice-

président Michel Lafon demandant une place dans l’ordre du jour de la réunion du Conseil Scientifique à l’automne

prochain.

Document #20…………,…………Lettre exprimant le soutien de l’ancienne Présidente de l’Université Lise Dumasy + lettres

d’étudiants de troisième cycle de Grenoble protestant contre la fermeture du site internet du CEIMSA + appel et

demande d’assistance au Tribunal Administratif de Grenoble, avec copies transmises au Conseil Régional.

Document #21………………………Documents envoyés au Tribunal Administratif de Grenoble.

Document #22………………………Communication au personnes soutenant CEIMSA (30 Juillet 2004).

Document #23………………………Lettre du Syndicat National des Chercheurs Scientifiques  FSU (30 Juillet 2004).

Document #24………………………Lettre du Tribunal Administratif de Grenoble (2 Août 2004).

Document #25…………………,,….Deuxième lettre adressée au Tribunal Administratif de Grenoble (10 Août 2004).

Document #26………………………Correspondance par lettre entre Alain Lecourieux et Susan George concernant la liquidation

site Internet du CEIMSA (10 & 12 Août 2004).

Document #27……………………....Deuxième réponse du Tribunal Administratif de Grenoble (12 August 2004).

Document #28………………,………Lettre d’un étudiant de troisième cycle de l’Université Stendhal demandant la réouverture du

site Internet du CEIMSA(24 Août, 2004).

 

Document #29……………………….Message de Susan George, Vice-Présidente d’ATTAC, informant le CEIMSA que la session

            plénière de l’Université d’été d’ATTAC, tenue le 25 août 2004, a fait part de sa solidarité avec nos efforts visant à rouvrir le

            site Internet du CEIMSA à l’Université Stendhal (27 août 2004).

Document #30…………….………...L’invitation d’utiliser le service du webmaster et le serveur à l’Université du Californie au nom

            de la liberté d’expression universitaire (28 août 2004).

 

Document #31……………….……...Lettre aux Députés du Département de l’Isère élus à l’Assemblée Nationale (31 août 2004).

 

Document #32……………..………..Article écrit par Florence DALMAS et publié dans le Dauphiné Liberé, le 7 septembre 2004.

 

Docuement #33………...................Lettre de l’ancien Sécrétaire Général à l’Univearsité Joseph Fourier-Grenoble I.     

 

Document #34………….…………….Letter du professeur de géographie Jean-Jacques Blain at l’Université Pierre

             Mendes-France Grenoble 2.

 

Document #35………….…………….Article par Dr. Marc Olivier, economist et membre du Centre l'Information Inter-

             Peuples à Grenoble, pour publication dans le bulletin du CIIP.

 

Document #36………….…………….Projet d’un communiqué au Président Chezaud de la part de la FSU.

 

Document #37………………………..Lettre ouverte au président de l’Université Stendhal, M. Patrick Chezaud (14 septembre

             2004).

 

Document #38………….…………....Lettre de soutien du professeur Jean-Marie Ruiz qui décrit un projet de réseau entre le

             CEIMSA et son centre de recherche à l'Université de Savoie à Chambéry

 

Document #39………….…………….Lettre de Michel Destot, Maire de Grenoble et Député de l'Isère à l'Assemblée nationale

 

Document #40………….…………….Lettre du professeur Francis Feeley, demandant une assemblée générale de l'UFR

             d'Etudes anglophones pour débattre de l'avenir du CEIMSA

 

Document #41………….…………….Lettre de la Directrice de l'UFR, Susan Blattes à Francis Feeley, expliquant son refus

             d'une assemblée générale de l'UFR d'Etudes anglophones pour débattre de l'avenir du CEIMSA

 

Document #42………….…………….Lettre du professeur Chantao Massol, membre du conseil scientifique de l'Université

             Stendhal, adressée à Pierre Saramito et au Syndicat National des Chercheurs Scientifiques (SNCS-FSU) dans laquelle

             elle explique pourquoi elle soutient la décision de l'administration de l'Université Stendhal de fermer le centre du

             CEIMSA et son site internet (voir Document #23).

 

Document #43………….…………….Réponse au professeur Chantal Massol de Pierre Saramito, Syndicat national des

             Chercheurs Scientifiques (SNCS-FSU)

 

Document #44………….…………….Lettre du professeur Judith Ezekiel (Université de Toulouse) au Président de l'Université

             Stendhal, Patrick Chezaud, dans laquelle elle exprime son soutien aux activités scientifiques du CEIMSA et propose

             d'établir un réseau interuniversitaire entre les centres d'études américaines de nos deux universités (comme l'avait

             proposé le Ministère il y a un an dans son rapport sur le CEIMSA).

 

(*)Document #45………………….....Un essai de communiquer et un Communiqué de la Présidence de l’Université

             Stendhal de Grenoble.

 

Document #46……………………….Lettre de Didier Migaud, Maire de Seyssins et Député de l'Isère à l'Assemblée nationale

 

Document #47……………………....Lettre du professeur Larry Portis (Université de Montpellier 3) au Président de

             l'Université Stendhal, Patrick Chezaud, dans laquelle il propose d'établir un réseau interuniversitaire entre les centres

             d'études américaines de nos deux universités comme l'avait proposé le Ministère il y a un an dans son rapport de février

             2003 sur le CEIMSA. (voir document #1.)

 

Document #48………………………Lettre du journaliste Serge Halimi du Monde diplomatique à Paris sur LA LIQUIDATION

              DU CEIMSA ET SON SITE INTERNET, & LA JUSTIFICATION MANQUEE DE LA PART DE L'ADMINISTRATION DE

              L'UNIVERSITE STENDHAL (22 septembre 2004).

 

Document #49……………….………Négociations en préparation des négociations avec le Président Patrick Chezaud,
             le 13 octobre 2004.
 
(*)Document #50…………………….Commentaire critique du compte rendu de la réunion du Conseil Scientifique du
            16 septembre.
 
Document #51……………………….Lettre adressée à M. Marc Troivallets, le Sécretaire du SNESup à l’Université Stendhal, le
             22 octobre 2004, concernant les négotiations proposées avec le Président Chezaud.

Document #52…………………….....Lettre adressée aux membres du Conseil de l’Adminstration à l’Université Stendhal :
             « UNE DEMANDE URGENTE AU NOM DE LA JUSTICE. »
 
Document #53……………………….Lettre du CONSEIL D’ETAT (avec deux documents attachés), le 24 novembre 2004.
 
Document #54…………….……Lettre de SNESup-Université Stendhal au Professeur Fred Lonidier, Président
                 de l’ AFT 
San Diego Local 2034, AFL-CIO University of California, 28 novembre 2004.

Document #55………...……….Lettre Ouverte de Michael GUILHEM au Président Chezaud en defense du
                 CEIMSA à 
l’Université Stendhal.
 
Document #56……………..…………UN APPEL AU SECRETAIRE GENERAL DU SNESup FSU DE LA PART DE
               
F. FEELEY A GRENOBLE,  10 décembre 2004.
 
Document #57…………………………Lettre au Tribunal Administratif, Grenoble, le 15 décembre 2004.
 
Document #58………………..……….Petition adressée au Président Patrick Chezaud signé par 50 étudiants de
                3ème  Cycle à l’Université Stendhal, janvier 2005.
 
Document #59…………………..……CONFERENCE DE PRESSE AVEC SUSAN GEORGE SUR "MADAME LA
            CENSURE" A L'UNIVERSITE STENDHAL -- 3 MARS 2005 A 14h.
 
Document #60…………………………« De la censure académique » : article publié dans le journal Rapport de Forces des
                étudiants de l'Université Paris lV (RAPPORT DE FORCES, LE JOURNAL DE L'AGEPS-UNEF, N° 2, 
                JANVIER/FEVRIER2005;Tel:01.40.46.32.27 à La Sorbonne).
 
Document #61…………………………« Rapport sur la conférence de presse », le mardi , 3 mars, à la Maison des
            Associations en Grenoble.

Document #62…………………………« 
Compte rendu de l’entretien éclair avec le président M. Patrick Chézaud avant le
            Conseil d’Administration », du vendredi 25 mars 2005 à 14h.
 
Document #63…………………………« Compte rendu réunion M. Chézaud », le mardi, 29 mars 2005 à 15 H 30.
 
Document #64…………………………« Lettre du Comité de Soutien du CEIMSA aux CA et CS », le 4 avril 2005.
 
Document #65…………………………« Un tract distribué par les délégés des étudiants de l’UFR d’Anglais aux membres du
            CS avant la reunion du 26 avril 2005. »
 
Document #66…………………………« La recherche à Stendhal soulève de graves questions déontologiques de Julia
            Hebert Perceval, 13 mai 2005. »
 
Document #67…………………………« Défense contre l’attaque lancée par vice-président Michel Lafon et M. Daniel
            Loy, l’agent comptable à l’Université Stendhal. »
 
Document #68…………………………« Article publié par SNCS-FSU à Paris le 14 avril 2005. »

Document #69...............................« L’Histoire du CEIMSA au Conseil régional Rhône-Alpes dupuis 2001,
             et la question de 30 000 FF pour les droits d'auteurs au colloque du janvier 2002. »

Document #70................................
« Une nouvelle forme de censure à l'Université Stendhal ? »

(*)Document #71.............................
« Un echange de sept lettres à propos la censeur en janvier 2006 par
             l'administration de
l'Université Stendhal-Grenoble 3 en janvier 2006. »

(*)Document #72..............................« LETTRE OUVERTE AU PROFESSEUR ROGER BELLON, VICE-PRESIDENT DU
                CONSEIL DE L'ADMINISTRATION A L' UNIVERSITE STENDHAL-GRENOBLE 3. » (Une mise en cause de la déontologie universitaire?)


NOTE: (*)=communications d’administrateurs Universitaires (ministère, président, vice-présidents).


 

English version

 

THE CEIMSA DOSSIER

UNIVERSITE STEHDHAL-GRENOBLE 3

(2004)

 

TABLE OF CONTENTS

 

 

Chronology of CEIMSA (2000-2004).

 

Document #1……………………A brief history of the crisis at CEIMSA.

         (*) A. The creation of CEIMSA (Minutes of the 19 September 2000 Meeting of the Conseil Scientifique).

 

         (*) B. Message (received in early February 2003) from Ministry of Education refusing to give

                formal recognition to our Center because of it small size.

 

         (*) C. Message from the former president of Stendhal University, Mme. Lise Dumasy, who urged

                me to appeal the Ministry's decision quickly (February 2003).

 

          (*) D. Reply to President Dumasy (February 2003).

 

          (*) E. Minutes of the 23 March 2004 meeting of the Conseil Scientifique at Stendhal University.

 

          (*) F. An electronic message from the president of the Conseil Scientifique at Stendhal

University, M. Michael Lafon, informing me that he has no intention to save our research center by allowing it to affiliate with his large "equipe" of several research centers, and furthermore informing me that he and the new university president, M. Chezaud, are about to demand the termination of our center's activities, its university archives, and its entire existence (11 June 2004).

 

Document #2……………………A defense of CEIMSA/ Plaidoyer pour le CEIMSA (18 June 2004)

 

Document #3……………..……..A call for support of CEIMSA (22 June 2004)

 

Document #4…………….………First series of 16 Letters of support for CEIMSA from Scholars,

                Teachers, and Students

 

Document #5…………………….Letter from NYU professor Bertell Ollman. (29 June 2004)

 

Document #6…………………….Letter from Grenoble Scholar, Elisabeth Chamorand (2 July 2004)

 

Document #7………..…………..The first indication that the CEIMSA web site was ordered to be

                closed down (30 June 2004). + second series of  12 letters supporting the research center

                CEIMSA.

 

(*)Document #8………………....Letter from Vice-President Odile Lagacherie announcing the

                closure of the CEIMSA web site (received 1 July 2004).

 

Document #9……………….……Letter announcing the closure of the CEIMSA web site to all

                research associates.

 

Document #10……………………Letters and petitions protesting the closing of the CEIMSA web site

                by scholars and students who make frequent use of this Internet web site.

 

Document #11…………………….Letter of support for CEIMSA by Eastern European scholar, Yuri

                Stulov, President of .the Belarusan Association of American Studies (7 July 2004).

 

(*)Document #12…………………Official reply to the international protest against the closing of

                CEIMSA by President Patrick Chezaud and Vice-President Michel Lafon (7 July 2004).

 

Document #13……………….……Letter protesting the closing of CEIMSA by Professor Ronald

                Creagh of Montpellier (8 July 2004).

 

Document #14…………………….Letter from Professor John Gerassi, Queens College, New York

(9 July 2004).

 

Document #15…………………….Letter of support for CEIMSA by Philippe Decamps

(24 June 2004).

 

Document #16…………………….Letter of support from Professor Andrew Ross, New York

                University (28 June 2004).

 

Document #17………………….....Letter of support from a group of concerned colleagues in the UFR

                d’Anglais, Université Stendhal.

 

Document #18…………………….Petition signed by colleagues in the UFR d’Angalis, Universite

                Stendhal (8 July 2004).

 

(*)Document #19……………..…..Compt rendu du meeting avec le President Chezaud (8 juillet

                2004) +  Letter to V-P Michel Lafon requesting a place on the agenda at the Conseil

                Scientifique meeting next fall.

 

Document #20………………….…Letter showing support of former University President Lise

                Dumasy + letters from Grenoble graduate students prptesting the closure of the CEIMSA web

                site + the appeal for assistance at the Tribunal Administratif de Grenoble, with copies sent to

                the Conseil Regional.

 

Document #21………………….....Documents sent to the Tribunal Administratif de Grenoble.

 

Document #22…………………….Communication to supporters of CEIMSA (30 July 2004).

 

Document #23……………………..Letter from the Syndicat National des Chercheurs Scientifiques –

                FSU (30 July 2004).

 

Document #24……………………...Letter from the Tribunal Administratif de Grenoble

(2 August 2004).

 

Document #25……………………...Second letter to the Tribunal Administratif de Grenoble

(10 August 2004).

 

Document #26……………………...The exchange of letters between Alain Lecourieux and Susan

                George concerning the liquidation of the CEIMSA web site (10 & 12 August 2004).

 

Document #27……………………..Second reply from Tribunal Adminstratif de Grenoble

(12 August 2004).

 

Document #28………………..……Letter from Stendhal University graduate student requesting

                access to the CEIMSA web site (August 24, 2004).

 

Document #29………………..……Message from Susan George, Vice-President of ATTAC,

                informing CEIMSA that the plenary session of ATTAC Summer University, held on

25 August, expressed solidarity with our effort to restore the CEIMSA web site at Stendhal

University (August 27, 2004).

 

Document #30……………………...The CEIMSA web site is invited to use The University of

                California server for the protection of Academic Freedom. (28 August 2004)

 

Document #31……………………...Letter to the Deputies from the Departement of Isère elected to French National Assembly

                (31 August 2004).

 

Document #32………………….….Article écrit par Florence DALMAS et publié dans le Dauphiné Liberé, le 7 septembre

                2004.

 

Document #33…………….……….Letter of support from the former Sécrétaire Général at l’Univearsité Joseph Fourier-

                Grenoble 1.

 

Document #34……………..……….Letter of support from Geography Professor Jean-Jacques Blain at l’Université Pierre

                Mendes-France Grenoble 2.

 

Document #35…………….….…….By Marc Olivier, economist et membre du Centre d'Information Inter-Peuples à Grenoble,

                pour publication dans le bulletin du CIIP.

 

Document #36…………….….…….Un communiqué de la section départementale de la FSU-Isère et de la section académique

                du SNESup.

 

Document #37…………….....,……..Open letter to Standhal University President M. Patrick Chezaud (14 September 2004).

 

Document #38……………….……...Letter of  support from Professor Jean-Marie Ruiz, describing a project to create a network between

                CEIMSA from his research center at Université de Savoie in Chambery.

 

Document #39………………....…....Letter from Michel Destot, Mayor of Grenoble and Deputy form Isère elected to the National

               Assembly.

 

Document #40……………………....Letter from Professor Feeley requesting a general meeting of the UFR d’Anglais to discuss the

                future of CEIMSA.

 

Document #41……………………....Letter from Department Chair, Susan Blattès to Francis Feeley, explaining why she turned down

                his request for a Departmental meeting.

 

Document #42………………………Letter from Professor Chantao Massol, member of the Conseil Scientifique at Stendhal

                University, addressed to Pierre.Saramito and the Syndicat National des Chercheurs Scientifiques (SNCS-FSU) in which she gives

                her reasons for supporting the Stendhal University administration’s decision to close the CEIMSA center and web site.

 

Document #43………………………Reply to Professor Chantal Massol, from Dr. Pierre Saramito, Syndicat National des Chercheurs

                Scientifiques (SNCS-FSU) (see Document #23).

 

Document #44………………………Letter from Professor Judith Ezkiel (Université de Toulouse) to Stendhal President Partick

                Chezaud in which  she states her support of the scientific activities organized by CEIMSA and proposes to establish an inter-

                university network between the American Studies centers at our two universities (as the Ministry had proposed a year ago, in its

                2003 review of CEIMSA.

 

(*)Document #45………….……..…An attempt to communicate and a Communiqué from the presidential team at

                Stendhal University-Grenoble3.

 

Document #46…………….………...Letter from Didier Migaud, Mayor of Seyssins and Deputy form Isère elected to the

                National Assembly.

 

Document #47…………………….....Letter from Professor Larry Portis (Université de Montpellier 3) to Stendhal President Partick

                Chezaud in which  he proposes to establish an inter-university network between the American Studies centers at our two

                Universities, as the Ministry had proposed a year ago, in its 2003 review of CEIMSA. (see Document #1.)

 

Document #48……………………….Letter from journalist Serge Halimi of Le Monde diplomatique (Paris) on the liquidation of

                CEIMSA and its web site at http://www.u-grenoble3.fr/CEIMSA/  & the non-justification on the part of the Stendhal University

                administration (22 September 2004).

 

Document #49……………………….NEGOTIATIONS WITHIN NEGOTIATIONS FOR THE SURVIVAL OF

            CEIMSA.

 

(*)Document #50……………………A BILINGUAL CRITIQUE OF THE COMPTE RENDU OF THE CONSEIL

            SCIENTIFIQUE MEETING OF 16 SEPTEMBER 2004 : "L'AFFAIRE FEELEY" IS DISCUSSED.

 

Document #51……………………….Lettre to M. Marc Troivallets, Secretary of the SNESup Local at Stendhal University,
             dated 22 octobre 2004, and concerning the proposed negotiations betzeen CEIMSA and university president Patrick
             Chezaud.


Document #52……………..………….Letter addressed to the Conseil de l’Administration at Stendhal University: « An Urgent

             Request, in the Name of Justice » .

 

Document #53………………...………Letter from the CONSEIL D’ETAT (with two documents attached), 24 November

                2004.

Document #54…………….…...………Letter from the French Teachers Union , SNESup-Université Stendhal, to Professor Fred Lonidier,

 President of AFT San Diego Local 2034, AFL-CIO University of California-San Diego (UCSD), 28 November 2004.

 

Document #55…………………...…….Open Letter from Michael GUILHEM to University President Patrick Chezaud in defense of

CEIMSA at the Stendhal University-Grenoble 3.

 

Document # 56…………………....…...An Appeal from Professor Francis Feeley to the General Secretary of the National Teachers Union,

                SNESup-FSU, Grenoble, 10 December 2004.

 

Document #57……………………...….Letter from Professor Francis Feeley to the Administrative Tribunal in Grenoble, 15 December 2004.

 

Document #58………………………....Petition to University President Patrick Chezaud, signed by 50 granduate students in American

Studies at Stendhal University, January 2005.

 

Document #59………………...……….Press Conference with Susan George on “Censorship at Stendhal University”, 3 March 2005

at 2:00 P.M.

 

Document #60…………………..……."De la censure académique", an article published in the French student newspaper, Rapport de

Forces, at Paris IV University (From RAPPORT DE FORCES, LE JOURNAL DE L'AGEPS-UNEF, No.2, JANVIER/FEVRIER 2005 ;

Tel : 01.40.46.32.27 at La Sorbonne).

 

Document #61………………….…….“Report on the March 3rd Press Conference” held at the Maison des Associations in Grenoble.

 

Document #62…………………..……"Report on the Discussion with President Chézaud, before the Conseil
                d’Administration Meeting”, Friday, March 25th  at 2 :00 o’clock.

Document #63…………………..……"Minutes from the Meeting with President Chézaud," Tuesday, March 29th  at 3:30.

Document #64………………….……."Letter from the Committee of Support for the Return of CEIMSA to Stendhal University to
                the University Conseil d’Administration and Conseil Scientifique,", April 4 , 2005.
 
Document #65…………………..…... “Flier distributed by UFR d’Anglais student representatives to members of the CS at Stendhal
                University before the monthly meeting, on April 26, 2005.”
 
Document #66…………………..……"Research at Stendhal University raises serious questions about professional ethics,"
                by Julia Herbert Perceval, 13 May 2005.
 
Document #67…………………..……“Defense against the personal attack by Vice-President Michel Lafon M. Daniel Loy,
                Financial Officer at Stendhal University.”

Document #68…………………..……"Article published by SNCS-FSU in Paris on 14 April 2005"

Document #69........................................ "The History of CEIMSA and the Conseil Regional Rhône-Alpes since 2001,
                and the question 30,000 French Francs for authors' royalties for the publication of their papers delivered at this colloquium."

Document#70........................................"A New Form of Censorship at Stendhal University".

(*)Document#71..................................."An Exchange of Seven letters concerning the Stendhal University Administration's censorship in
                January 2006."

(*)Document#72..................................." Open Letter to Professor Roger Bellon, Vice-President of the CONSEIL DE
                L'ADMINISTRATION at Stendhal University-Grenoble-3."
(A question of administrative ethics at Stendhal University?)


NOTE : (*)=communications from University administrators (ministry, president, vice-presidents).

 

Version française :


LE DOSSIER DU CEIMSA
UNIVERSITE STEHDHAL-GRENOBLE 3

CHRONOLOGIE DU CEIMSA
(2000-2004)

Septembre 2000 :
Reconnaissance officielle par le Conseil Scienfique et attribution d’un BQR.

Janvier 2001 :
Conférence des directeurs/directrices du CEIMSA à Grenoble, 18 janvier 2001.

Septembre 2001:
Le Conseil Scientifique de l’Université Stendhal attribue au CEIMSA un second  BQR annuel afin de mettre sur pied sa Première Conférence Internationale en Janvier 2002.

Mars 2001 :
“McDonald’s Restaurants: A Brief History”, communication faite à la première conférence régionale du Centre d’Information et d’Étude sur les Stratégies Internationales des Mouvements et Sociéttés Anglophones (C.I.E.S.I.M.S.A.), “The McDonald’s Corporation: Past, Present, and Future Tense”, tenue à l’Université Stendhal, Grenoble, le 15 mars 2001.

Mai 2001 :
Responsable de la conférence regionale: “Corporate Control of the Media in the United States”, organisée par CEIMSA, avec une intervention par Mathieu O’Neil sur le film, “Fear and Loathing in the News Room”, et un débat : “Les media en France et aux Etats-Unis”. Tenu à l’Université Stendhal, le 10 mai 2001.

Novembre 2001
:
"Burn," film de Gillo Pontecorvo.

Janvier 2002:
Programme du Colloque International de 11-12 janvier 2002 :
"Réflexions sur l'impact des entreprises multinationales américaines dans la societé/Reflections on the Social Impact of American Multinational Corporations"
 
La Publication des Actes du Colloque des 11-12 janvier 2002
   (550 pp.)
·  Intervenants au colloque
·  Biographie des intervenants

Avril 2002:
En tant que président du CEIMSA, j’ai été invité à fair ele discours d’ouverture de la conférence internationale, «Beyond the great narrative: the challenge of the postmodern», organisée par l’University of the Humanities et le Public Affairs Section de l’ambassade américaine à Minsk, Biélorussie, les 23-25 avril 2002.

Mai 2002:
En tant que président du CEIMSA, communication sur «L’hégémonie économique et politique des Etats-Unis», faites à la conférence, “Débats-citoyens”, organisé par l’Association ScienceTechonologie Société (ASTS), avec la participation de Madame Monique Pinçon-Charlot, Messieurs Pierre Musso et Albert Jacquard, à la ville des Mureaux, le 14 mai 2002.

Septembre 2002:
En tant que president du CEIMSA, communication sur «La gauche américaine » faite à la conférence, "L'Université d'automne (Paris), le 10 septembre 2002. Sous la direction de Gilbert Wasserman.

Decembre 2002
:
Conférence sur les ouvrages de Howard Zinn, avec l'édition Argon a l'Institut d'Etudes Politiques de Grenoble : "Trois générations de la gauche américaine : H. Zinn , l’auteur du A People's History of the United States," le 11 décembre, 2002.

Decembre 2002
:
Conférence sur "Les Media, la Démocracie et les Droits de l’homme", avec Noam Chomsky à Genève, le 11 decembre 2002.

 
Février 2003 :
En tant que president du CEIMSA, intervention pour Le monde diplomatique (Le Tonneau, à Grenoble) : "L'impérialisme américain, passé, présent et … perspectives", 17 février, 2003.

Mai 2003 :
Programme des Journées d'Etudes internationals les 5 et 6 mai


2003
:

" L'Autre Coté de l'Amérique ", avec Professeur Howard Zinn (USA), Professeur John Gerassi (USA), Professeur Ronald Creagh (Montpellier), Serge Halimi (Paris), Gilbert Ackar (Paris),
etc. . . .

 

·La Publication des Actes des Journées d'Etudes des 5-6 mai 2003 :

"L'Autre Coté de l'Amérique"

Novembre 2003 :
Professeur Hazel Rowley : "The Life and Times of Richard Wright".

Mars 2004 :
Séminaire sur l’histoire de la classe ouvrière américaine :
Film-documentaire primé de l’Université du Colorado, "The Ludlow Massacre".
 
23 mars 2004 :
Le Conseil Scientifique à l’Université Stendhal vote de ne pas donner un troisième BQR à CEIMSA pour le Troisième Colloque International des 22-23 avril, avec Jim Hightower.

Avril 2004 :
American Social Movements in the 1960s :
Film-documentaire primé sur la Première Révolte Etudiante contre l’Amérique des grandes enterprises "BERKELEY IN THE 60s".
 
Avril 2004:
 
Programme du Colloque International de 22 et 23 avril 2004 :
"L'Etat contemporain de la culture politique américaine/The Contemporary State Of American Political Culture"
with Jim Hightower, Susan DeMarco, Diana Johnstone, Philip Golub, and other French and American specialists of American political culture.
 

La Publication du livre: «Ces truands qui nous gouvernent» 450pp. (Editions du croquant, avril 2004)

·Intervenants au colloque

·Biographie des intervenants


Mai 2004 :
En tant que president du CEIMSA, j’ai été invité à faire une intervention sur "Le mouvement ouvrier aux Etats-Unis à la fin de la guerre du Vietnam", intervention au Centre d'Histoire du Travail, Nantes, France, le 10 mai 2004.

11 Juin :
MESSAGE-MAIL DE M.LAFON ANNOUNCANT "L’EXTINCTION" DU CEIMSA.

28 Juin :
LETTRE D’ODILE LAGACHERIE ANNOUNCANT LA LIQUIDATION SITE INTERNET DU CEIMSA A COMPTER DU 1ER JUILLET .

1 Juillet :
Le site internet du CEIMSA est enlevé du serveur de l’Université Stendhal..

6 Juillet :
Des étudiants estivaux de l’Université d’Austin au Texas adressent une petition à M.Chezaud afin qu’il rouvre le site internet du CEIMSA dont ils ont besoin pour compléter le travail qui leur est demandé dans le cadre de leur cours d’été de Politique  Extérieure Américaine à l’Université Stendhal.

Juillet/Août :
Voir les documents ci-dessous qui représentent le mouvement de défense de la liberté académique à l’Université Stendhal.

28 Août :
L’Université de Californie accepte de défendre la liberté d’expression contre la censure de l’Université Stendhal en offrant d’accueillir temporairement le site internet CEIMSA-IN-EXILE jusqu’à ce que le site du CEIMSA et la liberté académique soient restaurés à l’Université Stendhal.

31 Août :

Lettre aux députés du Département de l’Isère élu à l’Assemblée Nationale.


1 Septembre :
Rencontre avec des avocats du FSU afin de discuter de la réouverture du site internet du CEIMSA à Stendhal.


______________________________________________________________________

English version :

 

THE CEIMSA DOSSIER

UNIVERSITE STEHDHAL-GRENOBLE 3

 

CHRONOLOGY OF CEIMSA

(2000-2004)

 

 

September 2000 :

The formal recognition of CEIMSA by the Conseil Scienfique and the award of a BQR.

 

January 2001 :

Conférence des directeurs/directrices du CEIMSA à Grenoble, 18 janvier 2001.

 

September 2001 :

The Conseil Scientifique at Stendhal University award CEIMSA a second annual BQR to advance its First International Conference in January 2002.

 

March 2001 :

“McDonald’s Restaurants: A Brief History”, communication faite à la première conférence régionale de Centre d’Information et d’Étude sur les Stratégies Internationales des Mouvements et Sociéttés Anglophones (C.I.E.S.I.M.S.A.), “The McDonald’s Corporation: Past, Present, and Future Tense”, tenu à l’Université Stendhal, Grenoble, le 15 mars 2001.

 

May 2001 :

Responsable de la conférence regionale : “Corporate Control of the Media in the United States”, organisée par CEIMSA, avec une intervention par Mathieu O’Neil sur le film, “Fear and Loathing in the News Room”, et un débat : “Les media en France et aux Etats-Unis”. Tenu à l’Université Stendhal, le 10 mai 2001.

 

November 2001 :

"Burn," film de Gillo Pontecorvo.

 

January 2002 :

Programme du Colloque International de 11-12 janvier 2002 :

"Réflexions sur l'impact des entreprises multinationales américaines dans la societé/Reflections on the Social Impact of American Multinational Corporations"


April 2002 :

En tant que président du CEIMSA, j’ai été invité comme keynote speaker  à la conférence internationale, « Beyond the great narrative : the challenge of the postmodern », organisée par l’University of the Humanities et le Public Affairs Section de l’ambassade américaine à Minsk, Biélorussie, les 23-25 avril 2002.


May 2002 :

En tant que président du CEIMSA, communication sur « L’hégémonie économique et politique des Etats-Unis », faites à la conférence, “Débats-citoyens”, organisé par l’Association ScienceTechonologie Société (ASTS), avec la participation de Madame Monique Pinçon-Charlot, Monsieurs Pierre Musso et Albert Jacquard, à la ville des Mureaux, le 14 mai 2002.


September 2002 :

En tant que president du CEIMSA, communication sur « Le gauche américain," faites à la conférence, "L'Université d'automne (Paris), le 10 septembre 2002. Sous la direction de Gilbert Wasserman.


Decembre 2002 :

Conférence sur les ourvrages de Howard Zinn, avec l'édition Argon a l'Institut d'Etudes Politiques de Grenoble : "Trois générations de la gauche américaine : H. Zinn , l’auteur du A People's History of the United States," le 11 décembre, 2002.


December 2002
:

Conférence sur "The Media, Democracy and Human Rights", avec Noam Chomsky à Genève, le 11 decembre 2002.
 
February 2003 :

En tant que president du CEIMSA, intervention pour Le monde diplomatique (Le Tonneau, à Grenoble) : "L'impérialisme américain, passé, présent et … perspectives", 17 février, 2003.

 

May 2003 :

Programme des Journées d'Etudes internationals les 5 et 6 mai 2003 :

" L'Autre Coté de l'Amérique ", avec Professeur Howard Zinn (USA), Professeur John Gerassi (USA), Professeur Ronald Creagh (Montpellier), Serge Halimi (Paris), Gilbert Ackar (Paris), etc. . . .

"L'Autre Coté de l'Amérique"



November 2003 :

Professeur Hazel Rowley :  "The Life and Times of Richard Wright".


March 2004 :

U.S. Labor History Seminar :

Award-Winning Documentary Film from the University of Colorado, "The Ludlow Massacre".

23 mars 2004 :

Le Conseil Scientifique à l’Université Stendhal vote de ne pas donner un troisième BQR à CEIMSA pour le Troisième Colloque International des 22-23 avril, avec Jim Hightower.


April 2004 :

American Social Movements in the 1960s :
Award-winning Documentary Film on the First Student Revolt against Corporate America, "BERKELEY IN THE 60s".

April 2004 :

 Programme du Colloque International de 22 et 23 avril 2004 :

"L'Etat contemporain de la culture politique américaine/The Contemporary State Of American Political Culture"

with Jim Hightower, Susan DeMarco, Diana Johnstone, Philip Golub, and other French and American specialists of American political culture.


May 2004 :

En tant que le president du CEIMSA, j’ai ete invite de faire une intervention sur "Le mouvement ouvrier aux Etats-Unis à la fin de la guerre du Vietnam", intervention au Centre d'Histoire du Travail, Nantes, France, le 10 mai 2004.


11 June :

E-MAIL MESSAGE FROM LAFON ANNOUNCING THE "EXTINCTION" OF CEIMSA.

 

28 June :

LETTER FROM ODILE LAGACHERIE ANNOUNCING THE LIQUIDQTION OF THE CEIMSA WEB SITE AS OF 1 JULY .

 

1 July :

The removal of the CEIMSA web site from the Stendhal University server.

 

6 July :

Visiting students from the University of Texas at Austin petition President Chezaud to restore the CEIMSA web site which they need to complete the requirements for their summer course at Stendhal University in U.S. Foreign Policy.

 

July – August :

See documents below which represent the movement in defense of Academic Freedom at Stendhal University.

 

28 August :

The University of California agrees to defend Freedom of Speech against censorship at Stendhal University by offering to temporarily house the CEIMSA-IN-EXILE web site until the CEIMSA web site and Academic Freedom is restored at Stendhal University.

 

31 August :

Letter to lawmakers from the Département de l’Isère elected to the French National

Assembly.

 

1 September :

Meeting with FSU lawyer to discuss the restoration of the CEIMSA web site at Stendhal University.

 

 

 

 

THE CEIMSA DOSSIER

UNIVERSITE STEHDHAL-GRENOBLE 3

(2004)

 

 

DOCUMENT #1

 

 14 June 2004

Grenoble, France

 

Dear Friends and Colleagues,

The history of our research center until now has had its ups an downs. Despite a large number of publications, and three well-attended international conferences in the past three years, as well as several local and regional conferences  --all of which are presented on our web site at http://www.u-grenoble3.fr/ciesimsa (in several thousand pages) under the rubrics, Publications, Colloques, and 19 Ateliers--  the new president of Stendhal University, M. Patrick Chezaud, and the vice-president of the "Consiel Scientifique" are now demanding that our research center, CEIMSA, cease to exist, altogether.

Our research center has seen many battles, as you can imagine, at the administrative level of this university, and the three international conferences (featuring, in January 2002, Ed Herman, Bertell Ollman, Michael Parenti, Michael Albert, Fred Lonidier, etc., etc...; followed by Howard Zinn and John Gerassi in May 2003; and most recently, in April 2004, Jim Hightower and Susan DeMarco) are a tribute to the progressive forces at Stendhal University which have defended the intellectual freedom necessary for authentic scientific research. These forces, it would appear, are now in decline....

This battle is not yet over, but if this administrative demand to close down the activities of CEIMSA is imposed upon us then the big looser will be many hundreds of Grenoble students who have benefited from the various activities our center has offered since its inception in 2001. There has been no justification offered for this extreme action, other than the activities of CEIMSA have been, in the opinion of some people, "atypical", whatever that means! I am presently in contact with the National Teachers Union, SNEsup, asking them to intervene to save our center and the valuable pedagogical activities that it offers.

 

Below, please find in item A. the Minutes of the 19 September 2000 Meeting of the Conseil Scientifique, in which the creation of CEIMSA was authorized by a majority vote of the Conseil.

 

Item B. is the message (received in early February 2003) from Ministry of Education refusing to give formal recognition to our Center because of it small size.

 

Item C. is a message from the former president of Stendhal University, Mme. Lise Dumasy, who urged me to appeal the Ministry's decision quickly, or to ally with another "equipe de recherches", or to simply continue as an independent center for two more years, until more local scholars could be recruited by our center.

 

Item D. is Professor Feeley’s reply to President Dumasy, thanking her for her support. Ultimately, he opted for her third suggestion : to continue as an independent center for two more years, during which time our center would seek a solution to this problem.

 

Item E. is a copy of the Minutes of the March 23rd meeting of the Conseil Scientifique at Stendhal University.

 

Item F. is an electronic message from the president of the Conseil Scientifique at Stendhal University, M. Michael Lafon, informing me that he has no intention to save our research center by allowing it to affiliate with his large "equipe" of several research centers, and furthermore informing me that he and the new university president, M. Chezaud, are about to demand the termination of our center's activities, its university archives, and its entire existence.

 

The ideological extremism today on the part of elements within the Stendhal University administration is of grave concern, and not only to our small and struggling research center.....

 

 

Sincerely,

Francis McCollum Feeley

Professor of American Studies/

Director of Research

 

_______________________________

A.

From the “compte rendu” of the Conseil scientifique, 19 September 2000

The Creation of CEIMSA by the CS of Stendhal University.

 

 

Conseil scientifique - 19 septembre 2000

 

Pierre Morère fait remarquer que toutes les commissions concernent les sciences dures, àl1exception d'une intervention «sous réserves» de l'université ouverte de Catalogne.

 

Georges Tyras demande que le Conseil intervienne auprès du Conseil régional pour demander qu'une partie du programme sois réservée, dans l'avenir, aux sciences

humaines.

 

Françoise Létoublon signale que le Conseil scientifique international du Pôle europeen pense installer un Centre international de rencontres pluridisciplinaires où les sciences humaines pouffaient trouver leur place.

Elle demande au Conseil scientifique de désigner son représentant.

Le Conseil propose au Pôle européen la candidature de Françoise Létoublon.

 

4.         CNRS : examen à mi-parcours

 

Une rencontre est prévue entre la Présidence, le chargé de mission (Monsieur Durand) du suivi de la contractualisation à la Direction des relations avec l'enseignement supérieur du

CNRS et le Délégué régional du CNRS le 7 décembre 2000.

 

5.         Colloques : appel à projets pour la période avril 2001-mars 2002

 

Une lettre-circulaire a été adressée dans ce sens à l'ensemble des Directeurs d'UFR. Les propositions sont à remettre au secrétariat du Service de la recherche avant le 16 octobre.

 

Georges Tyras indique que la ville de Grenoble organise deux séances d'examen des dossiers. L'une à l'automne, l'autre au printemps. H pense qu'il faudrait répartir les

demandes de subvention sur les deux sessions.

 

6.         Demande de financement dans le cadre du BQR

 

Francis McCollum Feeley, professeur de civilisation nord-américaine à l'UFR d'Etudes anglophones, présente son projet de création d'un Centre d'information et d'études sur les stratégies internationales des mouvements et sociétés anglophones (CIESIMSA).

 

Il propose, en outre, de lancer un site internet avec les étudiants et les chercheurs spécialisés dans ce domaine.

 

A cet effet, Francis Feeley demande au Conseil scientifique de pouvoir bénéficier d'une subvention pour les deux années restant à courir dans le cadre du présent contrat quadriennal.

 

Pierre Morère lui suggère vivement de faire une demande de jeune équipe pour son centre dans le cadre du prochain contrat quadriennal. fi lui précise que la demande de création de site qu'il présente au Conseil scientifique devrait faire l'objet d'une décision d'équipe présidentielle, le Conseil scientifique ne faisant que donner un avis scientifique.

 

Pierre Morère propose d'accorder une subvention de 10 000 francs par an au CIESIMSA jusqu'à la fin du contrat quadriennal. Ces crédits seront prélevés sur le BQR.

 

Cette proposition est acceptée à l'unanimité moins 4 abstentions.

 

___________________________________

B.

from the Ministry of Education, Paris : February 2003

 

 

Dossier numéro : 20032215

 

Avis: défavorable

 

L'équipe est composée de 3 enseignants-chercheurs permanents administrativement en activité : PR scientifiquement actif, 2 MCF sans publication dans des revues a comité au cours de dernier contrat. Elle comprend en outre un doctorant. Le projet liste également un nombre important d'associés. Le projet scientifique "Les entreprises multinationales américaines" est une bonne idée. C'est un sujet important susceptible de mobiliser des américanistes, des économistes, des sociologues, des historiens, des politologues, notamment. Malheureusement la déclaration de politique scientifique ne permet pas de se faire une idée du contenu envisage ni de mesurer l'originalité de l'approche par rapport à l'état de la recherche dans ces différents domaines. Depuis l'arrivée de son nouveau directeur en 2000, le CEIMSA a organise plusieurs colloques qui témoignent du dynamisme du directeur et d'un souci de visibilité. Cependant en l'état actuel la création d'une JE paraît prématurée. Il conviendrait de construire un projet qui associerait plusieurs spécialistes de l'Amérique du nord se trouvant dans différentes universités rhone-alpines dont la tête de réseau serait constituée d'un groupe d'enseignants-chercheurs permanents, administrativement et scientifiquement en activité.

 

 

____________________________________

C.

from Mme. Lise Dumasy, former president of Stendhal University :

February 2003

 

 

Subject: URGENT : reconnaissance du CEIMSA pour le quadriennal

 

Cher Collègue,

 

Je viens d'apprendre que la demande de reconnaissance du CEIMSA en tant qu'équipe d'accueil a reçu un avis défavorable.

Afin de tenter d'obtenir une révision de cet avis négatif, j'ai besoin pour jeudi 20 février 2003 à 12 heures au plus tard d'un argumentaire de votre part portant notamment, sur les points suivants (sur lesquels s'appuie l'avis défavorable) :

- votre équipe a été jugée trop petite : repréciser les membres de cette équipe, et si vous avez des doctorants ;

- préciser quelles sont les équipes avec lesquelles vous êtes en réseau, car votre projet a été jugé intéressant mais votre équipe estimée trop petite pour le porter : le projet doit apparaître comme porté par plusieurs équipes

en réseau.

Je vous remercie d'avance,

Très cordialement,

 

Lise DUMASY,

Présidente de l'Université Stendhal

 

 

___________________________________

D.

from Francis Feeley, director of CEIMSA :

February 2003

 

 

A Madame Dumasy,

 

Chère collègue,

Je vous remercie de m'avoir envoyé la réponse du ministère à la demande que je lui avais adressée afin que le centre de recherches CEIMSA soit reconnu comme "jeune équipe".

Etant donné le peu de temps dont je dispose pour rédiger une réponse aux arguments du ministère nous refusant la qualification de "jeune équipe", voici ce que je peux dire pour que le ministère revienne sur sa décision de ne pas nous accorder d'aide financière, et que nous puissions continuer de fonctionner en tant que centre actif international de recherche.

 

l) Notre équipe se compose maintenant de 4 personnes et non de trois enseignants-chercheurs permanents administrativement à Grenoble:

moi-même, professeur de civilisation américaine, Mathieu O'Neil, Maître de

conférences, Jean Derioz, Maître de conférences, Angeline Durand, Maître de

conférences et Patrick Moreno, Prag.

J'ai publié 5 livres et une quinzaine d'articles sans compter une cinquantaine de communiqués et 13 bulletins sur notre site Internet CEIMSA:

cf www.u-grenoble3.fr/ciesimsa/. Mathieu O'Neil, qui est un tout jeune enseignant dans le système universitaire français, a moins publié : 3 articles et deux bulletins. Jean Derioz a contribué aux activités du centre en nous aidant à organiser des rencontres internationales et locales.

Angeline Durand a participé à plusieurs conférences internationales et révise actuellement un article qui va paraître dans la Revue française d'Etudes américaines. Elle a aussi un contrat pour publier un livre aux éditions Bellin sur le mouvement féministe américain. Patrick Moreno a été un membre actif lors de conférences organisées par notre centre et fera sa première communication sur le sujet "Contemporary Outsider Art : the Portrayal of the Dominant/minority Culture Dynamics" au Congrès annuel de l'Association française d'Etudes américaines à Rouen, au printemps.

 

2) Le centre de recherche de Grenoble devait servir de centre international de recherche. Plus de 10 chercheurs de réputation internationale ont assisté au colloque sur les multinationales du 11-12 janvier 2001 à l'Université Stendhal. Ils venaient de plusieurs régions des Etats-Unis, d'Italie, d'Inde, de Biélorussie et de Belgique. Ce colloque international a attiré plus de 1 200 étudiants français, mais aussi italiens, espagnols, allemands et suisses.

 

3) Ce colloque de janvier 2002 n'a été qu'en début. Au printemps 2003, nous avons invité l'enseignant-chercheur en histoire américaine, Howard Zinn, qui jouit d'une excellente réputation et dont le livre"l'Histoire populaire des Etats-Unis" vient d'être traduit en français, à venir parler dans notre centre. Nous attendons à cette occasion 2000 étudiants. L'année prochaine, au 2e semestre de 2004, le critique Michael Parenti, bien connu pour ses nombreuses publications, a accepté de venir parler à notre centre international de Grenoble. De plus, le célèbre historien américain, John Gerassi, de Queens College à New York, a accepté de venir enseigner l'histoire économique américaine à l'Université Stendhal l'année prochaine.

 

4) Dans ma demande il y a un an,j'ai mentionne plus de 20 spécialistes associés à notre centre. Des universitaires de réputation internationale comme Noam Chomsky(MIT), Howard Zinn(Boston University), Edward Herman(Université de Pennsylvanie) Ronald Takaki(UC-Berkeley), Fred Lonidier(UC-San Diego) Douglas Dowd(Johns Hopkins University), Richard Du Boff(Bryn Mawr college) etc..Ce qui est nouveau depuis ma demande de l'an dernier, c'est que les liens entre ces universitaires et notre centre se sont renforcés : par exemple, le professeur Fred Lonidier suit de très près le travail de Patrick Moreno-notre Prag- sur l'art des Chicanos. Richard Du Boff, Edward Herman et Ronald Takaki nous ont envoyé plusieurs articles pour qu'ils soient publiés sur notre site. Parce que notre centre a suscité l'intérêt des étudiants pour la recherche américaine, nous avons pu organiser le voyage dune vingtaine d'étudiants à Genève lorsque Noam Chomsky y est venu pour parler des media américains. L'été dernier, j'ai pris contact avec deux centres américains de recherche qui ont accepté de coopérer avec le CEIMSA sur des projets d'intérêt commun:le professeur Miles Kahler, directeur de l'"Institute for International, Comparative, and Area Studies(IICAS)"  à UCSD et le Professeur Andrew Ross, Directeur de 3e cycle d'Etudes américaines à l'Université de New York vont inviter des membres de notre centre à participer à des colloques internationaux dans les années à venir. Pour que se développent ces échanges, il faudra un financement.

 

5)Sur notre site, nous avons publié plus de 250 articles d'universitaires, d'étudiants et de reporters. De plus, nous avons publié plus de 50 communiqués et 15 bulletins. Finalement, la publication des Actes du colloque de janvier 2001 qui représentent environ 500 pages d'analyses de grande qualité, ont été publiées sur notre site. Toutes ces publications-y compris certaines d'étudiants de DEA de l'Université Stendhal-sont accessibles aux lecteurs d'Internet. De plus en plus d'Américains s'intéressent aux publications de notre site.

 

6)Notre centre a un rôle important à Grenoble et nous aimerions être reconnus comme "jeune équipe" et encouragés à continuer de servir la communauté grenobloise en attirant des universitaires dans la région et en envoyant de nos jeunes chercheurs à l'étranger. Plus important que de fournir des réponses à des problèmes politiques, nous tentons de soulever de nouvelles questions, d'ouvrir de nouveaux champs d'investigation et d'encourager de nouvelles méthodes de recherche. Pour cela, nous avons besoins de financement.

 

7) Notre intention est d'encourager de nouvelles conférences internationales, des programmes d'échanges d'enseignants et d'étudiants, et à la longue, des publications avec des chercheurs américains. Nous sommes dans une phase de développement. Trois étudiants de DEA cette année vont être dans le programme doctoral l'an prochain. Plus de 15 étudiants de maîtrise complètent des mémoires en civilisation américaine cette année et quelques-uns d'entre eux continueront en DEA l'an prochain. Le lancement de programmes de doctorats va certainement encourager plus d'étudiants sérieux à rejoindre notre centre de recherche dans les années à venir. Nous avons besoin de ce soutien financier du ministère à ce stade pour nous développer.

 

8)Les problèmes que nous rencontrons comme nouveau centre de recherche sont les suivants :

-beaucoup de collègues s'intéressent à notre travail, mais ne peuvent pas

nous rejoindre parce qu'ils sont depuis longtemps inscrits dans d'autres

centres et hésitent à rompre les liens avec ces institutions et les amis

qu'ils se sont faits, ce qui est compréhensible.

-Beaucoup s'intéressent à notre approche comme le nombre impressionnant

d'étudiants au colloque de janvier 2002 l'a montré, mais le développement de

notre centre ne peut être rapide.

 

Parmi les étudiants de doctorat, pas moins de trois sont venus solliciter conseils et renseignements pour leurs recherches, mais étant donné leur désir d'être associés à une institution parisienne plus prestigieuse qu'une université de province, ils ont refusé notre invitation à rester à Grenoble et à travailler sous notre direction. En dépit de leur refus, nous avons choisi de les aider, de les conseiller quand ils le demandaient même s'ils sont inscrits dans d'autres universités. En établissant la réputation de notre centre international de recherche à Grenoble,  nous espérons qu'avec le temps il sera plus facile à de bons étudiants de rester à Grenoble et de travailler en vue de leur doctorat à l'Université Stendhal plutôt qu'à Paris. Pour cela, nous avons besoin de l'aide du ministère particulièrement à ce stade crucial de notre développement.

 

Refuser un soutien financier pendant les 4 années à venir serait saboter nos efforts et par conséquent encourager le départ d'étudiants de Grenoble et de la région Rhône-Alpes.

 

Pour les raisons mentionnées ci-dessus, nous vous demandons votre aide pour faire que l'Université Stendhal soit un endroit que de très bons étudiants choisissent pour terminer leurs études doctorales en civilisation américaine.

 

______________________________________

E.

COMPTE RENDU CONSEIL SCIENTIFIQUE

SEANCE PLENIERE DU MARDI 23 mars 2004

 

5. Réflexions sur le budget de la recherche:

 

Le Conseil ne juge pas opportun de rétablir un barème de subventions pour les colloques; il préfère se réserver la possibilité d'attribuer une subvention exceptionnelle à un colloque d'une dimension exceptionnelle.

 

Indépendamment de cette procédure, le Conseil se réserve également la possibilité d'attribuer une subvention exceptionnelle à une équipe présentant une demande spécifique.

 

 

6. Dotation du CEIMSA pour l'année 2004

 

Francis Feeley, Directeur du CEIMSA, présente la situation de son équipe, qui est financée par le BQR depuis l'exercice 2000.

Le CEIMSA n'ayant pas été reconnu par le Ministère, le Conseil ne juge plus opportune de le financer par prélèvement sur le BQR.

Francis Feeley annonce qu'il réfléchit à l'intégration du CEIMSA au sein d'une équipe de l'Université.

Vu les dimensions du CEIMSA, cette intégration est la seule solution possible; une existence autonome du CEIMSA n'a plus de raison d'être: le Conseil en prend acte.

 

 

_________________________________

F.

Copy of e-mail message from Michel Lafon, Vice-President of the "Conseil Scientifique" at Stendhal University-Grenoble3, announcing the liquidation of CEIMSA by executive order (11 June 2004) :

 

From: "Michel Lafon" <michelmllafon@wanadoo.fr>

To: Francis Feeley <francis.feeley@u-grenoble3.fr>

Date: Fri, 11 Jun 2004 10:01:29 +0200

Subject: ta demande d'intégration à l'ilcea

 

Cher Francis,

 

à l'issue d'une longue réflexion et d'une concertation sérieuse, je t'informe

qu'il n'est pas possible pour l'ILCEA de t'accueillir en son sein ; j'en suis

désolé pour toi, mais l'équipe que je dirige est lourde, complexe et difficile

à gérer : nous avons cinq composantes, très diverses ; nous pensons

sincèrement que ton intégration compliquerait sérieusement la situation de

l'équipe, qui a plutôt pour objectif, dans les prochaines années, de réduire

encore, si possible, le nombre de ses composantes, d'harmoniser ses

pratiques scientifiques (ton fonctionnement très atypique ne me semble

pas compatible avec le nôtre, je te le dis très sincèrement) et de simplifier

et clarifier au maximum son organisation.

 

Je t'incite donc à chercher une autre solution pour toi.

 

J'en profite pour t'informer que nous t'enverrons prochainement, le

Président et moi, une lettre prenant acte de "l'extinction" du CEIMSA et te

demandant d'en tirer toutes les conséquences institutionnelles.

 

Amitiés,

 Michel

 

 

DOCUMENT #2

 

18 June 2004

Grenoble, France

 

 

Dear Colleagues and Friends of CEIMSA,

 

I have scheduled a meeting with the new President of Stendhal University, M. Patrick Chezaud, and the Vice-President of Research, Michel Lafon. The meeting is scheduled to take place on the morning of Thursday, 8 July, at which time I will argue that our center, CEIMSA, should be given one more year to establish a network with other universities, as the Ministry of Education in Paris had suggested one year ago, and as I was promised by the former University President, Mme. Lise Dumasy, last year.

 

It would be of great help if you would send a brief but strongly worded message to President Chezaud, expressing your support of CEIMSA and stating why, in your opinion, our research center is engaged in scientific work and indeed represents a strong and solid asset to the reputation of Stendhal University-Grenoble3 over these past three years. Please make mention of the web site, www.u-grenoble3.fr/ciesimsa and its usefulness as a research tool.

 

Also, please find below a brief history of the formation of our Research Center, in both English and in French languages. . . .

 

Our occasional criticisms of U.S.-Israeli relations is one reason for this assult against our Grenoble Center. Another reason is the fear that the subject matter is not approached scientifically, and that it endangers the reputation of the University for this reason. Protecting the reputation of the university is the justification for liquidating our Center, and until now a conservative discourse has monopolized this debate in Grenoble.

 

 

If you can write a reasoned statement of support for CEIMSA, please send it to :

            Patrick.Chezaud@u-grenoble3.fr

 

and 6 Cc copies should be addressed to :

To University Vice-President of Research = Michel.Lafon@u-grenoble3.fr

To SNEsup Teachers Union President, Marc Troisvallets =

            troisvallets@gestion.u-grenoble3.fr

To University Vice-President of Administrative Affairs = Odile.Lagacherie@u-grenoble3.fr

To University Vice-President of International Relations =  Georges.Tyras@u-grenoble3.fr

To University Vice-President of Pedagogical Affairs = Francoise.Papa@u-grenoble3.fr

To me, President of CEIMSA = Francis.Feeley@u-grenoble3.fr

           

 

Many thanks for your solidarity with our scientific work at CEIMSA.

 

Francis Feeley

 

 

 

 

English Version:

 

 

IN DEFENSE OF CEIMSA

Université Stendhal

(17 juin 2004)

 

 

 

In spring 2000 I was certified by the CNU in Paris to occupy a post as full professor (college A, Section 11). I had held the position as Maître de Conferences for two years at l’Université Marc Bloch, since September 1998, when I returned with my family to France from UC-Berkeley.

 

After receiving this promotion in 2000, I applied for a professorial position at three universities: l’Université Marc Bloch, in Strasbourg; l’Université François Rabelais, in Tours; and l’Université Stendhal, in Grenoble. I was invited to be interviewed by the UFRs d’Anglais at all three universities, and subsequently I learned that I had been ranked as the number one choice by each of the "Commissions de Spécialistes" at these three universities.

 

I had taught at Grenoble as visiting professor between 1994 and 1997. My oldest daughter was born in Grenoble in 1996, and in the year 2000 my colleagues in the UFR d’Anglais were welcoming me back to join them permanently, as a tenured professor. The offer at Stendhal University was all the more attractive in 2000 because I was invited, if I chose to return to Grenoble, to create a new research center for the American Studies program at Stendhal University.

 

For these reasons, which were both personal and professional, I turned down the offers at the universities in Strasbourg and Tours, and accepted the challenge to teach and to create a new research center in Grenoble. My colleagues in Strasbourg and Tours expressed great disappointment, but only Grenoble had offered me the opportunity to build a new research center.

 

In September 2000, I arrived in Grenoble with my wife and two children. We soon bought an apartment, and I began to invest much time at the University, preparing new courses in American civilization, and developing our new research center, CEIMSA, which received formal recognition as a “new center” by the Conseil Scientifique at Stendhal University: For the first two years, I was awarded a small subsidy, in the form of a "BQR," by the University Conseil Scientifique.

 

After a great deal of effort on my part, and with the help of the Conseil Scientifique (then under the direction of Professor Pierre Morère) and support from Professor Lise Dumasy (who was then serving as President of Stendhal University), our new Research Center organized its first International Conference, in January 2002.

 

This big project was acknowledged as a great success: the two-day colloquium attracted more than 1 200 participants  from local, national, and international orgins- to discuss the theme of the conference, which was: “The Social Impact of American Transnational Corporations”. More than a dozen scholars from several different countries came to present their research at this Grenoble conference in January 2002, and their papers were subsequently published in the official “Publications des Actes”, a book of more than 500 pages available free of charge on the CEIMSA web site, http://www.u-grenoble3.fr/ciesimsa/ .

 

The following academic year, 2002-2003, CEIMSA continued to organize small local conferences (all of which are described on the center’s web site). At the end of this academic year, our center again organized a large International Conference, using funds that had been awarded by the CS, in the form of BQR. It was in May 2003 that Howard Zinn and John Gerassi came to Grenoble, joining several French specialists in a two-day “Journée d’Etudes” organized around the theme of “L’Autre Côté de l’Amérique”, where discussions of contemporary dissident movements in the US attracted more than 2 000 participants over a two-day period.

 

Again, the following academic year (2003-2004) CEIMSA held a series of small local conferences around such topics as the African American writer, Richard Wright, and the early labor union movement in the US. At the end of this year, our center organized its Third Annual Conference, attracting again well over 1 000 participants to the Stendhal University campus on 21-22 April 2004. This Third Conference, on “The Contemporary State of American Political Culture”, featured the famous American populists, Jim Hightower and Susan DeMarco, from Austin, Texas, and the anti-war paintings of Michigan artist, Joanna Learner, as well as the presentations by established academic scholars from universities in Paris, Lyon, Montpellier, and Chambery . To pay for this conference, CEIMSA received a generous subsidy from l’Université Recherches (Tramway nommé culture).

 

In addition to organizing this large International Conference, CEIMSA took on the project of directing the French translation of Jim Hightower’s famous book, “Thieves in High Places”, 460-page book which was published shortly before the April conference and is now on sale throughout France, Belgium, and in Canada.

 

 

Since the inception of CEIMSA, in 2000, a new vice-president as taken office at the Conseil Scientifique, and more recently the former university president has been replaced. Today, Vice-President Michel Lafon (at the Conseil Scientifique) and University President Patrick Chezaud have adopted a strategy that will completely liquidate our research center, CEIMSA, despite its three-year history of out-standing successes.

 

Last year, in January 2003, my application for formal recognition by the Ministry of Education was rejected, on the grounds that CEIMSA had too few members -1 professor, 3 maitres de conferences, and 1 doctoral student. (I was the only member of this center who was publishing scientific work on a regular basis.) However, the Ministry, at the same time that it delivered its “avis defavorable” took the initiative to suggest to President Dumasy that CEIMSA appeal this decision offering evidence that a permanent network was being created between CEIMSA and other French universities. Such a network would serve to assure the Ministry that in the future a larger number of research activities would result in a larger number of publications by our center in Grenoble.

 

However, the time that I was given to make this appeal was very short, and I was unable to do it before the deadline. As a result, President Dumasy offered me three options: (a)I could dissolve my research center. (b)I could merge with another research center. Mme. Dumasy suggested the equipe directed by Michel Lafon, Institut des Langues et Cultures de l’Europe (l’I.L.C.E.), would be the most appropriate affiliation. Or (c)I might continue as an independent center for two more years (2003-2004 and 2004-2005) and work to develop a permanent network with other French universities in the region. I chose to pursue the third option, and have been working to establish such a network. Two American civilization scholars, Professor Larry Portis (from the University of Montpellier) and Jean-Mari Ruiz (MC from Chambery) have come to work closely with CEIMSA, both of whom presented papers at the April Conference this year, and both Professor Portis’s paper on the priveleged relationship between Israel and the US, and Professor Ruiz paper on Michael Moore will be published by CEIMSA this summer.

 

Despite the administrative agreement between President Dumasy and myself in 2003, and despite the fact that CEIMSA has been working in good faith to establish a regional network that is legitimate and can be presented to the Ministry in 2005, and despite the series of significant successes which our unique American Studies Center in Grenoble has enjoyed over the past three years, the current administration at Stendhal University has declared its intention to disolve this center immediately, thereby breaking the promise made by former President Dumasy that CEIMSA could continue to exist independently, as a local center, until an appeal could be made at the Ministry in 2005, an appeal based on firm evidence that a permanent network had been created and that CEIMSA was at the center of this network.

 

The liquidation of CEIMSA represents a violation of an administrative promise made in the spring of 2003. It also represents a decision to reduce the American Studies program at Stendhal University, at a time when it is growing and attracting more Ph.D. students to complete their studies in Grenoble, and, at the same time, developing an international reputation. The most recent evidence of this is the fact that the University of Texas in Austin has specifically requested that Professor Francis Feeley, the Director of CEIMSA in Grenoble, teach a course in U.S. foreign policy to a class of American students at the University Stendhal this summer (2004), for academic credit at The University of Texas-Austin.

 

In brief, the administrative decision this summer to liquidate CEIMSA comes at a time of its greatest success, base on three years of intense activities and a series of conferences from which many scientific publications have appeared.

 

The University of Stenhdal and the students of American civilization in Grenoble will be the big loosers if this irresponsible decision is put into action.

 

For these reasons, I request that this decision to terminate the research center, CEIMSA, be rescinded and that CEIMSA be awarded the necessary financial support to continue its activities, its growth, and its important pedagogical and scientific functions at the University Grenoble3.

 

 

version française :

 

Plaidoyer pour le CEIMSA

 

Au printemps 2000, j'ai reçu par le CNU à Paris la  qualification pour un poste de professeur titulaire (college A, section 11). J'avais précédemment été Maître de conférences pendant deux ans à l'Université Marc Bloch de Strasbourg de septembre 1996 à septembre 1998, à mon retour des Etats-Unis.

 

Après avoir reçu cette promotion en 2000, j'ai déposé ma candidature dans trois universités, l'Université Marc Bloch à Strasbourg, l'Université François Rabelais à Tours et l'Université Stendhal à Grenoble. J'ai été invité par les UFRs de ces trois universités pour être interviewé et j'ai appris par la suite que j'avais été classé en première position par chacune des Commissions de spécialistes de ces trois universités.

 

J'avais enseigné à Grenoble en tant que professeur associé de 1994 à 1997. Ma fille aînée était née à Grenoble en 1996 et mes collègues m'accueillaient à nouveau pour que je vienne enseigner de façon permanente en tant que professeur titulaire. L'offre à l'Université Stendhal était d'autant plus attrayante que, si je choisissais de revenir à Grenoble, on m'invitait à créer un centre de recherches en Etudes américaines.

 

Pour ces raisons, à la fois personnelles et professionnelles, j'ai renoncé aux offres faites par les universités de Strasbourg et de Tours, et accepté d'enseigner et de créer un nouveau centre de recherches à Grenoble. Mes collègues de Strasbourg et de Tours m'ont exprimé leur déception, mais seulement Grenoble m'avait donné la possibilité de créer un nouveau centre de recherches.

 

En septembre 2000, je suis arrivé à Grenoble avec ma famille. Nous avons rapidement acheté un appartement et j'ai commencé à investir beaucoup de mon temps à l'Université en préparant de nouveaux cours de civilisation américaine et en développant notre nouveau centre de recherches, le CEIMSA, qui a reçu la reconnaissance formelle d'"équipe émergeante" par le Conseil

scientifique de l'Université Stendhal. Pour les deux premières années, j'ai obtenu une petite subvention sous la forme d'un BQR du Conseil scientifique.

 

Après beaucoup d'efforts de ma part et avec l'aide du Conseil scientifique (alors sous la direction du Professeur Pierre Morère) et le soutien de Madame Lise Dumasy, qui était alors Présidente de l'Université Stendhal, notre nouveau centre de recherches a organisé son premier colloque international en janvier 2002.

 

Ce grand projet a de l'avis de tous été un succès : durant les deux jours, le colloque a attiré plus de 1200 participants, de Grenoble, de toute la France et de l'étranger pour débattre du thème du colloque: l'impact social des grandes entreprises américaines. Plus d'une douzaine de chercheurs venus de différents pays ont présenté leurs recherches à ce colloque de janvier 2002 et leurs communications ont été par la suite publiées dans un livre de plus de 500 pages "Publications des Actes", disponible gratuitement sur le site Internet du CEIMSA <http://www.u-grenoble3.fr/ciesimsa>

 

L'année suivante, 2002-2003, CEIMSA a continué d'organiser de petits colloques (tous décrits sur le site du centre). A la fin de l'année, notre centre a de nouveau organisé un grand colloque international, utilisant les fonds octroyés par le CS sous la forme de BQR. C'est en mai 2003 que Howard Zinn et John Gerassi sont venus à Grenoble rejoindre plusieurs spécialistes français pour deux jours d'Etudes organisés sur le thème "l'Autre côté de l'Amérique", durant lesquels des débats sur les mouvements dissidents

contemporains aux Etats-Unis ont attiré plus de 2000 participants.

 

A nouveau, durant l'année 2003-2004,le CEIMSA a organisé de petites rencontres autour de sujets variés: l'écrivain afro-américain, Richard Wright, et le début du mouvement syndical aux Etats-Unis. A la fin de l'année, notre centre a tenu son troisième colloque annuel et a attiré à nouveau plus de 1000 participants sur le campus les 21 et 22 avril 2004. Ce troisième colloque sur "l'état contemporain de la culture politique américaine" a été animé par des populistes américains célèbres, Jim Hightower et Susan DeMarco, venus d'Austin au Texas, et les peintures d'une artiste pacifiste du Michigan, Joanna Learner, ont été exposées; des chercheurs et journalistes connus, venus de Paris, Lyon, Montpellier et Chambéry ont participé aux travaux. Pour couvrir les frais de ce colloque, le CEIMSA a reçu une subvention généreuse de "Un Tramway nommé Culture.

 

En plus de l'organisation de ce grand colloque international, le CEIMSA a entrepris de diriger la traduction française du célèbre libre de Jim Hightower, "Thieves in High Places", un livre de 460 pages qui a été publié juste avant le colloque et qui est maintenant en vente en France, en Belgique et au Canada.

 

Depuis la création du CEIMSA en 2000, le Conseil scientifique a un nouveau vice-président et plus récemment l'Université a élu un nouveau président. Aujourd'hui le Vice-président, Michel Lafon (au conseil scientifique) et le Président, Patrick Chezaud, ont adopté une stratégie qui va mettre complètement fin à notre centre de recherches, le CEIMSA, malgré trois années de réels succès.

 

En janvier 2003, le Ministère de l'Education nationale a rejeté ma demande de reconnaissance formelle pour la raison que le CEIMSA avait trop peu de membres: un professeur, trois maîtres de conférences et un doctorant.(J'étais le seul membre de ce centre qui publiait des articles scientifiques régulièrement) Cependant, le Ministère en même temps qu'il publiait un avis défavorable suggéra à Mme Dumasy que le CEIMSA fasse appel de cette décision en montrant qu'un réseau permanent était en train d'être constitué reliant le CEIMSA et d'autres universités françaises. Un tel réseau devait servir à assurer au Ministère qu'à l'avenir un plus grand nombre de recherches conduirait à un plus grand nombre de publications par notre centre à Grenoble.

 

Toutefois, le temps accordé pour faire appel était très court et je n'ai pas réussi à le faire avant la date limite. En conséquence, Madame Dumasy m'a donné le choix: a) de dissoudre mon centre de recherches; b) de fusionner avec un autre centre de recherches et elle a suggéré que l'équipe dirigée par Michel Lafon à l'Institut des langues et culture de l'Europe (I.L.C.E.) serait l'affiliation la meilleure; ou c) de continuer à fonctionner comme un centre indépendant pendant deux années supplémentaires (2003-2005) et de chercher à organiser un réseau permanent avec d'autres universités françaises de la région. J'ai alors choisi la troisième option et commencé à développer ce réseau. Deux chercheurs en civilisation américaines, le professeur Larry Portis de l'Université de Montpellier et Jean-Marie Ruiz de l'Université de Savoie à Chambéry sont venus travailler en étroite collaboration ave le CEIMSA et tous les deux ont fait récemment des communications au colloque d'avril 2004 cette année, l'un sur la relation privilégiée entre les E.U. et Israel, et l'autre sur les livres de Michael Moore, qui seront publiées cet été par le CEIMSA.

 

Malgré cet accord entre la Présidente Dumasy et moi-même en 2003, et malgré le fait que le CEIMSA s'emploie en toute bonne foi à constituer un réseau régional légitime et digne d'être présenté au Ministère en 2005, et malgré la série de succès importants qu'a connus notre centre d'Etudes américaines à Grenoble pendant les trois dernières années, l'administration actuelle de l'Université Stendhal a déclaré son intention de dissoudre ce centre immédiatement, rompant ainsi l'engagement pris par l'ancienne présidente, Lise Dumasy que le CEIMSA continuerait d'exister de façon indépendante en tant que centre local jusqu'à ce qu'un appel puisse être fait auprès du Ministère en 2005, appel fondé sur des preuves manifestes qu'un réseau avait été créé et que le CEIMSA était au centre de ce réseau.

 

La liquidation du CEIMSA représente une violation d'une promesse faite au printemps 2003. Elle représente aussi une décision de réduire le programme d'Etudes américaines à l'Université Stendhal au moment même où il attirait plus de doctorants à Grenoble et développait une réputation internationale. La preuve la plus récente en est que l'Université du Texas à Austin a tenu a ce que je fasse personnellement, en tant que directeur du CEIMSA de Grenoble, un cours sur la politique étrangère des Etats-Unis pour un groupe d'étudiants américains cet été à l'université Stendhal, cours qui sera reconnu dans le cursus des étudiants de l'Université du Texas à Austin.

 

Bref, la décision de l'administration cet été de liquider le CEIMSA survient au moment où il a pris le plus d'importance après trois années d'activités intenses et une série de colloques qui ont donné lieu à des publications scientifiques.

 

L'Université Stendhal et les étudiants en civilisation américaine de Grenoble seront les grands perdants si cette décision est appliquée.

 

Pour toutes ces raison je vous demande d'annuler la décision de mettre fin au CEIMSA et de donner à ce centre de recherches les moyens financiers pour continuer ses activités, et pour remplir ses importantes fonctions pédagogiques et scientifiques à l'Université de Grenoble 3.


 

DOCUMENT #3

 

22 juin 2004

Grenoble, France

 

Chers collègues et amis du CEIMSA,

 

La tentative du Président Patrick Chezaud et du Vice-président de recherches, Michel Lafon, de liquider le centre de recherches en civilisation américaine, le CEIMSA, si elle réussit, aura des conséquences négatives sur notre UFR d'Etudes anglophones et sur l'Université Grenoble3. Ce centre a suscité un vif intérêt en France et à l'étranger comme en témoigne le grand nombre de participants qui ont assisté à nos trois colloques durant les trois dernières années. De plus, le centre a incité des étudiants à rester à Grenoble pour y continuer leurs études dans notre UFR. Pour ces raisons qui concernent tout le corps enseignant de Stendhal, je vous prie de bien vouloir envoyer un message au Président Patrick Chezaud ainsi que des copies au Vice-Président du Conseil scientifique, Michel Lafon, et aux autres Vice-Présidents de l'Université Stendhal, leur demandant de revenir sur la décision administrative de suppression du CEIMSA  dont les activités servent les intérêts de notre université.

 

Veuillez trouver ci-dessous l'histoire brève de l'origine de notre centre. Si vous pouvez écrire une lettre argumentée de soutient au CEIMSA, envoyez-la, s'il vous plaît, à

 

Patrick.Chezaud@u-grenoble3.fr

et 7 Cc copies à :

       University Vice-President of Research = Michel.Lafon@u-grenoble3.fr

       University Vice-President of Administrative Affairs = Odile.Lagacherie@u-grenoble3.fr

       University Vice-President of International Relations = Georges.Tyras@u-grenoble3.fr

       University Vice-President of Pedagogical Affairs = Francoise.Papa@u-grenoble3.fr

       UFR d'Anglais Directress = Susan.Blattes@u-grenoble3.fr

      SNEsup Secretary, Marc Troisvallets = troisvallets@gestion.u-grenoble3.fr

et à moi, President of CEIMSA = Francis.Feeley@u-grenoble3.fr

 

 

Merci,

Francis Feeley

Professeur de civilization américaine

Université Grenoble3

 

 

 

 

 

DOCUMENT #4

 

23 June 2004

Grenoble, France

 

Dear Colleagues and Friends of CEIMSA,

 

If I were superstitious I might think that I should never have reread George Orwell's Animal Farm one month ago. Indeed, since that day Reality seems to be imitating Art here at the end of the year on the Grenoble3 campus.

 

As our Research Center (CEIMSA) faces the threat of "extinction," at the hands of the university administration we have received many letters protesting this careless and irresponsible act, which can only damage the university's reputation, not to mention the education of many hundreds of students, who have benefited from our Center's scholarly activities over the past three years.

 

Below, please find copies of some of the letters that have already been sent, and if you would like to write a reasoned statement of support for CEIMSA, we invite you to send it to :

            Patrick.Chezaud@u-grenoble3.fr

 

with 7 Cc copies forwarded to :

            To University Vice-President of Research = Michel.Lafon@u-grenoble3.fr

            To SNEsup Teachers Union President, Marc Troisvallets =

                        troisvallets@gestion.u-grenoble3.fr

            To University Vice-President of Administrative Affairs =

Odile.Lagacherie@u-grenoble3.fr

            To University Vice-President of International Relations = 

Georges.Tyras@u-grenoble3.fr

            To University Vice-President of Pedagogical Affairs =

Francoise.Papa@u-grenoble3.fr

            To UFR d'Anglais Directrice = Susan.Blattes@u-grenoble3.fr

            and to me, President of CEIMSA = Francis.Feeley@u-grenoble3.fr

           

 

Many thanks for your support of our scientific work at CEIMSA.

 

Francis Feeley

 

_______________________________

A.

The original message from Vice-President of Research, Michel Lafon, sent 12 June and in which he announces the extinction of CEIMSA :

 

 

Cher Francis,

 

à l'issue d'une longue réflexion et d'une concertation sérieuse, je t'informe qu'il n'est pas possible pour l'ILCEA de t'accueillir en son sein ; j'en suis désolé pour toi, mais l'équipe que je dirige est lourde, complexe et difficile à gérer : nous avons cinq composantes, très diverses ; nous pensons sincèrement que ton intégration compliquerait sérieusement la situation de l'équipe, qui a plutôt pour objectif, dans les prochaines années, de réduire encore, si possible, le nombre de ses composantes, d'harmoniser ses pratiques scientifiques (ton fonctionnement très atypique ne me semble pas compatible avec le nôtre, je te le dis très sincèrement) et de simplifier et clarifier au maximum son organisation.

 

Je t'incite donc à chercher une autre solution pour toi.

 

J'en profite pour t'informer que nous t'enverrons prochainement, le Président et moi, une lettre prenant acte de "l'extinction" du CEIMSA et te demandant d'en tirer toutes les conséquences institutionnelles.

 

Amitiés,

Michel

 

 

____________________

B.

from Professor Jeanne-Henriette LOUIS

Professeur émérite de Civilisation nord-américaine à l’Université d’Orléans

28 rue de la Roquette

75011 PARIS

 

 

                                à Monsieur Patrick Chezaud

                                                Président de l’Université Stendhal

 

Monsieur le Président,

J’étais membre du Jury qui a accordé à M. Francis Feeley l’habilitation à diriger des recherches le 28 octobre 1998 à l’Université d’Orléans, et j’avais reconnu en lui un chercheur original et dynamique. J’ai toujours pensé que l’Université qui le recruterait comme Professeur serait honorée par son travail et son rayonnement. J’ai suivi avec intérêt le déroulement de sa carrière et je suis venue de Paris à Grenoble assister à deux des colloques internationaux qu’il a organisés.

Le CEIMSA constitue un pôle d’attraction international unique en son genre en France, et il est surprenant que ce Centre de recherche soit menacé alors qu’il est en plein essor et qu’il répond aux critères de rayonnement habituellement appliqués aux Centres de recherches, et que son site web est très utile aux chercheurs. Comment est-il possible de supprimer ce Centre alors que son président met en oeuvre la constitution d’un réseau avec d’ autres universités comme cela le lui a été demandé par le Ministère de l’Education nationale ? Le CEIMSA devrait bénéficier d’au moins une année supplémentaire pour continuer ce travail.

La cessation du CEIMSA serait une grande perte non seulement pour l’Université Stendhal, mais aussi pour la recherche française en Civilisation nord-américaine.

Je vous remercie de l’attention que vous voudrez bien accorder à cette lettre de soutien, et vous prie d’accepter, Monsieur le Président, mes salutations distinguées.

J.H. Louis


 
_______________________

C.

from Barbara Buffet

etudiante, Grenoble3

 

Monsieur Le Président,

Je viens d'apprendre que vous avez ordonné la fermeture du CIEMSA et je suis très choquée de cette décision!

Comment cela est-il possible? Le CIEMSA est actuellement le seul centre de recherche offrant une chance aux étudiants comme moi passionné par la civilisation américaine d'avoir la possibilité de faire leur curcus entier à Grenoble. Nous avons toujours compris, nous les étudiants que l'Université Stendhal privilègiait ouvertement les études Britanniques et décourageait ses étudiants (par le manque de professeurs notamment) à choisir la filière Américaine, mais là je trouve que cela va beaucoup trop loin! Je pense que cela est très grave puisque cela pénalise en premier lieu les étudiants, n'y avez vous pas penser?

J'ai moi même choisi d'effectuer mon Doctorat l'année prochaine à Grenoble pour la qualité de ce centre de recherche et les qualités de Directeur de Recherche de Mr Feeley, malgré toutes les difficultés que je vais rencontrer à cause du manque de moyens mis à la disposition des doctorants au sein de cette université. S'il n'y avait pas eu ce dynamisme je serai partie ailleurs...

L'objectif visé est peut-être de réduire le nombre d'étudiants? Ou bien encore de complètement supprimer la filière d'études nord-américaines?

Quoiqu'il en soit je trouve cette décision injuste ... Ce centre de recherche connaît un très large de succès tant au niveau local, national qu'international et j'en déduit donc que cette décision a été prise sur la base de votre opinion personnelle. Je vous en prie, au-delà de votre opinion personnelle, prennez en considération le fait que ce centre de recherche est une chance pour beaucoup d'étudiants ainsi que pour la réputation de notre université!

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, mes salutations distinguées.

 

Melle Buffet Barbara étudiante en Dea Langue et Cultures du Monde Anglophone.


________________________

D.

from Susan George

[Docteur en Sciences Politiques, La Sorbonne 1978, Vice-Présidente d’Attac France, Directeur associe du Transnational Institute, Amsterdam] 

 

 

Paris, le 18 juin 2004

 

A Monsieur le Président Chezaud,

Université Stendahl de Grenoble

 

 

Monsieur le Président,

 

J’apprends que le centre que dirige Francis Feeley [à qui je demande de vous faire parvenir cette lettre] au sein de votre Université risque de disparaître.   Ce serait à mon sens tout à fait dommage et d’ailleurs dommageable pour Université elle-même. C’est l’un des trop rares endroits en dehors des Etats-unis où l’on peut apprendre qu’une Amérique autre que celle de George W. Bush existe, écrit, publie, enseigne, se fait entendre.

 

 En tant que citoyenne française née aux USA, je peux témoigner que depuis trois ans les invites américains de Francis Feeley fait connaître aux étudiants grenoblois ce qu’autrement ils auraient attendu de longs mois pour apprendre  [voir  par exemple le film Arte sur le régime Bush de ce 18 juin].   Il ne suffit plus, hélas, de compter sur le New York Times pour appréhender ce qui se passe réellement dans ce paysce journal, comme les autres, se contente désormais de la vérité officielle.  Les Etats-unis sont  le pays le plus puissant du monde et affectent  de ce fait chacun de nos destins: ne vaut-il pas mieux savoir ce qui s’y passé réellement? 

 

Université de Grenoble s’honore de proposer à travers le Centre dirige par Francis Feeley un savoir critique, non-officiel, à ses étudiant[e]s et j’espère qu’elle continuera  à  le faire longtemps.

 

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de ma haute considération,

 

Susan George

 

________________________

E.

note from a Grenoble3 student :

 

Hi, Professor Feeley!

I am not surprised at all at hearing such a sad piece of news. Allthough it seems to be a very radical step from Mr Chezaud, one could easily foresee it from the kind of speech he would allowed himself to hold before students. For example, this year as usually he's preparing CAPES students for oral exams. As I am one of these students,I pepared a presentations on colonialism in Congo. His reaction to my presentation was more than vehement, and he even alluded to you as the source of such extremist ideas as colonialism and imperialism. Actually, I think he made the link between what I said and you because me with other students made a petition last year for accepting onother American teacher at Stendhal University. So, sorry to say that again, there is no surprise.

signature of student.

 

______________________

F.

from Paul C. Adams, Ph.D.

Department of Geography and the Environment

Mail Code A3100

University of Texas at Austin

Austin, TX  78712

 

 

M. Chezaud:

 

Je m'excuse de vous écrire en anglais, mais je m'exprime beaucoup mieux en anglais qu'en francais.

 

On the suggestion of Francis Feeley, I am writing to express my support for the Centre des études des institutions et des mouvements sociaux américains (CEIMSA).  As a researcher studying French views of the US, I have noticed that many French scholars with an interest in international affairs are relatively unaware of the internal dynamics of American culture,

and particularly American political culture.  I often read accounts of the US role in global politics that fail to understand the difference in approach and understanding that characterizes the split between Democrats and Republicans in the US, and is even less adequate in capturing the various elements of left and right wing thought in the US.  Indeed it is much

easier to formulate a theory of the US "hyperpuissance," for example, if the internal social

and cultural complexity of the US is reduced to a few simple ideas. 

 

It is in light of this reductionism--natural but ultimately dangerous for French foreign policy--that I strongly encourage you to maintain funding and support for CEIMSA.  It is through focused analysis of American political culture, with attention to critics such as Michael Moore and Jim Hightower no less than the more visible and powerful players such as George

Bush, Condoleezza Rice, Donald Rumsfeld and the rest, that the next generation of French voters, diplomats, businesspersons, and politicians will draw their insight into how best to cooperate with and contend with the United States.

 

I am currently establishing research ties in France, with particular interest in Paris and Grenoble.  I would personally be disappointed to learn of the loss of CEIMSA insofar as Dr. Feeley has provided me with assistance and information in my research.

 

 

Thank you for your interest,

 

Sincerely,

 

Paul Adams

 

___________________________

G.

from Benoit Monange

etudiant a l'IEP, Grenoble

 

 

A l’attention de M. le Président de l’Université Stendhal

 

 

Cher M. Chezaud,

 

            C’est avec un grand étonnement et une profonde amertume que je viens d’apprendre que le centre de recherche CEIMSA dirigé par le professeur Feeley était menacé de disparition.

 

            Depuis mon arrivée à Grenoble en septembre 2000 le CEIMSA a tenu un rôle important dans ma formation universitaire. J’ai assisté aux trois colloques organisés par le centre de recherche. Les conférences y ont toujours été très stimulantes intellectuellement. J’ai pu nouer des contacts avec des intervenants qui m’ont été d’une grande aide lors de la rédaction de mon mémoire. En 2003, j’ai été fasciné par la venue de l’historien Howard Zinn et son ouvrage « Une Histoire Populaire des Etats-Unis », que le colloque organisé à Stendhal a concouru à faire connaître, a reçu le « prix des Amis du Monde Diplomatique » lors d’une cérémonie à l’Assemblée Nationale quelques mois après sa présentation grenobloise.

 

            En ce qui concerne mon travail universitaire, je me dois de souligner ici que le site Internet du centre de recherche a toujours représenté pour moi un outil précieux. La richesse et la pertinence de ses archives en font un site de référence. Je m’y connecte régulièrement pour rechercher des articles en rapport avec la société américaine ou pour trouver des liens vers des sites américains.

 

            Durant l’année scolaire 2003-2004, j’ai vécu grâce au CEIMSA une aventure humaine et intellectuelle qui a été la source d’un profond enrichissement personnel. En effet, j’ai participé, dans le cadre des activités du centre de recherche, à la traduction française du livre de Jim Hightower « Thieves In High Places ». Cette expérience m’a beaucoup appris sur le travail en équipe et sur les techniques de traduction professionnelle. Outre le plaisir de voir mon travail publié et disponible en librairie dans la France entière, cette expérience est également tout à fait valorisante dans mon Curriculum Vitae.

 

            Je sais qu’après sa venue à Grenoble, Jim Hightower est allé faire une conférence devant les étudiants de Science-po Paris. Je suis très reconnaissant au CEIMSA de m’avoir offert la possibilité de rentrer en contact, à Grenoble, avec de grands spécialistes des Etats-Unis qu’il m’aurait été impossible de rencontrer autrement.

 

            Ayant pleinement profité de la richesse des débats et de la qualité des activités organisés au sein du CEIMSA, je ne peux que souhaiter que le centre puisse continuer ses activités. Il en va de l’intérêt des étudiants grenoblois autant que de la renommée de l’université.

 

            En espérant que mon témoignage contribuera à démontrer l’impérieuse nécessité du maintien du CEIMSA, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mon profond respect.

 

MONANGE Benoit, étudiant.

 

______________________

H.

from Jean Derioz

Maitre de conference d'Anglais

Delegue Accueil Handicapes

Grenoble3

 

 

A Monsieur le President :

 

En ces temps où la pensée unique triomphe partout, est-il bien urgent de marquer notre intolérance par une suppression sans gloire d'un organe dissident?

Les petites lâchetés et les règlements de compte sordides ont toujours fait le lit de fautes autrement graves. En quoi la survie de ce centre lèse-t-elle notre université?  Et surtout, aux yeux de qui?  Si procès il y a, qu'il soit au moins public!

 

Jean Derioz

 

 

__________________________

I.

from Philip S. Golub

Professeur Associé, Relations Internationales, Université Paris 8

Enseignant, IEP de Paris

Conseiller de la rédaction, Le mond diplomatique.

 

 

Paris le 20 juin

 

Monsieur le Président,

 

Je vous écris au sujet du CEISMA, centre de recherches de l'Université que vous dirigez et qui est actuellement menaçé de disparition.

 

De l'avis de nombreux chercheurs et spécialistes, dont l'auteur qui vous écrit, la fermeture du Centre représenterait un régression très dommageable à la diversité des approches et des regards dans la recherche en sciences humaines .

 

En mettant fin à un lieu d'analyse et de débats critiques qui a réussi au cours des dernières années à susciter un intérêt international, l'Université de Grenoble nous priverait d'un outil précieux pour l'étude de la société américaine.

 

Je vous serai donc très reconnaissant de  reconsidérer votre décision avant qu'il ne soit trop tard.

 

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments respectueux.

 

 

Philip S. Golub

 

________________________

J.

from Camille Bellissant

professeur à l'UPM

 

 

Monsieur le Président et cher collègue,

 

Le CEIMSA, depuis sa création à l'Université Stendhal, a été le relais d'une information essentielle pour comprendre les enjeux du continent américain, particulièrement ceux des Etats-Unis d'Amérique. Cette équipe de recherche honore votre université et le site universitaire grenoblois dans son ensemble. J'ai personnellement assisté à un colloque organisé par le CEIMSA en mai 2003 avec Howard Zinn et John Gerassi, et j'ai pu apprécier le rayonnement de cette équipe.

 

Aussi, je m'étonne que vous ayez le projet de ne plus soutenir le CEIMSA, et sans vouloir m'immiscer dans la prise de décision de l'Université Stendhal, je vous prie de bien vouloir reconsidérer votre projet, qui ne peut que nuire à la renommée du site grenoblois.

 

 

Je vous adresse, Monsieur le Président et cher collègue, mes meilleures salutations.

 

 

Camille Bellissant

 

________________________

K.

from Andrew Stevenson

Graduate Student in Sociology

The University of Wisconsin-Madison

<ahstevenson@wisc.edu>

Date: June 21, 2004 6:34:10 PM CDT

To: Patrick.Chezaud@u-grenoble3.fr

Subject: It is with great regret

 

 

Dear President Chezaud,

 

        Hello, I am a student at the University of Wisconsin studying Sociology.  I am writing you with great regret after hearing the other day that you and other administrators are calling for the destruction of CEIMSA.  During the past few years, I have found the articles posted on the website to supply me with analytical and helpful information guiding my studies in the discipline of Sociology.  In addition, I have referred the center to many of my professors who were impressed with the scope of material and the long list of world renown intellectual leaders including Edward Herman, Howard Zinn, Susan George, Douglas Dowd, Noam Chomsky and many others.  I was fortunate enough to meet many of these leaders in January of 2001 in Grenoble.  This experience was only possible because of the existence of this center.

Therefore, I urge you to discontinue the call for the abolition of CEIMSA.  In doing so, you will allow for the flow of critical voices to continue in a world that has recently seen (particularly in my country) the gaging of such critiques and calls for peace, justice, and equality.  We (the world community) need now more than ever such open and free academic forums that stand against war, inequality, and undemocratic ideals.

 

Sincerely,

Andrew Stevenson

 

___________________________

L.

from Elisabeth Chamorand,

ancienne M.C. civilisation américaine

Grenoble3

Objet : CEIMSA

 

 

Monsieur le Président,

 

cher collègue,

 

je me permets de vous écrire à propos de la fermeture imminente du centre de

recherches sur les Etats-Unis.

J'estime qu'il est navrant de voir l'administration d'une université mettre

fin à un centre de recherches qui constitue un véritable outil de travail

pour les étudiants et les chercheurs grâce à toute l'information précise

qu'il leur fournit (cf liens sur le site), les articles écrits par des

universitaires ou journalistes américains de renom, et les colloques de très

grande qualité sur l'Amérique contemporaine qui ont demandé un gros travail

de préparation à Monsieur Feeley.

Ce centre a attiré de nombreuses personnes de la région et d'autres

universités françaises à Grenoble à trois occasions durant les quelques

années où il a fonctionné; de l'avis général de ceux qui ont assisté aux

trois colloques, ce centre a posé des questions essentielles sur le rôle des

Etats-Unis dans le monde et s'est efforcé de faire connaître les idées de

personnalités américaines dont la compétence ne peut être mise en doute :

Richard B. Du Boff, Edward S. Herman ou Howard Zinn entre autres. Le CEIMSA

a permis à nos étudiants et à un large public de se faire une idée beaucoup

plus nuancée de ce grand pays que sont les Etats-Unis, et de rapprocher des

peuples aux cultures politiques très différentes. Ce faisant, il a contribué

à animer le campus et la ville de Grenoble où existe un véritable intérêt

pour les Etats-Unis.

Fermer ce centre serait se priver d'une source précieuse d'information et

s'appauvrir intellectuellement.

J'espère que vous, Monsieur le Président, qui avez le souci d'encourager le

développement des Etudes anglophones, reviendrez sur votre décision de

fermer un centre de recherches aussi dynamique.

Cordialement

Elisabeth Chamorand

 

_________________________

M.

from Christelle MEINIER

Etudiante a Grenoble3

 

 

Madame, Monsieur

Je m' appelle Christelle MEINIER et je suis étudiante en maîtrise LLCE anglais. J' ai appris par mon directeur de TER, M. Feeley la menace de disparition du centre de recherche CEIMSA. M' étant spécialisée en civilisation américaine pour mon TER, j' ai eu à consulter beaucoup d' articles sur le site www.u-grenoble3.fr/ciesimsa. Les contacts établis par ce centre de recherche avec d' autres organismes, professeurs émérites dans diverses universités...permettent de comprendre davantage la politique actuelle des Etats Unis ainsi que la situation globale actuelle. Je ne comprends pas pourquoi le délai accordé par l' ancienne prsidente de l' université a été annulé. Pour une fois qu' un centre de recherche se "décarcasse" pour organiser plusieurs colloques sur le campus avec de célèbres intervenants pourquoi veut - on supprimer ce centre? Pourquoi CEIMSA serait - il la victime de la crise concernant la recherche? Il faut réagir avant que cette crise ne se généralise parce que nous jeunes, nous serons tentés d' aller à l' étranger si l' on poursuit dans la recherche.

Christelle MEINIER

 

_________________________

N.

from Richard B. Du Boff

Samuel and Etta Wexler Professor of Economics Emeritus

Bryn Mawr College

Bryn Mawr, PA 19010-2899, USA

le 21 juin 2004

 

                                                                                A Monsieur le Président Chezaud

                                                                                Université Stendahl  Grenoble 3

 

 

Monsieur le Président:

On m’a annoncé que le Centre d’Etudes des Institutions et des Mouvements Sociaux Américains (CEIMSA) à l’Université Stendhal-Grenoble 3 pourrait être terminé. Je regrette cette décision, si elle a vraiment été prise, et je vous demanderais de soutenir le CEIMSA pour qu’il puisse continuer à vivre comme centre d’enseignement et de recherche à Grenoble-3.

 

J’ai été invité comme conférencier et intervenant au colloque du 11-12 janvier 2002 à Grenoble-3 (au sujet de ‘L’hégémonie américaine n’est plus ce qu’elle était”). J’ai trouvé ce colloque très bien organisé et dirigé, rassemblant plus de trente-cinq enseignants et chercheurs, ainsi que des journalists et syndicalistes, de l’Europe et de l’Amérique du Nord, dans vingt-deux ateliers et sessions plénières sur de divers aspects du capital américain à travers le mondeéconomiques, politiques, culturels. Particulièrement impressionant pour moien tant que professeur d’université depuis quarante ans aux USAétait le grand nombre d’étudiants à tous les ateliers et leur esprit engagé et attentif pendant deux jours pleins de débats.

 

Le directeur du CEIMSA, Francis FEELEY, n’est pas qu’un homme de qualification académique mais un directeur fort entreprenant. Il travaille constamment pour mettre à la disposition des ses étudiants un programme d’études américaines qui peut être unique en Francepar exemple, en faisant venir regulièrement d’outremer des professeurs, écrivains, et cinéastes (comme Howard Zinn, Diana Johnstone, Jim Hightower, Michael Moore). Il maintient un site internet (http://www.u-grenoble3.fr/ciesimsa) qui contient des renseignments sur les activités du CEIMSA et des articles et documents publiés aux USA et autrement non, ou difficilement, disponibles.

 

Comme centre d’étude et de recherche,  CEIMSA est digne de l’université française, et sa disparition priverait l’Université Stendhal-Grenoble 3 d’une ressource irremplaçable.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma considération distinguée.

 

Richard B. Du Boff

 

 

_______________________________

O.

from Fred Lonidier

Professor

Visual Arts Dept.

U.C. San Diego

 

 

President Chezaud,

 

I wish to express my strong support for CEIMSA.  From my position in the humanities, I cannot professionally speak about the scientific significance of the institute but it has been of vital use to myself and collegues in the arts and humanities trying to keep up with and critically understand the place of the USA in the world at large.

 

Fred Lonidier

 

 

____________________________

P.

from James A. Stevenson, Ph.D

Associate Professor of History

Dalton College

Georgia

 

 

Dear President Chezaud and other officials,

       

        I am writing to urge you to continue to offer the University of Stendhal's official and financial support for the Center for the Advanced Studies of American Social Movements and Institutions (CEIMSA) in the years 2004, 2005, and thereafter.

        I must say that during the time of CEIMSA's existence, I have recommended its recourses to about 50 students doing research in fields related to the information and topics that CEIMSA has addressed on its web site.  Many of those students have told me that they found the resources on CEIMSA's web site very helpful in composing their research papers.  They have benefited from the interpretive power of the analytical articles, the information and opinion about current issues, and the facts that they have discovered in a timely and organized fashion.  Some of those students may wish to write to you and express their own opinion about the usefulness of CEIMSA.

        As a strong progressive and academic voice in the French philosophe tradition, CEIMSA's articles and research papers by Douglas Dowd, Edward Herman, Gerard Dumenil, Howard Zinn, Bertell Ollman, Richard Du Boff, Authur Mitzman, Susan George, etc. are informative and original.  Those writers and much more that CEIMSA offers in terms of ideas and analyses are a valuable source for researchers in the U.S.  Using the resources provided by CEIMSA, I have composed several research articles that I intend to publish in academic journals in the next two years -- one has already been accepted. Of particular value to me has been the work of Professor Feeley himself.  In his articles and newsletters, he has described and outlined pedagogical, epistemological, and ontological issues in a clear and insightful manner.

        Most importantly, Professor Feeley has created a forum in which ideas and issues can be debated in the best and highest tradition of scholarship and the university's role to challenge students and scholars to think critically about serious and raging problems.  For all these reasons, I hope that you will continue the University of Stendhal's official support of CEIMSA though 2005 and beyond.

        Cordially,

        James A. Stevenson, Ph.D

        Associate Professor of History

 

 

DOCUMENT #5

 

30 June 2004

Grenoble, France

 

Dear Colleagues and Friends of CEIMSA,

 

Here is one more uplifting letter of support arguing for the survival of our research center --this one from Professor Bertell Ollman, at NYU.

 

 

all the best wishes,

Francis Feeley

Professor of American Studies/

Director of Research

 

 

 

 

____________________________

Date: Tue, 29 Jun 2004 13:02:02 -0400

From: obertell

To: Patrick.Chezaud@u-grenoble3.fr

CC: Michael.Lafon@u-grenoble3.fr, troisvallets@gestion.u-grenoble3.fr,

            Odile.Lagacheri@u-grenoble3.fr, George.Tyras@u-grenoble3.fr,

            Francoise.Papa@u-grenoble3.fr, Susan.Blattes@u-grenoble3.fr,

 

Subject: The fate of CEIMSA

 

Dear Dr. Chezaud,   I am writing you in the hope of keeping the University of Grenoble from making a dreadful mistake. It seems that your prestigious university is in the process of bringing to an end one of the most innovative and important American Studies programs in the world because - as far as I can gather - it is said to be lacking in just these qualities.   First a word on my credentials. I am a full professor in the Dept. of Politics at New York University and have authored and edited thirteen books in American politics, comparative politics and political theory. I received my doctorate at Oxford University in 1967 and have given courses at Oxford and Columbia besides NYU. I have also given about 300 lectures at universities in 14 different countries, including a couple for CEIMSA at the University of Grenoble. In 2001, I received the first McCoy Award for life-time scholarship from the New Political Science section of the American Political Science Association. In short, I like to think that I am something of an authority on American politics and therefore in a good position to evaluate the many American Studies programs I have encountered both in the U.S. and around the world.    In 2002, I spent several days in Grenoble at a CEIMSA conference, where I had a lot of contact with both faculty and students, and since then I and my NYU students have made frequent use of CEIMSA's excellent website. (I have also read two of Professor Feeley's books and several of his articles). Throughout I have been extremely impressed by the sheer intellectual excitement, high scholarly quality, tolerance for different views, and stimulating dialogue that have marked all my experiences with CEIMSA. The conference I attended there in 2002 was a highlight in a life made of hundreds of such conferences. It certainly gave me more to think about than practically any other conference I've attended in many years.     You know and I know that the main thrust of the scholarly work and exchanges done at CEIMSA  are of a progressive nature, but it is just this that makes its scholarly contribution to American Studies so important. The scholarly work of progressives in this field is vast. I am particularly well placed to attest to this, since I co-edited a three volume work, THE LEFT ACADEMY: MARXIST SCHOLARSHIP ON AMERICAN CAMPUSES (1982-'86), that brought together the best of this work from twenty-three different disciplines. Such efforts continue to grow in practically every discipline. But for reasons you will understand, there are relatively few places and occasions to display the results. It is not only progressive scholars who lose out from this, but also their disciplines, their colleagues, the universities generally and of course the students, because they/we have something important to contribute the ongoing discussions and common search for the truth. Serious scholars and university administrators of all political persuasions understand this, and, if they truly believe in the sanctity of academic freedom, they do what they can to allow this exchange between progressive scholars and the rest of the academy to take place.    I had concluded from the existence of CEIMSA at Grenoble that your university is place where such a commitment existed. In fact, your university may have been in the forefront in the entire western academy in promoting top quality exchanges between progressive and other scholars in the field of American Studies. Truly, from my perspective, it has been a magnificent achievement, for which I shall always honor all those who made it possible, especially Professor Feeley. It is with great sadness that I learned that this period of "greatness" - yes, I consider it such - is now coming to an end. Is it at all possible for you to reconsider? You would be doing an outstanding service to your university, to the students and faculty who work there, to American Studies world-wide, and to the pursuit of truth wherever that may lead.      Sincerely Yours,          Professor Bertell Ollman          Dept. Politics          New York University


 

DOCUMENT #6

 

 

                                                            Mme. Elisabeth Chamorand                               

                                                            Professeur émerite de civilisation américaine

                                                            Univerité Stendhal                                                                                             

                                                                        à

 

                                                            Mme. Odile Lagacherie

                                                            Vice-Président du Conseil d'Administration

                                                            Université Stendhal-Grenoble3

                                                                                   

 

           

                                                            Grenoble, le 02 Jul 2004

 

 

À : <odile.lagacherie@u-grenoble3.fr>

 

Odile,

Je suis absolument choquée de ce que je viens de découvrir ce soir.

 

J'ai beaucoup utilisé le site de Francis pour ma modeste recherche en

civilisation américaine : cette année, j'ai coopéré au livre de X.Verschave

sur la santé dans lequel j'ai écrit un article sur la politique américaine

en matière d'accès aux médicaments, livre qui va paraître à l'automne; j'ai

aussi écrit un article en anglais sur l'industrie pharmaceutique qui

paraîtra à l'automne dans une revue publiée par l'Université de Nancy.

Aujourd'hui, j'ai voulu consulter le site CIESIMSA du centre dirigé par le

professeur Francis Feeley pour une information dont j'avais besoin, et à ma

surprise, le site n'existe plus. Francis vient de m'apprendre que tu as transmis l'ordre du Président de fermer ce site.

 

Comment allons-nous avoir accès à toutes les publications des 3 colloques,

et à toutes les autres communications sur ce site? Comment allons-nous

pouvoir consulter les liens qui donnaient des références précises à des

centaines de sites progressistes aux Etats-Unis? J'ai vanté ces sources

d'information à mes collègues américanistes dans le passé, car je trouvais

que Francis nous donnait des moyens d'améliorer notre recherche, et voilà

que tout cela est effacé, mais POUR QUELLE RAISON?

 

Ce n'est que dans les dictatures fascistes qu'on se permet de détruire le

travail de chercheurs et de priver les intellectuels de leurs outils de

recherche.

 

 

Je ne comprends pas du tout que toi, progressiste, membre du SNESUP, tu aies

pu donner un ordre pareil. Où allons-nous?

 

Elisabeth Chamorand


 

DOCUMENT #7

 

30 June 2004

Grenoble, France

 

 

Dear Colleagues and Friends of CEIMSA,

 

Below, please find several more letters supporting the right for CEIMSA to exist.

 

Meanwhile, our university webmaster has just informed me that the President  of Standhal University has ordered the removal of the CEIMSA web site from the Standhal University server, AS OF 1 JULY . . . .

 

 

Date: 30 juin 2004

Subject: Site web

 

Bonjour Francis,

 

A la demande de la Direction, je dois ôter le site Ciesimsa des sites web de l'université pour le 1er juillet. Je ferais donc une sauvegarde du site aujourd'hui et te le graverais sur un CD.

Tu devrais pouvoir trouver facilement un hébergeur extérieur.

 

A+

Gérard Wagner

Mél : Gerard.Wagner@u-grenoble3.fr

Ressources Informatiques de Stendhal

Tél : 04 76 82 68 66

 

 

 Sincerely,

Francis Feeley

Professor of American Studies/

Director of Research

 

 

_________________________

Below are a second series of letters sent to the Stendhal University president, protesting the attack on our research center :

 

_______________________

A-2

from

Mme Sylvia ULLMO

Professeur émérite de Civilisation Américaine

Université François Rabelais, Tours.

 

 

Monsieur le Président,

 

C'est avec une grande émotion que j'apprends votre décision de procéder à "l'extinction" du CEIMSA.

 

J'ai été membre du Jury d'Habilitation à Diriger la Recherche de Francis Feeley, et je connais la qualité de son travail et l'originalité d'une pensée menée certes par une certaine passion d'engagement, mais appuyée par une solide formation d'historien.

Les personnalités comme celle de Francis Feeley sont extrêmement précieuses à l'université française : il nous apporte une expérience méthodologique différente mais de valeur, et fait accéder nos étudiants à des écoles d'historiens dont l'importance n'est plus à établir; l'école du Wisconsin notamment. D'autre part, j'ai eu l'occasion de constater le soin et l'attention que Francis Feeley apporte à la lecture et à la direction des mémoires engagés avec lui, et je sais que peu de nos collègues en font autant.

 

Lorsque Francis Feeley a déposé sa candidature sur le poste de Professeur de Civilisation Américaine à l'université deTours, j'étais membre de la Commission de Spécialiste, et je peux vous assurer qu'il a été classé premier à l'unanimité. Francis Feeley a choisi de retourner à Grenoble où on lui promettait la création de ce Groupe de Recherche qui lui a permis de donner la pleine mesure de son esprit original et dynamique. Je regrette d'autant plus aujourd'hui qu'il n'ait pas accepté le poste de Tours.

 

Je suis venue à Grenoble assister à cet extraordinaire colloque qu'il avait organisé il y a trois ans sur lr problème des Multinationales : je n'avais jamais de ma longue carrière vu autant d'étudiants et de lycéens réunis aux côtés des universitaires présents.

Je n'aurais jamais pu imaginer que l'université de Grenoble sanctionnerait un jour un universitaire aussi dévoué à sa mission de diffusion et d'encadrement de la recherche.

A une époque où les colloques sont suivis par quelques dizaines de personnes - une centaine au mieux - ce colloque avait réuni plus d'un millier de participants, et la variété tout autant que la qualité des communications ont été exceptionnelles. Est-ce le succès peu "traditionnel" de ce colloque que l'on reproche aujourd'hui à Francis Feeley? Je ne veux pas imaginer que la sanction qui s'abat sur le CEIMSA puisse avoir été déterminée par la coloration politique émanant de ce mémorable colloque.

 

Je sais que les directives ministérielles récentes encouragent les regroupements d'unités de recherche. Il serait désolant toutefois que ces regroupements doivent se faire au détriment de la diversité, de l'innovation et de la liberté de pensée, cela d'autant plus que le CEIMSA est le seul Groupe de Recherche de Civilisation Américaine de la région, en ces moments où l'actualité a tellement démontré l'indispensable connaissance des Etats-Unis.

 

J'ose espérer Monsieur le Président, que vous voudrez bien reconsidérer votre décision de fermer le CEIMSA devant l'émotion que ressent la communauté universitaire à laquelle j'appartiens, celle des Américanistes, et je vous prie de croire, à l'expression de ma très haute considération.

 

 

Sylvia Ullmo

 

_______________________

B-2

from

Christian Perrier,

Ex-Directeur du LAOG (Laboratoire d'AstrOphysique)

Observatoire de Grenoble

Univ. J. Fourier

 

 

à : M. Patrick Chezaud, le President de l'Universite Stendhal

 

Grenoble, 30/6/04

 

 

Monsieur le Président,

 

Dans le contexte international actuel, les formations universitaires et travaux de recherche tendant à mieux appréhender la réalité de la civilisation nord-américaine me semblent un élément important de notre dynamisme universitaire.

L'existence d'un centre de recherche sur ces questions à Grenoble est assurément un élément favorable pour le rayonnement de nos universités.

 

La décision de fermer le CEIMSA m'apparait donc être une mauvaise décision et cela serait d'autant plus le cas si cette décision revenait sur un engagement récent de votre université.

 

Etant donné ces éléments, et malgré le fait que je n'ais pas de compétence sur le sujet, je trouverais très regrettable qu'il ne soit pas au moins donné plus de temps au responsable de ce centre pour montrer la validité d'une approche en réseau telle que proposée précédemment.

 

Je soutiens donc la requête de M. F. Feeley et vous demande de bien vouloir revenir sur votre décision en prolongeant ce centre d'une durée suffisante pour les objectifs proposés par lui.

 

 

Veuillez recevoir, M. le Président, l'assurance de mes sincères salutations,

 

 

_________________

Christian Perrier             tel. (direct):   (33) 4 76 63 57 28

Ex-Directeur du LAOG(UMR 5571)secret. (labo):  (33) 4 76 51 47 88

Laboratoire d'AstrOphysique   secret.( obs.):  (33) 4 76 51 49 81

Observatoire de Grenoble      telecopie:       (33) 4 76 44 88 21

Univ. J. Fourier - BP 53      http://www-laog.obs.ujf-grenoble.fr

F-38041 GRENOBLE CEDEX 9

 

_______________________

C-2

from

Jo BRIANT, président du Centre d'information inter-peuples 

Centre d'Information Inter-Peuples

 

 

Centre d'Information inter-peuples

Maison des Associations

6 bis, rue Berthe de Boissieux

38000  Grenoble

tel / fax : 04 76 87 59 79

mel: ciip@wanadoo.fr

Grenoble le 29 juin 2004

 

à

 

Monsieur Patrick CHEZEAUD

Président de l'Université Stendhal (Grenoble)

 

 

Subject: Demande de non fermeture du CEIMSA

 

 

Monsieur le Président,

 

Notre association interculturelle et de solidarité internationale, implantée et connue sur l'ensemble du département, et même bien au delà depuis 1980, a appris avec étonnement et tristesse le projet de fermeture, nous n'osons parler de "liquidation", du CEIMSA, ce centre de recherches animé entre autres par Monsieur Francis Felley, axé sur la civilisation "américaine" et les problèmes sociaux, économiques et politiques inhérents à la société nord-américaine. Notre association a notamment participé au Colloque sur l'"Impact des multinationales américaines" en janvier 2002. Nous avons été littéralement stupéfaits par le nombre très impressionnant et la qualité des intervenants, et du public ( 1200 participants environ). Beaucoup se dirent : "voici l'exemple parfait du rôle intellectuel que peut et soit remplir l'Université sur les grands problèmes de notre temps". Deux autres colloques ont été organisés, à notre connaissance, par ce centre, toujours portés par la même exigence intellectuelle.

 

Nous n'osons pas penser à la fermeture et à la cessation d'activité d'un centre aussi rayonnant. Nous voulons croire de toutes nos forces qu'il s'agit d'un malentendu qui sera vite dissipé, ce qui dépend d'abord de vous.

 

Nous vous remercions, Monsieur le Président, pour l'effort décisif que vous ne manquerez pas d'entreprendre pour le maintien d'un centre aussi "performant" et éminemment "utile". La déception et l'amertume seraient immenses à Grenoble et dans sa région si par malheur une telle menace se concrétisait, ce que nous nous refusons de croire.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes salutations respectueuses et citoyennes.

 

Jo BRIANT, président du Centre d'information inter-peuples 

Centre d'Information Inter-Peuples

6 bis, rue Berthe de Boissieux

38000 GRENOBLE

Tel/Fax : 04.76.87.59.79

http://assoc.wanadoo.fr/ciip

 

________________________

D-2

from

Shirley Douliere, third year student of anglo-american studies

 

 

Mr. Chezaud,

On hearing that you are to close the CEISMA I would like to express my strong disaproval and worryness. As a third year student of LLCE anglais, I benefited from the CEISMA since I was in freshman year. This year being in Aberdeen, Scotland and then in Chapel Hill NC, I have been able to keep up with the other students in Stendhal regarding American civilisation

issues thanks to the CEISMA web site. I was already concerned about the lack of library

facilities we had but the quality of teaching and the CEISMA enabled me to stay and regard doing my entire university cursus in Stendhal.

The question now is should the students attend a university that is smothering its own young team of research? what is to become of us? is the aim of Stendhal University to narrow down its students facilities and cut them from the world?

I have always been under the impression that we were pushed to widen our field of search so as to be up to date students. With the shutting down of the center ,it appears that

I was wrong and consequently there is no facilities offering us  convenient education and tools to complete post graduate work in Grenoble.

 

 

I hope you will reconsider your position for the sake of the students,

 

Shirley Douliere, third year student of anglo-american studies

 

________________________

E-2

from

Christophe Mileschi

 

 

Monsieur le President,

Chères et chers collègues

 

je prends connaissance du courrier de notre collègue Francis Feeley.

 

J'ignore tout de ce dont il s'agit, mais si ce que Feeley craint (la suppression de son centre) se confirme, c'est extrèmement péoccupant, pour trois sèries de raisons:

1. J'ai en mémoire le concept de continuité" avec la gestion précédente,

comme argument de campagne lors des élections pour la présidence.

2. La suppression d'un centre pour la seule raison que l'expertise

ministèrielle n’était pas favorable (alors qu'il n'existait que depuis 3

ans, si j'ai bien suivi!) ouvre la porte des pratiques dont tout le monde

peut s'effrayer. Je crains d'y voir la confirmation d'une tendance de notre Etablissement se ranger (du moins quand a l'arrange) aux décrets qui  tombent d'en haut. J'ai en mémoire nos luttes (communes) pour les labels des masters, et celles plus récentes (et encore communes) contre les avis défavorables des experts ministériels sur nos projets de master.

3. Les activités du CEIMSA m'ont frappé, dés mon arrivée à Grenoble, par leur qualité scientifique, à laquelle s'allie un engagement visible dans le sens de ce qu'on appelle parfois l'altermondialisme. Aujourd'hui que les médias imposent de manière écrasante une vision unique du seul monde possible, l'université est l'un des derniers lieux d'une contre-pensée,

en tout cas d'une pensée aussi libre que possible des nouveaux dogmes. Que ce

soit justement le CEIMSA qui se retrouve dans la ligne de mire ne me dit rien de bon, c'est-à dire me dit que nous sommes en train de prendre systèmatiquement des décisions suicidaires.

Pour toutes ces raisons, je m'associe pleinement à la demande de notre collègue, que l'engagement pris par Lise Dumasy soit respecté jusqu'à son terme.

Cordialement

Christophe Mileschi

 

________________________

F-2

from

 

________________________

G-2

from

Clea Caulcutt

Etudiante en LLCE Anglais

 

 

M. Chezaud,

 

Je viens de prendre connaissance de votre volonté de dissoudre le centre de recherché CEIMSA. Je trouve cela très décevant de voir que vos premières décisions en tant que président de l’université Stendhal sont si néfastes, peu démocratiques et détrimentaires aux étudiants.


Je trouve aussi que cette décision prise en fin d’année alors que les étudiants concernés par la dissolution du centre ne sont plus à Stendhal est injuste.


Le CEIMSA est un des centres les plus actifs à Stendhal et engagent la participation de beaucoup d’étudiants.  Beaucoup d’entre nous avons assisté aux colloques avec grand interet. Il est très rare de pouvoir participer en Europe aux débats qui affectent la politique américaine contemporaine.


Il me semble aussi que votre décision contredit les volontés de la présidente précedente et qu’elle ne respecte pas le principe d'indépendance des chercheurs. En dissolvant le CEIMSA, il me semble que vous abusez de votre position de président de l’université.


Malgré le peu temps qu’il nous reste avant le départ de tous les étudiants, nous allons chercher à prendre certaines initiatives grace à nos syndicats étudiants.

Je vous remercie et vous prie de revoquer votre décision de dissoudre le CEIMSA aussi hativement.


Clea Caulcutt

Etudiante en LLCE Anglais

 

________________________

H-2

from

Larry PORTIS

Professeur des universités

Département d'études anglophones

Université Paul Valéry (Montpellier 3)

 

 

M. Patrick Chezaud

Président

Université Stendhal, Grenoble 3

 

Cher Monsieur,

 

Je vous écris pour dire le plus grand bien des activités du Centre d'études des institutions et

des mouvements sociaux américains (CEIMSA ) dirigé par M. le Professeur Francis Feeley auquel je m'associe.

 

M. Feeley et son équipe ont réussi à mettre en place ce que nul n'a encore fait en France : non seulement réunir des chercheur(e)s spécialistes des Etats-Unis: mais aussi les plus grands noms d'un courant critique de la vie politique états-unienne. Noam Chomsky, Howard Zinn, Michael Parenti, Jim Hightower, Edward Herman et bien d'autres sont en effets connus et respectés par tous ceux qui travaillent sur l'évolution des Etats-Unis aujourd'hui. Ces personnes sont plus que des spécialistes scientifiques, ils sont les véritables acteurs qui font l'histoire. Je peux vous assurer que l'Université Stendhal  a aujourd'hui un rayonnement aux Etats-Unis grâce aux efforts de Francis Freeley et de son centre. Les étudiant(e)s de l'Université Stendhal sont aussi privilégié(e)s de pouvoir rencontrer ces

personnes, et d'enrichir ainsi leur vision pendant leur cursus universitaire.

 

J'espère que M. Feeley aura la possibilité de continuer le travail réalisé au sein du CEIMSA et le soutiens sans réserve.  Je serai heureux d'en parler avec vous et me tiens évidemment à votre entière disposition pour tout complément d'information.

 

Je vous prie, cher Monsieur, d'agréer mes respectueuses salutations,

 

 

L. PORTIS

Professeur des universités

Département d'études anglophones

Université Paul Valéry (Montpellier 3)

Route de Mende

34199 Montpellier

 

________________________

I-2

from

Mlle Soraya Bouzidi, étudiante en D.E.A. à Grenoble.

 

 

A Grenoble, le 25/06/04

 

Monsieur le Président,

 

Lorsque j ai appris la fermeture du centre CIEMSA, dirigé par M. Feeley, je n ai pas été vraiment surprise !! En effet, les positions de M. Feeley et de son équipe sont gênantes, n est-ce pas ? Gênantes, parce qu elles remettent en question la version politiquement correcte de l enseignement des études nord-américaines ; parce qu elles offrent aux étudiants une perspective différente des Etats-Unis aussi bien sur leur propre société que sur leur politique extérieure (cf. Israël vs. Palestine). Le travail de M. Feeley est effectivement dérangeant pour toute personne ne voulant pas que les étudiants aillent voir par eux-mêmes au-delà de la version politiquement correcte si une autre version, plus gênante justement, se cacherait. Il est effectivement dangereux, Monsieur le Président, de donner la possibilité aux étudiants de questionner tous ces consensus établis, qu aujourd hui vous semblez clairement défendre.

 

Je pense que votre position est une erreur fondamentale pour l université Stendhal. Car ne vous en déplaise, le CIEMSA contribue beaucoup à enrichir les recherches des études nord-américaines et n est-ce pas là le but initial de toute recherche scientifique ? De plus, il inspire et a inspiré, comme ce fut mon cas, de nombreux étudiants et étudiantes à poursuivre dans le domaine de recherche ; mais peut-être comme une de mes camarades l a remarqué «L'objectif visé est peut-être de réduire le nombre d'étudiants? ».  Sachez dans tous les cas que cette décision ne sera certainement pas sans conséquence négative pour l université Stendhal, qui verra très probablement partir ses futurs chercheurs en civilisation américaine, mais aussi d une manière générale sur la recherche des études nord-américaines, puisque le CIEMSA en représente un des éléments moteurs en France.

 

J espère Monsieur le Président que toutes nos interpellations finiront par attirer votre attention sur la nécessité que le CIEMSA ne disparaisse pas et je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, mes salutations distinguées.

 

Mlle Soraya Bouzidi, étudiante en D.E.A. à Grenoble.

 

________________________

J-2

from

James Underhill

 

Date: Thu, 24 Jun 2004 13:13:49 +0200

 

 

I find it a pity that your group has been disolved - and sent the following message to Susan Blattes, UFR d'Anglais:

 

 

Francis Feeley is upset about his group being disolved and seems to believe there is a conspiracy. As far as I understand, he hasn't managed to organise enough publications to keep his funding and group status going.

 

 

I don't really identify with his counter-culture approach to American society. But it does seem a shame that someone so active in organising debates and involving students should be excluded from university activity in this way. We all know the power play involved in attracting researchers to one's group and the self-interest that keeps some researchers in certain groups with no real conviction. All of this produces far too much unreadable and repetitive 'research'' which of course, since it serves interests, is never sanctioned or fairly evaluated. Feely seems to be uninterested in that side of politics. To my mind, that is not to his discredit. I can't help feeling therefore that the decision stems from a failure in the system to nourish and stimulate debate.

 

 

James Underhill

 

________________________

K-2

from

Sophie Bossy, etudiante IEP, Grenoble.

 

Subject: en défense du CEIMSA

Date: Thu, 24 Jun 2004 19:52:09 +0000

 

M. le Président Chezaud

 

          Je viens d’apprendre avec stupeur que l’université envisage de mettre un terme aux activités du centre de recherche CEIMSA. Cette éventualité me peine autant qu’elle me surprend. En tant qu’étudiante, le centre de recherche que dirige Francis Feeley m’a toujours beaucoup apporté au cours de mes études. J’y ai trouvé conseil et soutien lors de la rédaction de mes travaux universitaires. Le site Internet du centre foisonne d’informations utiles et j’ai souvent été amenée à le recommander à d’autres étudiants qui faisaient des recherches sur les Etats-Unis.

          J’ai découvert le CEIMSA lors du colloque de janvier 2002 sur «l’impact des multinationales américaines sur la société» et je me suis rendue à tous les autres colloques organisés par ce centre de recherche. Lors du colloque de 2002, j’ai pu rentrer en contact avec un professeur américain avec lequel je suis toujours en correspondance. Avec l’aide de ce professeur, j’ai pu avoir accès, dans le cadre de la rédaction de mon mémoire, à de la documentation qu’il m’aurait été difficile de trouver en France.

          Il me semble, à mon modeste niveau, que le CEIMSA a contribué à faire de Stendhal un pôle d’attraction et participe de manière positive à la formation des étudiants grenoblois. C’est pourquoi je tenais à vous exprimer mon souhait que les activités entreprises par le CEIMSA puissent poursuivre leur cours.

          En vous remerciant du temps que vous aurez bien voulu porter à mon courrier, je vous prie de croire, Monsieur, en mes sentiments respectueux.

 

Sophie Bossy

 

________________________

L-2

from: Xavier Nerrière

Pour l’équipe du Centre d’histoire du travail,

 

Présidence de l’Université

Université Stendhal

Grenoble

 

                                                                Nantes, le 24 juin 2004

 

 

Monsieur le Président,

 

   Le Centre d’histoire du travail de Nantes, centre d’archives syndicales et sociales de Loire-Atlantique, tient à remercier très chaleureusement Francis Feeley, directeur du Centre d’étude des institutions et des mouvements sociaux américains (CEIMSA) attaché à votre université, pour son intervention dans le cadre de notre cycle de cinéma consacré au syndicalisme aux Etats-Unis.

 

    Notre association, étroitement liée à l’Université de Nantes, s’était donné pour objectif, à travers une série de trois films présentés en 2003 et 2004 et suivis d’interventions et de débats, de sensibiliser le public à une vision moins manichéenne et caricaturale des Etats-Unis. L’intervention de Francis Feeley, après celle de Marianne Debouzy, professeur à l’Université Paris VIII, et de Larry Portis, professeur à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, a remarquablement conclu notre cycle en offrant une synthèse très appréciée par le public et les nombreux étudiants en civilisation américaine présents dans la salle.

 

    En conséquence nous nous permettons d’exprimer notre étonnement à l’annonce de l’intention de l’Université Stendhal de Grenoble de fermer le CEIMSA, laboratoire dirigé par Francis Feeley lui-même. Nous témoignons de la difficulté que nous avons rencontrée pour trouver des intervenants compétents sur le thème du syndicalisme aux Etats-Unis, sujet souffrant d’un double handicap puisque le mouvement ouvrier est l’un des parents pauvres de l’historiographie contemporaine et que d’autre part, tout ce qui touche les Etats-Unis est discrédité par l’antiaméricanisme primaire ambiant. Nous nous étonnons donc qu’une université française puisse sacrifier un outil tel que le CEIMSA et nous espérons que vous reviendrez sur cette décision.

 

    Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations distinguées.

 

 

Pour l’équipe du Centre d’histoire du travail,

Xavier Nerrière

 

 

 

DOCUMENT #8

 

 

Odile LAGACHERIE

Vice-Présidente du Conseil d'Administration

                                                                                   

A

 

Francis FEELEY

                                                            Professeur

 

 

 

 

Monsieur le Professeur,

 

Conformément à la décision du Conseil Scientifique du 23 mars 2004, concernant le CEIMSA, il ne sera plus possible que le site institutionnel héberge votre site, à compter du 1er juillet, conformément à la décision du Président de l'Université. Je pense que vous avez dû faire le nécessaire pour qu'il puisse migrer vers un autre support. Pour cela, vous pouvez prendre contact avec Gérard Wagner du CRAI qui est à votre disposition.

Avec mes sincères salutations,



Odile LAGACHERIE

(signature)

 

 

 

DOCUMENT #9

 

5 July 2004

Grenoble, France

 

 

Dear Colleagues and Friends of CEIMSA,

 

On July 1, 2004 our Research Center web site, http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa , was removed from the Stendhal University server. Our university administators cut the line to our web site, which was an important research tool for hundreds of students and scholars in Europe and America. Several thousand pages, including the "Publications des ACTES" of three international confrences which contained articles written by teachers at Stendhal University, as well as many, many other scholars are no longer available to researchers and students..

 

This arbitrary and grossly irresponsible attack on academic freedom has already provoked a response from one active scholar.  (Please see letter below.) We invite you to join us in defending nothing less than a fundamental academic freedom : TO CONDUCT RESEARCH AND TO READ SHCOLARLY PUBLICATIONS.

 

In addition to impeding current research, Stendhal University administrators have interupted my summer course on U.S. Foreign Policy, offer to a group of students from The University of Texas-Austin, who until now were using our research center web site to prepare for their summer class on the  Grenoble campus. This course will soon be completed, but without the necessary readings found on the CEIMSA web site.

 

Again, we invite you to protest this arbitrary action against our research center and against academic freedom, an action which has been accompanied with no explanation --neither in writing

nor verbal !???

 

 

Sincerely,

 

F. Feeley

Professor of American Studies

University of Grenoble

 

 

_____________________________________________________________

 

                                                                        Mme. Elisabeth Chamorand                   

                                                                        Professeur émerite de civilisation américaine

                                                                        Univerité Stendhal                                                                                 

                                                                                                à

 

                                                                        Mme. Odile Lagacherie

                                                                        Vice-Président du Conseil d'Administration

                                                                        Université Stendhal-Grenoble3

                                                                                   

 

           

                                                                        Grenoble, le 02 Jul 2004

 

 

À : <odile.lagacherie@u-grenoble3.fr>

 

Odile,

Je suis absolument choquée de ce que je viens de découvrir ce soir.

 

J'ai beaucoup utilisé le site de Francis pour ma modeste recherche en civilisation américaine : cette année, j'ai coopéré au livre de X.Verschave sur la santé dans lequel j'ai écrit un article sur la politique américaine en matière d'accès aux médicaments, livre qui va paraître à l'automne; j'ai aussi écrit un article en anglais sur l'industrie pharmaceutique qui paraîtra à l'automne dans une revue publiée par l'Université de Nancy. Aujourd'hui, j'ai voulu consulter le site CIESIMSA du centre dirigé par le professeur Francis Feeley pour une information dont j'avais besoin, et à ma surprise, le site n'existe plus. Francis vient de m'apprendre que tu as transmis l'ordre du Président de fermer ce site.

 

Comment allons-nous avoir accès à toutes les publications des 3 colloques, et à toutes les autres communications sur ce site? Comment allons-nous pouvoir consulter les liens qui donnaient des références précises à des centaines de sites progressistes aux Etats-Unis? J'ai vanté ces sources d'information à mes collègues américanistes dans le passé, car je trouvais que Francis nous donnait des moyens d'améliorer notre recherche, et voilà que tout cela est effacé, mais POUR QUELLE RAISON?

 

Ce n'est que dans les dictatures fascistes qu'on se permet de détruire le travail de chercheurs et de priver les intellectuels de leurs outils de recherche.

 

Je ne comprends pas du tout que toi, progressiste, membre du SNESUP, tu aies pu donner un ordre pareil. Où allons-nous?

 

Elisabeth Chamorand


 

DOCUMENT #10

 

7July 2004

Grenoble, France

 

Dear Colleagues and Friends of CEIMSA,

 

The attempt to shut down our Research Center has met with considerable resistance. However, our university web site at http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa is no longer available to hundreds of students and scholars who have been using it these past three years.

 

Below, please read some additional protests to this unilateral action on the part of the Stendhal University administration against our research activities this summer.

 

 

Sincerely,

Francis Feeley

Professor of American Studies

Université Stendhal Grenoble3

 

_____________________

A.

from Michael Parenti

 

To: Odile.Lagacheri@u-grenoble3.fr

From: Francis Feeley <francis.feeley@u-grenoble3.fr>

Subject: Fwd: Re: LETTER TO THE VICE-PRESIDENT OF THE "CONSEIL D'ADMINISTRATION" AT STENDHAL UNIVERSITY

Cc: Patrick.Chezaud@u-grenoble3.fr, Michael.Lafon@u-grenoble3.fr, troisvallets@gestion.u-grenoble3.fr,      , George.Tyras@u-grenoble3.fr, Francoise.Papa@u-grenoble3.fr, Susan.Blattes@u-grenoble3.fr

 

                                                                        Mme. Odile Lagacheri

                                                                        Vice-Président du Conseil d'Administration

                                                                        Université Stendhal-Grenoble3

 

 

Dear Vice President Lagacherie,

 

I wish to add my voice to the many who are protesting the attempt to close down CEIMSA at Stendhal University. This research center has been a source of creative work, good teaching, and ground-breaking conferences.

 

I was privileged to participate in one those conferences two years ago.  At that time I encountered a number of students who were enthusiastic and interested in the CEIMSA program and who were gleaning much intellectual and scholarly  benefit from the advanced training they were getting.

 

Given the high quality of the CEIMSA program, and the high morale of the students and faculty, many of us can only conclude that the attempt to terminate the program is politically motivated.

 

As a holder of a Ph.D. from Yale University, the author of 18 books and over 250 articles, and as one who has taught or spoken at many universities throughout the United States, Canada, New Zealand, and Europe, I was much impressed by the program, spirit, and content of the

Research Center that you now seem so determined to close down. 

 

Please show some regard for the needs and interests of the intellectual community and reconsider your decision.

 

Michael Parenti, Ph.D.

 

____________________________

B.

from Jacques Toledano

Vice-Président des Amis du Monde Diplomatique

 

                                                                                                Mme. Odile Lagacherie

                                                                        Vice-Président du Conseil d'Administration

                                                                        Université Stendhal-Grenoble3

 

                                                                        Grenoble, le 6 juillet 2004

 

Madame :

Appréciant les travaux et les initiatives de Francis Feeley, je ne peux pas vous cacher le choc que provoque votre décision, très arbitraire par rapport aux importants apports de Francis Feeley sur la civilisation américaine contemporaine.

 

Ce n est pas la première fois que des personnalités, se disant progressistes dans le milieu universitaire (cela fait bien), prennent des mesures aussi scandaleuses !

 

Les conservateurs n avaient pas osé, les « anciens progressistes » l ont fait.

 

Une telle décision, de fermer le site CIESIMSA, est scandaleuse, à un moment aussi crucial où la démocratie nécessite courage et responsabilité.

 

Le champ de la réaction n est pas toujours là où l attend !

 

Votre mesure vise à étouffer l information  originale, venant très souvent des Etats-Unis, qu'aucun organe local ne communique.

 

 Il serait maintenant plus clair que vous nous informiez de votre politique et de votre objectif, par rapport à cette décision très négative même pour l Université Stendhal.

 

Jacques Tolédano

Vice-Président des Amis du Monde Diplomatique

 

 

_____________________

C.

from

Jennifer Birch

Canadian Student at The IEP, Grenoble

 

President Chezaud,

 I have recently heard of your decision to shut down the CEIMSA. I have a read a veritable plethora of letters sent to you concerning this matter. The letters, as you know, come from a number of different sources. From experts and profesionnals in the field of american studies to students, the letters all come from those who have benefitted greatly from the invaluable work produced by the centre. I could go on to repeat the innumerable reasons to keep the centre open. I will not do so for two reasons. Firstly, the reasons for continuing the centre are obvious. Secondly, I think that the accomplished professionals who have already written to you detailed the reasons much more eloquently than I ever could. The one thing that I would like to add is that, as previously mentioned, the reasons for keeping the centre open are unnending and very valid. However, I have yet to hear one such valid reason supporting your decision to shut the CEIMSA down.

 

Thank you for your time and consideration,

Jennifer Birch

 

__________________________________

D.

Petition signed by American Students from The University of Texas-Austin students who are taking a course in "US Foreign Policy since the Normandy Invasion" offered by The Université Stendhal this summer, and taught by Professor Francis Feeley.

 

This Petition was addressed to M. Patrick Chezaud, President of the Université Stendhal, and was delived on 6 July to the following administrators at the Université Stendhal :

 

M. Patrick Chezaud, Président,

M. Michel Lafon, Vice-Président Recherche,

M. George Tyras, Vice-Président aux Relations Internationales,

Mme. Odile Lagacherie, Vice-Président aux Affaires Générales ,

Mme. Françoise Papa, Vice-Président aux Affaires Pédagogiques,

Mme. Dominique Abry, Directrice du Centre Universitaire d'Etudes Françaises,

Mme. Susan Blattes, Directrice of the UFR d'Anglais, Université Stendhal,

M. Ramon Alverez, Responsable au Centre de ressources informatique réseaux,

M. Gerald Wagner, Web Master at Stendhal University, Centre de ressources et assistance informatique,

M. Marc Troisvalles, Secretary of the teachers' union local, SNEsup, on Stendhal Campus.

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PETITON TO M. PATRICK CHEZAUD, PRESIDENT OF THE UNIVERSITY STENDHAL

(July 6, 2004)

 

We the undersigned visiting students from The University of Texas-Austin respectfully request that Stendhal University restore access to the CEIMSA web site, which was provided as a research tool in order to complete our course in U.S. Foreign Policy this summer with Professor Feeley.

 

Signed by :

Leandro Garcia.................Senior at The University of Texas-Austin.

Farah Ghazi.....................Junior at The University of Texas-Austin.

Shelia Manek...................Senior at The University of Texas-Austin.

Jaclyn Randall..................Senior at The University of Texas-Austin.

Christopher Schaefer.........Senior at The University of Texas-Austin.

Darren Smedstad..............Senior at The University of Texas-Austin.

Jennifer Tobais..................Junior at The University of Texas-Austin.

Judy Tu............................Sophomore at The University of Texas-Austin.

Christina Wile...................Senior at The University of Texas-Austin.

 

 

DOCUMENT #11

 

Date: Wed, 07 Jul 2004 13:37:48 +0200

To: Francis Feeley <francis.feeley@u-grenoble3.fr>

From: Francis Feeley <Francis.Feeley@u-grenoble3.fr>

Subject: Fwd: protest

Cc: Michel.Lafon@u-grenoble3.fr, troisvallets@u-grenoble3.fr,

   Odile.Lagacherie@u-grenoble3.fr, Georges.Tyras@u-grenoble3.fr,

   Francoise.Papa@u-grenoble3.fr, Susan.Blattes@u-grenoble3.fr

 

 

From: "Yuri Stulov" <stulov@ehu.by>

To: <Odile.Lagacheri@u-grenoble3.fr>

Cc: "Francis Feeley" <Francis.Feeley@u-grenoble3.fr>

Subject: protest

Date: Wed, 7 Jul 2004

 

 

 

Mme. Odile Lagacheri

Vice-President du Conseil d'Administration   

Université Stendhal-Grenoble3

 

 

Dear Vice President Lagacherie,

 

May I take this opportunity to express my concern about the attempt to close down CEIMSA at Stendhal University. This research center has been a place of excellence, a source of creative work, and ground-breaking conferences. As a participant of the 2002 international conference, which broght together first-rate academics and students from all over Europe and the United States, I was impressed by the  number of students who displayed tremendous  interest in the CEIMSA program. They undoubtedly are among the best I have ever encountered in my 38-year long academic career. Prof. Francis Feeley and hius colleagues are doing a fantastic job raising the awareness of the students of the need to put joint effort in making the world a safer place. 

 

As a holder of a Ph.D. from Moscow University, the author of 10 books and over 150 articles, and as one who has taught or spoken at many universities throughout the United States, Canada, and Europe, I call on you to take into account for the needs and interests of the academic  community and reconsider your decision.

 

Prof. Yuri Stulov, Ph.D.

Director of the American Studies Center,

European Humanities University, Minsk,

Belarus

 

 

DOCUMENT #12

From: <jeanne.louis@wanadoo.fr>
To: "Francis Feeley" <Francis.Feeley@u-grenoble3.fr>
Subject: Fw: Mise au point de l'Université Stendhal au   sujet  d
        e l'arrêt du CEIMSA
Date: Wed, 7 Jul 2004 20:54:29 +0200
X-Mailer: Microsoft Outlook Express 6.00.2800.1106

Pour information. Amicalement, J.H.

----- Original Message -----

From: Christine Joubert

To: camille.bellissant@imag.fr ; bbuffet74@yahoo.com ; flonidier@ucsd.edu ; elisabeth-chamorand@wanadoo.fr ; pgolub@noos.fr ; Jean.Derioz@u-grenoble3.fr ; triomphe@noos.fr ; paul_adams_ut@yahoo.com ; rduboff@brynmawr.edu ; jeanne.louis@wanadoo.fr ; christelle.meinier@wanadoo.fr ; jstevenson@em.daltonstate.edu ; ahstevenson@wisc.edu ; littleredmuse@yahoo.com ; benmonange@hotmail.com ; vbricmont@fyma.fyma.ucl.ac.be ; keith.dixon@wanadoo.fr ; xavier.cht@wanadoo.fr ; Claire.Allignol@u-grenoble3.fr ; sophiebossy@hotmail.com ; cleavepierce@yahoo.com ; soraya.bouzidi@free.fr ; cleacaulcutt@hotmail.com ; christophe.mileschi@u-grenoble3.fr ; iohanbishop@hotmail.com ; Sylvia.ullmo@libertysurf.fr ; christian.perrier@obs.ujf-grenoble.fr ; vicki.briault@wanadoo.fr

Sent: Wednesday, July 07, 2004 3:23 PM

Subject: Mise au point de l'Université Stendhal au sujet de l'arrêt du CEIMSA

 


Mise au point de l’Université Stendhal au sujet de l’arrêt du CEIMSA

Le Conseil Scientifique de l’Université Stendhal examine chaque année la dotation financière (via le Bonus Qualité Recherche, abondé par prélèvement sur les dotations financières des équipes reconnues par le Ministère) des équipes de recherche «émergentes» (non reconnues par le Ministère). Lors de sa séance du 19 septembre 2000, le Conseil Scientifique avait décidé d’accorder une subvention annuelle au Professeur F.Feeley, responsable de l’équipe émergente Ceimsa, jusqu’à la fin du Contrat Quadriennal 1999-2003. Lors de sa séance du 23 mars 2004, le Conseil Scientifique a considéré qu’il n’avait plus à reconduire la dotation du Ceimsa, qui, malgré une aide financière récurrente pendant 4 ans, un appui logistique constant de la part du Service de la Recherche, une série d’aides financières exceptionnelles et une négociation longue et acharnée  (conduite par l’ex-Présidente de l’Université et par l’actuel Vice-Président du Conseil Scientifique), n’a pas réussi à obtenir sa reconnaissance scientifique par le Ministère, dans le cadre de la négociation du Contrat Quadriennal 2003-2006. La non-reconduction de cette dotation financière va de pair avec la non-reconduction du Ceimsa en tant qu’équipe scientifique autonome, comme l’a acté le CS de ce même jour.

Cette non-reconduction ne signifie évidemment pas la disparition des recherches entreprises: elle s’accompagne d’une incitation pour M.Feeley à chercher une solution d’intégration au sein d’une équipe existante (reconnue par le Ministère), de l’Université Stendhal ou d’une autre Université, selon une procédure tout à fait classique dans la structuration des équipes de recherche des Universités françaises.

M.Feeley, qui est membre élu du Conseil Scientifique et qui était présent le 23 mars 2004, n’a pas contesté cette décision. Bien au contraire, il en a reconnu le bien-fondé, en signalant qu’à la suite de plusieurs défections il était quasiment le seul membre de son équipe, et que par ailleurs il n’avait que deux doctorants. Et en ajoutant  comme l’atteste également le compte-rendu de la séance - qu’il était en train de réfléchir à une solution d’intégration au sein d’une équipe reconnue. (On signale pour information que certaines équipes de l’Université Stendhal ont jusqu’à 100 membres enseignants-chercheurs,ou près de 70 doctorants).

Il n’est pas dans le pouvoir d’un Président, ni d’un Vice-Président, ni d’aucun membre d’une équipe présidentielle, ni évidemment dans leurs intentions, de mettre fin à l’existence d’une équipe. Toute interprétation évoquant des motivations d’ordre personnel ou politique est, de ce fait, totalement infondée. Il est en revanche du devoir du Président et de son équipe de faire appliquer une décision prise par un Conseil démocratiquement élu et parfaitement informé d’un dossier, qu’il a suivi de près pendant des années et en faveur duquel, on le répète, de 2000 à 2004 - et encore ces dernières semaines -, aucun effort n’a été épargné, aussi bien par la Présidence que par le Service de la Recherche.


Patrick CHEZAUD,
Président de l’Université Stendhal Grenoble 3

Michel LAFON,
Vice-Président Recherche Université Stendhal


Christine Joubert
Secrétariat Présidence
Université Stendhal
1180, avenue Centrale
B.P. 25
38040 GRENOBLE Cedex 9
Tel : 04.76.82.43.01
Fax : 04.76.82.43.84
Mel : Christine.Joubert@u-grenoble3.fr


___________________________________________________________________________________________

DOCUMENT #13

Date: Thu, 08 Jul 2004 06:12:17 +0200
Subject: Suppression du CEIMSA
From: "ronald.creagh" <ronald.creagh@wanadoo.fr>
To: <Patrick.Chezaud@u-grenoble3.fr>
Cc: <Michael.Lafon@u-grenoble3.fr>, <troisvallets@u-grenoble3.fr>,
   <Odile.Lagacheri@u-grenoble3.fr>, <George.Tyras@u-grenoble3.fr>,
   <Francoise.Papa@u-grenoble3.fr>, <Susan.Blattes@u-grenoble3.fr>,
   Francis McCollum and Tatiana Feeley <francis.feeley@u-grenoble3.fr>,
   <jjqueyranne@assemblee-nationale.fr>, <ps@cr-rhone-alpes.fr>,
   <prg@cr-rhone-alpes.fr>, <lesverts@cr-rhone-alpes.fr>,
   <udf@cr-rhone-alpes.fr>, <ump@cr-rhone-alpes.fr>

Monsieur le Président,

 

J¹ai appris avec étonnement la décision de fermer le site de M. le

Professeur Francis Feeley et de rayer son centre de l¹université par une

décision hiérarchique unilatérale, sans donner à l¹intéressé la possibilité

de faire valoir ses arguments ou de recourir à une instance extérieure.

 

Cette méthode me rappelle davantage des décisions moyen-âgeuses que le

travail égalitaire d¹une équipe de chercheurs.

 

En l¹absence de toute critique sur la gestion administrative ou financière

du centre, il est clair que la décision ne peut être que politique. Et sans

doute, le centre propose des orientations dont le caractère politique est

évident, car il est tout-à-fait normal qu¹un chercheur porte un jugement sur

ses propres travaux. Et d¹ailleurs, une enquête sociologique au service

d¹une municipalité, un mémoire sur le fonctionnement de la Bourse ou une

étude sur le choix du nucléaire sont-ils pour autant moins « engagés » ?

 

Vous comprendrez donc que je m¹associe à l¹indignation que provoque votre

décision, et je crains lorsqu¹une commission scientifique décide de fermer

un centre dont les colloques réunissent à chaque fois un millier

d¹auditeurs, les universités partenaires de cette université n¹inscrivent un

jour Grenoble III dans quelque livre noir de la recherche.

 

Ronald Creagh, Professeur émérite

 

 

 

 

 DOCUMENT #14

 

From: "john gerassi" <tgerassi@hotmail.com>
To: Odile.Lagacheri@u-grenoble3.fr
Date: Fri, 09 Jul 2004 03:00:15 +0000

Chère Madame,
Depuis mon dernier email, dans lequel je vous ai souligne le travail formidable que fait le programme CEIMSA dxe votre universite, ou j'ai participe jadis, j'ai lu ou entendu tellement de raports diferents (meme dans le Monde Diplomatique, version des EEUUs) que je deviens convaincu que la justification pour fermer ce programme est purement politique, donc un cas de censure, c'est a dire une attaque contre les intellectuels Francais qui pour la plupart opposent l'imperialism et l'ideologie de guerre preventif de notre president-nomme aux EEUUs. Comme ancien redacteur des revus Time et Newsweek et correspondxent du New York Times, je commence a me sentir obliger d'exposer cette situation devant les associations internationale pour la liberte d'expressions. J'espere etre informer que je me trompe en apprenant tres bientot que le programme en question continuera comme avant.

John Gerassi
Professeur de science politique a l'universite de NY
auteur to 14 livres, inclue "Jean-Paul Sartre: Conscience haie de son Siecle"

________________________________________________________________________________

DOCUMENT #15

 

 

Philippe Descamps

Journaliste

La Roche

38250 Saint-Nizier-du-Moucherotte

 

M. Francis McCollum Feeley

Université Stendhal

 

 

Monsieur le Professeur,

Cher Monsieur Feeley,

 

Je viens d'apprendre que la pérennité du centre de recherche que vous dirigez n'était pas assurée et j'en suis très surpris. En tant que journaliste intéressé par les questions internationales, je peux témoigner de la rareté du type de ressources qu'offre le Centre d'études des institutions et des mouvements sociaux américains. La période difficile que nous vivons dans les relations entre la France et les États-Unis devrait au contraire conduire à développer ce type d'initiatives.

En tant qu'enseignant associé à la formation des étudiants en journalisme, je peux également témoigner qu'il est particulièrement rare pour eux d'assister à des conférences du niveau de celles présentées par Howard Zinn ou Jim Hightower. La seule venue en France de ces personnalités dans un cadre universitaire est en lui­même un événement.

J'espère que vous aurez très prochainement des nouvelles plus rassurantes concernant le CEIMSA.

Recevez l'expression de mes salutations les meilleures.

 

 

Grenoble, le 24 juin 2004.

 

 

Saint Martin d'Hères, le 28 juin 2004

 

 

Philippe Descamps

(signature)

 

DOCUMENT #16

 

TO: Mme. Odile Lagacherie
Vice-Président de l'Université Stendhal

From: Andrew Ross,
Professor of American Studies
New York University

Dear Vice-President Lagacherie:

I write to you concerning the decision to close down the CEISMA. For the last ten years, I have been director of the American Studies graduate program at New York University. In that capacity, I wrote a letter, several years ago, supporting the funding of the CEISMA. From my own estimation of its programs, it was clear to me that the Center had an intellectual profile that was more than worthy of support. Indeed, it was engaged in projects that very few other American Studies programs in Europe have had the foresight to undertake.

In the intervening years, while we have not participated directly in the Center’s programs, I and my colleagues and students have benefitted greatly from the reports and essays circulated by CEIMSA. Taken as a whole, they have been a remarkable resource, unavailable for the most part in the
U.S., and  only possible, perhaps, due to the European location. 

From what I have read and heard from a wide range of sources, the decision to close the Center is based on an underestimation of its high value to the international community of American Studies scholars.  In addition, it seems plausible, from the evidence,  that this is something of a political decision. If so, it would be disturbing for the international reputation of
Stendhal University to be linked or associated with this kind of motivation. At a time when U.S. Studies is all the more urgent, and when Franco-American relations are ever more vital, it would be a grave mistake, in my view, to carry though with the closure.

In view of the above, I join my voice with hundreds of other scholars in the international community in urging you to reconsider the decision.

I am the author of editor of thirteen books in the field of American Studies.

Yours Faithfully, 

Andrew Ross
Professor of
American Studies
New York University

285 Mercer
St. 8th Floor
NY, NY 10003

DOCUMENT #17

 

Lettre remise à Monsieur Francis Feeley en signe de soutien entre collègues anglicistes.

 


                                                                    From : a group of concerned colleagues
                                                                    in the UFR d’Anglais, Université Stendhal.

                                                                    St Martin d'Hères
                                                                    
6 July 2004

 

 

A l'attention de Monsieur le Président

de l'Université Stendhal, Grenoble 111

 

 

Monsieur le Président,

 

La question de la disparition du jeune centre de recherche en civilisation américaine connu sous le sigle CEIMSA m'interpelle et je me demande Si elle est vraiment irrémédiable.

 

En effet, il me paraît clair que son fondateur, notre collègue Francis Feeley, a investi là un travail considérable, particulièrement au cours de ces trois dernières années; ses efforts se sont concrétisés notamment par trois grands colloques internationaux à vif retentissement au sein de nos universités grenobloises entre autres. Je trouverais regrettable, pour notre université comme pour lui, que ne soit pas tentée une demande officielle de prolongation, peut-être à titre exceptionnelle, du «banc d'essai» prévu par le Ministère pour reconnaître la valeur de ces débuts.

 

En vous priant ainsi de voir ce qu'il est encore possible d'envisager comme démarche dans ce sens, je vous dis et mon soutien à notre collègue commun dans sa tâche au service de l'Université et mon profond respect àvotre égard dans cette responsabilité de Président que est la vôtre.

 

Avec ma reconnaissance anticipée pour l'attention que vous voudrez bien sans doute accorder à ce courrier,

 

Signé par :

Linda CARTER

Monique CARAVEL

Madhu BENOIT

 

 

DOCUMENT #18

 

 

PETITION AU PRESIDENT PATRICK CHEZAUD

(juin-juillet 2004)

 

Nous, les soussignés, considérons que la disparition du centre de recherches en civilisation arnéricaine, le CEIMSA, serait une grande perte pour l'UFR d'Etudes anglophones et pour l'Université Grenoble3.

 

Ce centre a suscité un vif intérêt en France et à l'étranger comme en témoigne le grand nombre de participants qui ont assisté aux trois colloques internationaux durant les trois dernières années (2002, 2003, 2004).

Il entretient sur sa messagerie des débats et échanges permanents sur des questions d'actualité, auxquels participent aussi bien des personnalités éminentes que de simples étudiants de part et d'autre de l'Atlantique. Il publie sur le Net les actes de ses colloques, les mettant ainsi a disposition gratuite de tous.

De plus, le centre a incité des étudiants à rester à Grenoble pour y continuer leurs études.

 

Pour ces raisons qui concernent tout le corps enseignant de Grenoble3, nous vous prions de revenir sur la décision administrative de suppression du CEIMSA dont les activités servent les intérêts de notre université.

 

 

 

Signé par :

Sheila COLLINGWOOD-WHITTICK, MC, UFR d’Anglais, Université Stendhal.

Vicki BRIULT MANUS, MC, UFR d’Anglais, Université Stendhal.

 

 

DOCUMENT #19

English version:


SCANDAL AT STENDHAL

(8 July 2004)

 

 

The meeting with the President of Stendhal University, M. Patrick Chezaud, was scheduled for 10h30. It was preceded by a meeting of the Conseil de l'UFR d'Anglais, which began at 9h. I attended both meetings.

 

After more than an hour into the UFR meeting, I excused my self at 10h15, explaining that I was leaving for a meeting with President Chezaud, concerning the current attempts to liquidate the UFR d'Anglais Research Center, CEIMSA. I announced that I intended to try to negotiate with the University President to reach a compromise by which CEIMSA could continue to exist as a small local research center, and its university web site (http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa) would be restored. I declared to my colleagues on the Conseil de l'UFR d'Anglais, before departing for the presidential meeting, that "A University must represent on its campus all the elements in the "universe of ideas" and that the scholarly and pedagogical activities of CEIMSA are opportunities to represent important elements in contemporary American society, aspects which are not well known nor completely understood by many Europeans. The Directress of our UFR, M. Susan Blattes, and my other colleagues on the Conseil de l'UFR d'Angais (many of whom had already signed petitions defending academic freedom and supporting the continuation of CEIMSA research and pedagogical activities as a useful part of the UFR d'Anglais program at Stendhal University) agreed that the UFR should call a General Assembly at the start of the fall semester, where traditional academic freedoms and CEIMSA's right to exist could be discussed by all parties directly and indirectly involved with this crisis.

 

I left the UFR meeting before it was over, at 10h25 and hurriedly walked to the President's office.

 

Two representatives from my teachers' union, SNEsup, had agreed to attend this meeting. I met Marc Troivallets (professor of economics and president of the U. Stendhal chapter of SNEsup) and Jean Derioz (former director of the UFR d'Anglais and also member of SNEsup) at the entrance to the building where the President's office is located. At the bottom of the stairs we encountered Mme. Odile Lagacherie (Vice-President of Stendhal University and also a member of SNEsup). We greeted her warmly, after which she informed me that she did not appreciate the fact that I had told people that no explanation had been given for the removal of the CEIMSA web site from the university server. "The University has rules," she scolded me, "and you must obey them." In my mind, I had disobeyed no rules and what I had told people was the truth, namely no reason WAS given for the removal of the CEIMSA web site, and at the time I was using it in my summer course on the history of U.S. foreign policy with students from The University of Texas-Austin. As Mme. Lagacherie walked away, I reminded her that, "This university exists for us, and we do not exist for this university." Then she disappeared up the stairs into her office.

 

The three of us -Marc Troisvallets, Jean Derioz and myself- walked up the stairs to meet the University President, M. Patrick Chezaud. After a few minutes he walked into his outer office and greeted us. He at that moment made two surprising announcements: a) that M. Michel Lafon, Vice-President of the Conseil Scientific, would not attend this meeting, as he had previously agreed, and b) that there would be no negotiations on changing the administrative decision to liquidate CEIMSA.

 

When I asked why M. Lafon would not attend the meeting, as he had promised, to discuss the future of CEIMSA, the President told me that he simply did not want to. (In the course of our one-and-a-half hour meeting with the President, M. Chezaud mentioned several times that he wished that Michel Lafon were present to respond to our questions.)

 

As we were about to enter the President's office to begin the meeting, he looked around and announced that this meeting had been scheduled with Professor Feeley and himself, and that the representatives of SNEsup could see him at a later time if they wished. Marc protested politely, saying that he thought that SNEsup could help resolve this labor-management conflict by negotiating some solution to the problems created by the liquidation of CEIMSA and its web site. It was at this point that President Chezaud announced categorically that: "There will be NO negotiations!" This decision was taken at the administrative level, he continued, and it was not open for negotiations. No modifications of this decision would be made.

 

I turned away and was about to refuse to enter his office with the SNEsup representatives who had accompanied me when President Chezaud relented and said, "Well, okay, both of you can come in with Feeley and listen to what I have to say to him. I don't have to let you come in, but I will. I don't mind."

 

The four of us, including President Chezaud, then entered the President's inner office, and we sat down at a table with six places. Jean Derioz and I sat at opposite ends of the table, and Marc Troisvallets and the President sat across from each other, next to Professor Derioz.

 

The discussion began with President Chezaud stating that the decision to eliminate CEIMSA had been taken at the March 23 meeting of the Conseil Scientifique (C.S.), which both he and I had attended and that there was nothing he could do to change that decision, even if he wanted to.

 

Marc spoke politely defending the activities of CEIMSA over the past three years in general terms and the importance of not depriving teachers of their pedagogical materials (i.e. the CEIMSA web site of over 3,000 pages of analyses and criticisms of American institutions, which was being used for my summer course on American Foreign Policy for visiting University of Texas students). Finally, President Chezaud responded, "Yes, but there is nothing I can do!"

 

In the course of the discussion, I explained that the vote taken at the March 23 meeting of the Conseil Scientifique concerned explicitly CEIMSA's formal request to receive a BQR (a subsidy from the university of 1,000 euros), to be used for the up-coming conference with Jim Hightower, on 22-23 April. The discussion never revolved around the "extinction" of CEIMSA, as was subsequently claimed by President Chezaud and Vice-President Lafon. Again, there had been no clear discussion of the liquidation of CEIMSA and the removal of its web site from the university server at that CS meeting.

 

During the discussion about the 1,000 euros subsidy (the BQR) and the Hightower conference, I acknowledged that CEIMSA was a small research center (we had only four local faculty members at the time and I was doing most of the publishing) but that it had attracted the attention of a large number of students and scholars, many of whom were among the more than 1000 participants at each of the three International Conferences, which CEIMSA had organized these past three years (beginning in January 2002). In addition, CEIMSA had published the scientific writings of dozens of French and American scholars, as well as outstanding essays by Grenoble students.

 

I concluded by presentation to the CS on 23 March by stating that I was surprised the BQR proposal was on the CS agenda in March, one month before the CEIMSA conference, since I had been told I would not receive a BQR and had not recently asked for one. I went on to say that if I were granted the BQR of 1,000 euros I would be able to enlarge the conference in April by inviting former U.S. Senator The Honorable James Abourezk, from South Dakota, who had already agreed to come for the Conference if funding was available, and perhaps The Honorable Barbara Lee, U.S. Representative from District 5 in northern California.

 

I quickly added, however, that if the CS decided not to grant CEIMSA the BQR of 1,000 euros, the conference would simply be smaller in size. Michigan artist, Joanna Learner, had already sent her pacifist art work for exhibit at this conference on "The Contemporary State of American Political Culture," and authors Jim Hightower and Susan DeMarco (from Austin, Texas), along with Professor Keith Gushorn (California State University) were planning to attend the conference, as were several scholars from Paris, Montpellier, and Chambery. This smaller conference was made possible with a grant from Tramway Nommé Culutre, on campus.

 

My second statement at the March 23 CS meeting concerned the future of CEIMSA: My preference, I told my CS colleagues, was to remain an small independent research center, until I could recruit more active members and create a network with other university research centers in southern France, as had been suggested by the Ministry of Education in Paris the year before (in January 2003). However, I continued, I was also prepared to request permission from M. Lafon to bring CEIMSA into his very large Group of Centers and to work inside the university structure in this manner. (I remember clearly, Michel Lafon smiling at me and saying "S.O.S., right Francis?" This seemed to be one way that CEIMSA could continue receiving financial assistance for future conferences.) There simply was no discussion about the "extinction" of CEIMSA at that meeting and no vote was ever taken on this question.

 

Having reminded President Chezaud of the discussion at the March 23 CS meeting in front of my SNEsup comrades (neither of whom had attended this CS meeting), I went on to recall that three weeks ago, when I met President Chezaud and M. Lafon in the corridor near the President's office, I had asked M. Lafon to place me on the Agenda of the next CS meeting, which was scheduled for 22 June, so I could defend CEIMSA against the plan to liquidate it. He replied that the June agenda was full, and when I asked to defend CEIMSA at the following CS meeting, he again told me that this agenda was too full to allow me to speak in defense of CEIMSA. Then we agree to the current meeting on 8 July in the President's office, which M. Lafon chose not to attend.

 

Michel Lafon, Vice-President of Research at Stendhal University, had taken nearly three month, since the CS meeting in March, before deciding to tell me he would not permit CEIMSA to join his Group of Research Centers. In the same message in which he rejected my request, he wrote me (on 12 June) that he and President Chezaud would soon inform me my official mail of the "extinction" of CEIMSA. I never received this letter, but the CEIMSA web site containing more that 3,000 pages of scholarly writings was removed from the University Stendhal server on July 1, 2004 and is no longer available to students and scholars.

 

It was clear at the meeting with President Chezaud yesterday, 8 July, that the chronology of these events was not in dispute, but that the meaning of these events clearly is:

 

1) President Chezaud claims that the CS clearly voted for the extinction of my research center. I claim that the vote was taken not to subsidize the Hightower Conference, which I had already stopped asking for long before March. I would be satisfied, I announced to my colleagues in the CS, with a small conference.)

 

2) President Chezaud claims that the research center, CEIMSA, is dead, that there is no reason for me to defend its existence. I claim that, after Michel Lafon's refusal, on 12 June, to include CEIMSA in his equip, CEIMSA must have the right to continue its work until I find another solution. This was the spirit of the decision take my former President Lise Dumasy in January 2003, and I ask nothing more that the opportunity to confer with my colleagues on the CS at a regular meeting in the fall semester.

 

3) President Chezaud claims that the large attendance at the CEIMSA International Conferences lends proof that the work of this research center is "not scientific". I claim that topics in American civilization, and particularly in contemporary history, attract popular attention, due to the news media. Scholars, students, and social activists come together in large numbers to hear social analysis and reports from scientific research on topics they have heard something about already. In brief, it is because of popular interest and not due to unscientific demagogy that these international conferences have attracted such large numbers of people.

 

4) President Chezaud claims that the removal of the CEIMSA web site (http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa) from the Stendhal University server is not denying access to students and scholars because I can easily purchase the services of a private server (like "wanadoo.fr"). I claim that as a scholar and professor in the French university system, my academic work should be associated with Stendhal University, that the CEIMSA web site should be housed at the University Stendhal server "u-grenoble3.fr", as it has been for the past three years.

 

 

The presence and the brief interventions of SNEsup representatives, Jean Derioz and Marc Troisvallets, helped everyone present at the President's meeting with me to come to a better understanding of the procedures by which our research center CEIMSA has come under the threat of "extinction".

 

Before leaving his office, I reminded President Chezaud: 1) that at the time of the March 23 meeting, CEIMSA still had a membership of 4 Stendhal University teachers, and not just 1, as President Chezaud had stated in his communication (dated July 7) in which he addressed the students and scholars who had written him to protest the liquidation of CEIMSA and its web site, 2) that CEIMSA had received annual subsidies (BQRs) from the CS over a period of three years (2000-2001, 2001-2002, & 2002-2003), and not for four years as President Chezaud had stated in the same communication of July 7, 3) that the discussions concerning CEIMSA at the March 23 meeting of the CS had never included the "extinction" of CEIMSA, but rather had addressed a) the question of whether or not to grant CEIMSA an additional 1,000 euros BQR subsidy to expand its Third International Conference featuring Jim Hightower into a larger conference, bringing former US Senator James Abourezk and possibly US Representative Barbara Lee, and b) the possibility, in order to secure university  funding in the future, of integrating CEIMSA into Michel Lafon's super Equipe of several research centers --a proposal which over two months later (on 12 June) was rejected by M. Lafon in an e-mail message which also announced his now famous phrase: 'I take this opportunity to inform you that we, the President and I, will soon send you a letter which will formally dissolve CEIMSA and we request that your center sever all relations with our institution. Have a nice day.

ML"

 

I continued my defense, before leaving the meeting with President Chezaud, by reemphasizing: 4)that I did not want CEIMSA to be marginalized by Stendhal University, 5)that the CEIMSA web site should be restored immediately so that my Master and Doctoral students could continue using it for their academic research this summer, and 6)that I wished to present my case to the CS for an open democratic discussion and vote on the important issues at hand, which include traditional academic freedoms and freedom of expression, in addition to the future activities of CEIMSA. (The rule "no BQR equals no Research Center" was made without proper discussion in the Conseil Scientifique, and the elimination of CEIMSA was formally accomplished when M. Lafon refused to accept CEIMSA into his large Equipe of many research centers at the end of the academic year (12 June 2004), again without discussion in the CS.)

 

 

Chezaud replied 1)that since the CS meeting of 23 March, one member of CEIMSA had left CEIMSA to join his Research Center, 2)that from the start he had been opposed to financial aid for my research center needed to organize it first International Conference in January 2002, 3)that it was automatic, according to rules made by the Conseil Scientifique, to dissolve  research centers at Stendhal University if they were not granted BQRs.(**)

 

 

The President went on to repeat that: 4)CEIMSA does not exist, 5)the CEIMSA university web site will not be restored, and 6)if I really wanted the CEIMSA question to be placed on the agenda of the Conseil Sceintfiique’s next meeting in the fall, I must contact Michel Lafon (of whom President Chezaud had repeatedly said, "I which he had come to this meeting.").

 

__________________

(**)NOTE:

By February 2004, I had given up asking for a BQR for the Hightower conference, because since June 2003, when I first began planning the Third International Conference at CEIMSA, I was told by Lafon that I should delay my request for some obscure political reasons. In November I finally decided to strike out alone and I asked for a BQR from the CS for the Hightower Conference, only to be told: “Sorry, the deadline had passed for BQRs to be granted for April 2004 events.” I gave up seeking money from the CS and arranged to have a small conference. I was surprised when the question of a BQR for CEIMSA was placed on the CS agenda in March, one month before the Hightower Conference, but it was still not too late to bring former Senator Abourezk to the Conference. Thus, I tried to obtain the money, but failed. I had no idea why President Chezaud and Vice-President Lafon had placed this request on the March 23 agenda of the CS, in the first place.

ooo



Version française :

Scandale à Stendhal


Quand j'ai demandé la raison pour laquelle M.Lafon n'assisterait pas à la réunion pour parler de l'avenir du CEIMSA, le Président m'a répondu que M.Lafon simplement ne souhaitait pas y assister.(Durant la réunion qui dura une heure et demie, le Président Chezaud a mentionné plusieurs fois qu'il souhaitait que Michel Lafon soit présent pour répondre à nos questions)


Avant de nous permettre d'entrer, le Président a déclaré que la réunion concernait Feeley et lui-même, que les représentants du SNEsup pouvaient le rencontrer plus tard s'ils le souhaitaient. Marc Troisvalets a protesté poliment disant qu'il pensait que le SNESup pouvait contribuer à résoudre ce conflit en négociant une solution aux problèmes créés par la fermeture du CEIMSA et de son site Internet. C'est alors que le Président Chezaud a déclaré de façon catégorique : 'Il n'y aura pas de négociations!" Cette décision, a t-il ajouté, a été prise au niveau administratif et elle ne peut  donner lieu à des négociations.


Je me suis retourné et j'étais sur le point de refuser d'entrer dans son bureau quand le Président Chezaud est revenu sur sa décision de ne pas laisser entrer les représentants du SNESup: "Eh bien, entrez tous les deux avec Feeley et écoutez ce que j'ai à lui dire. Je n'ai pas à vous faire entrer, mais je vais le faire; cela ne me dérange pas." Nous sommes entrés dans son bureau.

Le Président Chezaud a commencé par dire que la décision d'éliminer le CEIMSA avait été prise lors d'une réunion du 23 mars du Conseil scientifique (C.S.) à laquelle nous avions lui et moi assisté et qu'il n'y avait pas moyen de changer cette décision.


Marc Troisvalets a alors défendu poliment les activités du CEIMSA durant les trois années passées et mentionné qu'il était important de ne pas priver les enseignants de leurs outils pédagogiques (le site CEIMSA). Le Président Chezaud a répondu : "Oui, mais il n'y a rien que je puisse faire".


Au cours de la discussion, j'ai expliqué que le vote au cours de la réunion du Conseil scientifique du 23 mars concernait explicitement la demande officielle du CEIMSA d'un BQR (une subvention de l'Université) 1 000 euros pour le colloque prochain du 22-23 avril 2004 auquel était invité Jim Hightower. La discussion au Conseil scientifique n'avait jamais concerné l'"extinction" du CEIMSA comme l'avaient prétendu par la suite le Président Chezaud et le Vice-président Lafon. Il n'y avait pas eu de discussion à propos de la fermeture du CEIMSA et de son site Internet.


Pendant la discussion au Conseil scientifique à propos des 1 000 euros et du colloque Hightower, j'ai reconnu que le CEIMSA était un petit centre de recherche (nous n'avions que 4 enseignants de l'Université Stendhal alors et c'était moi qui faisais paraître le plus d'articles), mais j'ai ajouté que ce centre avait attiré l'attention d'un  grand nombre d'étudiants et de chercheurs, parmi lesquels beaucoup faisaient partie des plus de 1 000 participants à chacun des trois colloques internationaux organisés durant les trois années de l'existence du CEIMSA. De plus, le CEIMSA avait publié les recherches de douzaines de chercheurs français et américains ainsi que des essais remarquables d'étudiants grenoblois.


J'ai conclu ma présentation au Conseil scientifique en disant que j'étais surpris que la proposition BQR soit à l'ordre du jour du CS en mars, un mois avant le colloque du CEIMSA étant donné que j'avais appris que je ne recevrai pas de BQR et que je n'en avais pas demandé récemment. J'ajoutais que si on m'en accordait un de 1 000 euros, je pourrais inviter alors l'ancien Sénateur Jim Abourezk du Sud Dakota qui était d'accord pour venir si on couvrait les frais de son déplacement, et peut-être la Parlementaire Barbara Lee du Nord de la Californie.


J'ai rapidement ajouté, cependant, que si le CS décidait de ne pas accorder au CEIMSA le BQR de 1,000 euros, le colloque serait simplement plus réduit. Ce colloque plus petit était rendu possible grâce à une subvention d'Un Tramway Nommé Culture".


Ma seconde déclaration à la réunion du 23 mars 2004 a concerné l'avenir du CEIMSA : ma préférence, ai-je dit à mes collègues du CS, était qu'il reste un petit centre indépendant jusqu'à ce que je puisse recruter plus de membres actifs et créer un réseau avec d'autres centres de recherche de la région comme l'avait suggéré le Ministère de l'Enseignement l'année précédente en janvier 2003. Cependant, j'ai continué en disant que j'étais aussi prêt à demander à Michel Lafon la permission de rejoindre sa très grande équipe et de travailler à l'intérieur de la structure universitaire de cette façon. (Je me rappelle que Michel Lafon m'a souri et dit "S.O.S., n'est-ce pas Francis?") Il n'y a eu aucune discussion concernant la fermeture du CEIMSA à cette réunion et à ma connaissance aucun vote sur cette question.


Après avoir rappelé au Président Chezaud la discussion à cette réunion du CS devant mes camarades du SNESup (aucun des deux n'avait assisté à cette réunion) j'ai poursuivi en rappelant qu'il y a trois semaines quand j'avais rencontré le Président Chezaud et M.Lafon dans un couloir près du bureau du Président, j'avais demandé à M.Lafon de me mettre sur l'ordre du jour du prochain Conseil scientifique, fixé au 22 juin, afin que je puisse défendre le CEIMSA menacé de liquidation. Il a répondu que l'ordre du jour du 22 juin était chargé et que ce n'était pas possible, et lorsque je lui ai demandé de défendre le CEIMSA à la réunion de septembre du CS, il m'a répondu que l'ordre du jour était trop chargé pour me permettre de défendre alors le CEIMSA. Finalement, nous nous sommes entendus pour nous rencontrer le 8 juillet dans le bureau du Président.


Michel Lafon, Vice-Président  chargé de la recherche, a laissé passer presque trois mois après la réunion du CS de mars avant de décider de me dire qu'il ne permettrait pas au CEIMSA de se joindre à son équipe.. Dans le même message par lequel il rejetait ma demande, il me disait le 12 juin que lui et le Président Chezaud m'informeraient de l'extinction du CEIMSA. Le site du CEIMSA qui contenait plus de 4 000 pages  de communications a disparu le 1 juillet 2004 et ne peut plus être consulté par les étudiants et les chercheurs.


Il était clair à la rencontre avec le Président Chezaud hier 8 juillet que la chronologie des événements n'était pas contestée, mais que la signification de ces événements est la suivante:


1) Le Président Chezaud prétend que le CS a clairement voté l'extinction de mon centre de recherche. Je prétends que le CS a voté de ne pas subventionner le colloque Hightower, ce que je ne demandais plus depuis longtemps avant la réunion de mars.


2) le Président Chezaud prétend que le centre de recherche, CEIMSA, n'existe plus, qu'il n'y a pas de raison d'en défendre l'existence. Je prétends qu'après le refus de Michel Lafon le 12 juin d'inclure le CEIMSA dans son équipe, le CEIMSA doit avoir le droit de continuer à fonctionner jusqu'à ce que je trouve une solution. C'était l'esprit de la décision prise par l'ancienne Présidente Lise Dumasy en janvier 2003 et je ne demande rien de plus que la possibilité d'en parler avec mes collègues du CS à une réunion durant le premier semestre de l'année 2004-2005.

3) Le Président Chezaud prétend que le grand nombre de participants aux colloques internationaux du CEIMSA tend à prouver que le travail de ce centre de recherche n'est pas "scientifique". Je prétends que les sujets portant sur la civilisation américaine et en particulier sur l'histoire contemporaine, attirent un large public à cause des media. Les chercheurs, les étudiants et les militants se retrouvent en grands nombres pour entendre des analyses et des rapports de chercheurs (historiens, sociologues, politologues...)sur des sujets dont ils ont déjà entendu parler. Bref, c'est à cause d'un intérêt populaire, et non à cause d'une démagogie  non scientifique, que ces colloques internationaux ont attirée tant de personnes.

4) Le Président Chezaud prétend que la disparition du CEIMSA du serveur de l'Université Stendhal ne prive pas les étudiants et les chercheurs d'un accès parce que je peux aisément acheter les services d'un serveur privé (comme Wanadoo.fr). Je prétends qu'en tant que chercheur et professeur dans l'université française, mon travail devrait être associé à l'Université Stendhal, que le site Internet du CEIMSA devrait se trouver sur le serveur de l'Université Stendhal "u-grenoble3.fr".


La présence et les brèves interventions des représentants du SNESup ont aidé toutes les personnes présentes à cette réunion à mieux comprendre la procédure qui menace d'extinction notre centre de recherche.


Avant de quitter le bureau du Président, je lui ai dit que 1) au moment de la discussion du BQR à la reunion du CS le 23 mars 2004,  le centre de recherche CEIMSA a eu comme membres 4 enseignants à l'Université Stendhal, non 1 seul comme a prétendu M. Chezaud dans son communication daté le 7 juillet, 2) Le CEIMSA a reçu une subvention pendant 3 ans (2000-2001, 2001-2002, et 2002-2003) dans le forme du BAR accordé par le CS, et non pendant 4 ans, comme M. Chezaud a écrit dans le même communication du 7 juillet, adressé aux étudiants et aux spécialistes qui ont contesté la décision de liquider CEIMSA et son site web, 3) dans la discussion au CS le 23 mars au tour de CEIMSA la question de l'extinction de CEIMSA n'était jamais adressée (plutôt, la discussion s'adressait autour des questions (a) d'une subvention en le forme d'un BQR pour le Conférence International avec Jim Hightower, et (b) la possibilité de intégrer CEIMSA dans l'équipe de Michel Lafon, qui plus que deux mois plus tarde (le 12 juin) m'a écrit qu'il n'était pas d'accorde d'intégrer CEIMSA dans son équipe, dans la même mèle électronique ou il a annoncé la fameuse phrase : "J'en profite pour t'informer que nous t'enverrons prochainement, le Président et moi, une lettre prenant acte de ' l'extinction ' du CEIMSA et te demandant d'en tirer toutes les conséquences institutionnelles."

J'ai continué à dire au Président Chezaud que : 4) je ne voulais pas que le CEIMSA soit marginalisé par l'Université Stendhal, 5) que le site iternet du CEIMSA devait être rétabli immédiatement afin que mes étudiants de maîtrise et de doctorat puissent continuer à l'utiliser pour leurs recherches cet été et que 6) je souhaitais présenter une défense devant le CS, avoir une discussion ouverte et démocratique suivie d'un vote sur les questions importantes soulevées, qui comprennent les libertés universitaires traditionnelles et la liberté d'expression. (La règle « pas de BQR égale pas de centre » était fait sans discussion ouverte dans le Conseil Scientifique, et l’élimination du CEIMSA était accomplis par le refus de M. Lafon après la fin de l’année scolaire en 12 juin, et sans discussion dans le C. S.)

Le Président Chezaud a répondu : 1) que depuis la réunion du 23 mars un membre du CEIMSA avait démissionné pour rejoindre son centre de recherche, le CEIMRA, 2) qu'il avait été contre la subvention accordée par le CS pour le colloque international du 11-12 janvier 2002, et 3) qu'un centre était automatiquement dissous si un BQR n'était pas accordé par le
CS. (**)

Il a ajouté 4) que le CEIMSA n'existait plus et que le site Internet ne serait pas rétabli et 5) que si je voulais réellement que la question du CEIMSA soit à l'ordre du jour du Conseil scientifique à l'automne, il me fallait contacter Michel Lafon à propos duquel  il avait dit à plusieurs reprises "je regrette que il ne soit pas venu à cette réunion".


________________

(**) NOTE :

En février 2004, j'avais renoncé à demander un BQR pour le colloque Hightower parce que depuis juin 2003 quand j'avais commencé à préparer mon troisième colloque, M.Lafon m'avait dit que je devrais remettre ma demande pour des raisons politiques peu claires. En novembre j'ai finalement décidé de faire la demande d'un BQR pour le colloque pour m'entendre dire qu' on regrette, mais que la date limite était passée pour l'attribution de BQR. J'y ai renoncé et organisé un plus petit colloque. J'ai été surpris quand la question d'un BQR pour le CEIMSA a été mise à l'ordre du jour en mars, un mois avant le colloque Hightower, mais il n'était pas trop tard pour inviter alors le Sénateur Abourezk à ce colloque. Ainsi donc, j'ai essayé d'obtenir l'argent, mais sans succès. Je n'avais aucune idée de la raison pour laquelle le Président Chezaud et le Vice-Président Lafon avaient mis cette demande de subvention à l'ordre du jour de la réunion du 23 mars.
(En fait, c'était une manoeuvre pour éliminer mon centre; je n'avais pas alors compris que le refus d'un BQR signifiait la fermeture de mon centre.)

 

 

11 juillet 2004

 

M. Francis Feeley

Professeur de civilisation américaine

Membre du Conseil Scientifique

Université Stendhal

Grenoble

 

à

 

M. Michel Lafon

Vice-Président Recherche

Président du Conseil Scientifique

Université Stendhal

Grenoble

 

Cher collègue,

après votre refus de me permettre de défendre l'existence du CEIMSA dans

notre université devant les collègues du Conseil scientifique en juin, en

juillet et en septembre comme l'ordre du jour de ces réunions était trop

chargé, je vous prie de bien vouloir mettre cette question à l'ordre du jour

de la réunion d'octobre du Conseil scientifique.

 

Merci d'avance pour l'attention que vous porterez à ma demande urgente.

 

 

Francis Feeley

Professeur de civilisation américaine

Université Stendhal

 

 

 


DOCUMENT #20


27 July 2004

Grenoble, France

 

Dear Colleagues and Friends of CEIMSA,

 

Four weeks have passed since the supression of our research center's web site at l'Université Stendhal-Grenoble3, on 1 July. Despite numerous protests from graduate students and scholars who are engaged this summer in scientific research, the administration at Stendhal University has repeatedly ignored our requests to restore this important pedagogical tool for American Studies, and allow academic use of the CEIMSA web site at <http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa/>, which for the past three years served as the traditional address used by many hundreds of students and scholars around the world, as is indicated in the Dossier that I sent out to our friends and colleagues earlier this month.

 

Below, please find three items which will be added to our dossier. Item A is a communication to former Stendhal University President, Mme. Lis Dumasy, which gives an indication of our good working relationship. She respected the work of CEIMSA and encouraged our Research Center's development before she left office last February. In December she even urged me to apply for a promotion based on my academic activities and contributions to Stendhal University since my arrival in September 2000.  Six months later, on 12 June, the new university president, M. Patrick Chezaud and Vice-President of Research, Michel Lafon, announced the "extiction" of CEIMSA and on 1 July the CEIMSA web site was removed from the University server, effectively marginalizing our research work and suddenly depriving students and scholars access to the thousands of pages written by scholars, investigative reporters, and students of American Society.

 

Item B is a letter of support from a Third World student, who is entering our Ph.D. program in American Studies at Stendhal University and has immediate need of our extensive web site.

 

Item C is a letter from another graduate student who is working on her DEA thesis (post Masters thesis) this summer and is trying to finish it for her oral defense which is scheduled for next September. The suppression of our web site has caused serious problems and, I suppose, represents a potential for litigation against the University in the coming fall, as there are many students who now find themselves deprived of useful information which until 1 July had been easily accessible on our user-friendly CEIMSA web site.

Item D includes letters (in both French and English) which I have written to the judicial office of the Administrative Tribunal in Grenoble, again outlining the highly irregular procedures that led to the suppression of CEIMSA at Stendhal University, with copies sent to Regional Council, which is in charge of research allocations in southeastern France.

 

 

Sincerely,

Francis McCollum Feeley

Professor of American Studies/

Director of Research

Stendhal University-Grenoble3

 

____________________

A.

From Francis Feeley

February 6, 2004

 

M. Francis Feeley

UFR des Etudes Anglophones

Université Stendhal

            à

Mme. Lise Dumasy

Bureau de la Président

Université Stendhal

Grenoble, le 6 février 2004

 

Madame :

 

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint mon dossier de candidature aux fonctions de professeur 1ère classe. Il comprend les documents suivants : A)mon C.V. détaillé, B)une liste des mes travaux et publications, C) mes activités ces dernières années d 'enseignement, D)mes activités de recherches, E)mes activités administratives, et F)mes autres responsabilités collectives.

 

Avec cette demande je voudrais attirer votre attention sur certaines faits à propos ma carrière : (1)j'ai reçu mon diplôme doctorat de l'Université du Wisconsin, où le Département d'Histoire est renommé et a été toujours parmi les dix meilleurs des Etats-Unis, (2)j'ai publié six livres, et une quinzaine des articles, (voir le contrat avec l'édition La Digitale pour la publication de ma septième livre), (3)je suis en train d'organiser la troisième conférence internationale soutenue par mon centre de recherche, CEIMSA., (4)j'ai été nommé responsable pour le programme de recherches au niveau de M2 à l'UFR d'Anglais, (5)je suis un ancien chargé de cours à l'ENA, où j'ai enseigné en anglais la politique étrangère des Etats-Unis, (6)je suis actuellement chargé de cours à l'Institut d'Etudes Politique de Grenoble, où chaque année j'ai entre 50 et 60 étudiants à mon cours, (7)je suis directeur d'un centre de recherches émergeant, qui a déjà organisé trois grands colloques internationaux à l'Universite Stendhal, et cette année j'ai pris la responsabilité de diriger la traduction en français d'un livre par un des nos intervenants au Colloque d'avril 2004 pour publication à Grenoble en mars, (8)j'ai été sollicité pour enseigner un cours sur la politique étrangère américaine à un groupe d'étudiants américains de l'Université du Texas en juin 2004, qui comptera pour l'obtention de leur diplôme à l'Université du Texas en Austin, (9)je dirige toujours un grand nombre de thèses en TER, (l'année dernière j'ai eu 24 mémoires à diriger), et (10)j'assume des responsabilités administratives au Conseil d'UFR d'Anglais, au Conseil Scientifique de Stendhal, et au Conseil des Spécialistes à l'Université Joseph Fourier, parmi beaucoup d'autres activités professionnelles, qui sont indiquées dans ce dossier ci-joint.

 

Je vous prie d'agréer, Madame la Présidente, l'expression de mes sentiments distingués.

 

Francis McCollum Feeley

Professeur de civilisation américaine

 

________________________

B.

From a granduate student in American Studies at Standhal Universit-Grenoble3 :

Subject: A worried student

To: Patrick.Chezaud@u-grenoble3.fr

CC: Michel.Lafon@u-grenoble3.fr, troisvallets@u-grenoble3.fr,

   Odile.Lagacherie@u-grenoble3.fr, Georges.Tyras@u-grenoble3.fr,

   Francoise.Papa@u-grenoble3.fr, Susan.Blattes@u-grenoble3.fr,

   francis.feeley@u-grenoble3.fr

 

 

Dear Sir,

 

            I am one of your foreign students. Université Stendhal was recommended to me by one of my professors and its academic excellence was confirmed by at least two other professors that studied in France. I came here to pursue my studies because I wanted to have an intellectual liberty to choose what I study and to publish my research without dictatorial censorship.

 

Actually, I am from Nigeria. I spent 21 years of my life under various military regimes. I know what it feels like to leave in eternal fear. Liberty and freedom of speech so dear to me are things that I was denied during these 21 years. When I got admission into Université Stendhal, I felt that I have regained my human right to freedom of speech and opinion.

 

I am currently a DEA student in UFR Etudes Anglophone and I am hoping to continue my doctorate degree programme next year under the supervision of Professor Feeley.When I tried on Sunday the 11th  of  July to access the research site that I normally consult for my documentation, I suddenly found out that it was no more available. I went to the University the next day to discuss with my project supervisor, Professor Feeley  who at my inquiry told me that the website and the research centre has been closed down by the university authority. I suddenly felt a chill running down through me. It was a feeling that have remained with me through my years back home under several military repressive regimes.

 

Frankly speaking, I do not know why you think that the website is disturbing to the university community. I use to have a certain sense of security since I came into this country. But since this incident, that sense of security is rapidly dissipating. I am gradually beginning to feel as I am no more under a free society. I mean the notion of liberty that I think is enshrined in the constitution of this country and which made philosophers like Voltaire, Descartes and others to be international references seem to be threaded upon.

 

I expected the convictions of Professor Francis Feeley and his professional colleagues in the CEIMSA research group to be a thing of pride to this University. I thought that their work portray the intellectual and scientific demands of every self respecting and honourable scholar. I was glad to find out that I am not the only one that have the same view as I could see from the enormous responses from renowned intellectuals across the world pleading with you to revoke your decision.

 

We know that we all make mistakes and take rash decisions from time to time. But wise is he who made a mistake and comeback on his decision to correct it whereas as a French proverb says: Seul un imbecile ne change pas d avis.

 

I hold you and your respectable office in high esteem and I believe that you will come back to right this wrong. It is not too late and I can assure you that your name and reputation will not be tarnished. Instead, this small problem and its ensuing resolution will win more respect for you from your contemporaries and the entire intellectual world.

 

Your Student,

 

Nnajiofor Peterson.

 

 

________________________________

C.

From: Saaied Ines

To: Francis.Feeley@u-grenoble3.fr

Subject: letter of support to the CEIMSA

Date: Thu, 15 Jul 2004

 

Dear Sir,

     

            I'm a student doing a DEA course on anglophone studies and I was recently surprised by the sudden cutting of our unique research center CEIMSA. I will be doing my soutenance in September which means that I am still doing research and therefore I still need the site for my studies. This research center is not only helpful for me but for all students doing reseach. Whatever be the reason of this incident, I don't think that it is valuable enough to prevent students from getting access to such an academic site.

          Please take into account these considerations and  make it possible for us to get access to all these precious information.

                                                                                                    INES SAAIED

 

 

__________________

D.

LETTER TO THE TRIBUNAL ADMINISTRATIVE, GRENOBLE, FRANCE (with copies to the Conseil Régional).


English version:

13 July 2004

Professor of American Studies

Director of Research

UFR d’Anglais

Stendhal University

Grenoble, France

           to

Tribunal Administratif

BP1135

2, Place de Verdun

38022 Grenoble CEDEX

 

 

____________________________

Subject: REQUEST TO INVESTIGATE CHARGES OF ADMINISTRATIVE ABUSE AT THE

  UNIVERSITY STENDHAL.

 

Dear Sir:

 

I have the honor to write you this letter requesting the intervention of your office to invstigate a series of flagrant injustices to which I have been exposed at Stendhal University, as Director of a small bilingual research center for American Studies, Centre des Etudes des Institutions et des Mouvements Sociaux Americaines (CEIMSA).

 

In September 2000, I was named Director of this CEIMSA, and over the next four years this research center was formally associated with the UFR d'Anglais, at Stendhal University. (For a brief history of my career at Stendhal University and of the activities of CEIMSA since its creation in 2000, please see the attached Documents #1 and #2.)

 

The series of injustices and administrative abuses began at the end of this academic year (2003-2004), when I was informed on 12 June by M. Michel Lafon, Vice-President Recherche, that he and Stendhal University President Patrick Chezaud intended to order the immediate "extinction" of my research center, CEIMSA. I was given no satifactory explanation for this action. M. Lafon claimed that the decision had been made at the Conseil Scientifique meeting on 23 March, which I attended and where no discussion of the "extinction" of CEIMSA had taken place. I am a member of the Conseil Scientifique, but I was never sent a copy of the minutes of this meeting, and when I finally was able to look at a copy, I did not recognize what had actually been discussed at this meeting, concerning the future of CEIMSA. (In other words, the minutes of this meeting was not an accurate description of the discussion I had participated in on 23 March.) (Please see M. Lafon's communication, dated 12 June; Document #1-D.)

 

On Friday, 18 June I confronted Ms. Lafon and Chezaud and contested their decision to to liquidate CEIMSA, as "unfair" and "undemocratic". I then requested the opportunity to appeal this decision at the next Conseil Scientifique (CS) meeting, scheduled for 22 June, or at a subsequent meeting of the CS. They told me that the agenda for the June meeting was already too full with more important matters, and that there would be no opportunity for me to appeal their decision to liquidate my research center at the CS meetings in July or September, because, again, the agenda was too full with more important matters to be discussed. In this way I was systematically denied the right to appeal this administrative decision to terminate an exceptionally active research center at Stendhal University in front of my colleagues on the CS, of which I have been an elected member over the past four years.

 

After several minutes of discussion, Vice-President Lafon and President Chezaud agreed to allow me to arrange a meeting with them in two weeks in the Presidents office. As they suggested, I contacted the President's secretary Mme. C. Joubert and arranged a meeting on Thursday, 8 July, at 10h30. I asked two union representatives, Professors Marc Troisvallets and Jean Derioz (both from Stendhal University) to accompany me to this important meeting. However, Vice-President Lafon chose not to attend this meeting and nothing was resolved, as President Chezaud announced before the meeting began that "Nothing could be negotiated!" (Please see Documents #18 and #19.)

 

The 4th violation of my institutional rights and traditional academic freedoms --in addition to (a) the obscure administrative decision to liquidate the research center CEIMSA despite the promise of former Stendhal University President Lise Dumasy in January 2003 to recognize CEIMSA for at least two more years, as an autonomous, local research center affiliated with Stendhal University, and (b) the refusal by Vice-President Lafon and President Chezaud to allow me to appeal this decision in a timely fashion at a meeting of the Conseil Scientifique (please see Document #1), and (c) the refusal of Vice-President Lafon to attend the meeting with President Chezaud to discuss the future of CEIMSA-- was the brutal elimination of the CEIMSA web site, <http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa/> from the university server on July 1. (Please see Documents # 7 and 8.)

 

At the very moment the CEIMSA web site, which contained more than 3,000 pages of careful descriptions and scholarly analyses of American institutions and social movements, was illiminated, many students and scholars were using it on a regular basis, as an important research tool. This international academic community including the summer class of visiting students from the University of Texas at Austin, who were enrolled in my history course on "U.S. Foreign Policy since the Normandy Landing". But also deprived of this pedagogical source of information in American society were many French TER and DEA students who were enrolled at Stendhal University who were using the CEIMSA web site this summer to complete their research for their theses, which must be defended in September. They also were deprived of this important and useful research tool. In addition, I was contacted by several scholars, both French and American, who were using the CEIMSA web site for their own research when suddenly they were deprived access on 1 July. (Please see attached Documents #4, #5, #6, #7, #9, #11, #13, #14, #15, #16, #17.)

 

 

For the above reasons which I believe constitute a violation of my institutional rights as a university professor, and also constitute a violation of traditional academic freedoms in the French Republic, I do formally request that the Tribunal Administratif investigate the irregular and unprofessional procedures by which these administrative decisions were implemented at Stendhal University --decisions which are so harmful to the integrity of Stendhal University, to traditional academic freedoms, and equally destructive to the education of its students.

 

 

 

Sincerely,

Francis McCollum Feeley

Professor of American Studies

Director of Research

Stendhal University

 

_________

cc: M. Jean-Jack Queyranne, Directeur du Conseil Régional Rhône-Alpes.

      M. Gérard Leras, Section de l’environnement, Conseil Régional Rhône-Alpes.

 

________________________________

version française :


M. Francis McCollum Feeley

Professeur de civilisation américaine

Directeur de recherche

UFR d’Anglais

Université Stendhal Grenoble 3

                à

M. le Président

Tribunal Administratif

BP1135

2, Place de Verdun

38022 Grenoble CEDEX

 

Grenoble, le 13 juillet 2004

 

Sujet : demande d'enquête concernant des accusations d'abus administratifs à

            l'Université Stendhal



Monsieur,

 

J'ai l'honneur d vous écrire pour demander que votre service mène une enquête concernant une série d'injustices flagrantes dont j'ai été la victime à l'Université Stendhal en tant que directeur d'une petit centre de recherche en Etudes américaines, le Centre d'Etudes des Institutions et Mouvements sociaux américains (CEIMSA), qui était affilié avec l’UFR d’Anglais à l’Université Stendhal.

 

En septembre 2000, j'ai été nommé directeur de ce CEIMSA, et pendant les années suivantes, ce centre a été officiellement associé à l'UFR d'anglais de l'Université Stendhal. (veuillez consulter les Documents N°1 et N°2 décrivant ma carrière à l'Université Stendhal et les activités du CEIMSA depuis sa création en 2000)

 

La série d'injustices et d'abus administratifs a commencé à la fin de cette année universitaire (2003-2004) quand j'ai été informé le 12 juin par Monsieur Michel Lafon, Vice-Président chargé de la recherche, que lui et le Président de l'Université Stendhal, Patrick Chezaud, avaient l'intention d'ordonner "l'extinction" immédiate de mon centre de recherche, le CEIMSA. Aucune explication satisfaisante ne m'a été donnée pour justifier cette mesure. Monsieur Lafon a prétendu que la décision avait été prise à une réunion du Conseil scientifique du 23 mars 2004 à laquelle j'ai assisté et durant laquelle l'extinction du CEIMSA n'a pas été débattue. Je suis membre du Conseil scientifique, mais je n'ai pas reçu d'exemplaire du compte rendu de cette réunion, et quand j'ai pu consulter ce compte rendu, je n'ai pas reconnu ce qui avait réellement été dit à cette réunion concernant l'avenir du CEISMA. (En d'autres mots, le compte rendu de cette réunion n'est pas une description exacte du débat auquel j'ai participé le 23 mars) (Veuillez consulter le message de Monsieur Lafon du 12 juin; Document N°1-D.)

 

Le vendredi 18 juin, j'ai rencontré Messieurs Lafon et Chezaud et contesté leur décision de mettre fin au CEIMSA la déclarant "injuste " et  "non démocratique". J'ai alors demandé de pouvoir faire appel de cette décision au prochain Conseil scientifique fixé au 22 juin, ou à une réunion suivante de ce Conseil. Ils m'ont répondu que l'ordre du jour de juin était déjà trop chargé et qu'il n'y aurait pas la possibilité de faire appel aux réunions suivantes de juillet et de septembre parce qu'une fois de plus l'ordre du jour était trop chargé. Il y avait d'autres questions plus importantes à régler. Ainsi je me suis vu refuser le droit de faire appel devant mes collègues du Conseil scientifique d'une décision administrative mettant fin à un centre de recherche très dynamique.

 

Finalement, au bout de quelques minutes, le Vice-Président Lafon et le Président Chezaud ont accepté de me recevoir trois semaines plus tard dans le bureau du Président. Comme ils l'avaient suggéré, j'ai contacté la secrétaire du Président, Mme Joubert, et fixé avec elle un rendez-vous pour le 8 juillet, à 10h30. J'ai demandé à deux représentants de mon syndicat, les professeurs Marc Troisvallets et Jean Derioz de l'Université Stendhal de m'accompagner à ce rendez-vous important. Toutefois, le Vice-Président Lafon a décidé de ne pas assister à cette rencontre, et rien n'a été résolu étant donné que le Président Chezaud a d'emblée annoncé que "rien ne pouvait être négocié". (cf Documents N°18 et N°19)

 

La 4e violation de mes droits institutionnels et des libertés universitaires traditionnelles

--s'ajoutant à

a) la décision administrative non motivée de mettre fin au CEIMSA, malgré la promesse de l'ancienne Présidente du l'Université Stendhal, Lise Dumasy, en janvier 2003, de reconnaître l'existence du CEIMSA pendant au moins deux années de plus en tant que centre de recherche local autonome, affilié à l'Université Stendhal, et

b)au refus du Vice-président Lafon et du Président Chezaud de me laisser faire appel de cette décision à une réunion du Conseil scientifique (cf Document N°1) et

c) au refus du Vice-Président lafon d'assister à la réunion avec le Président Chezaud pour débattre de l'avenir du CEIMSA--

a été l'élimination brutale du site internet du CEIMSA <http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa/> du serveur de l'université le 1er juillet 2004. (cf Documents N°7 et N°8)

 

Au moment même où ce site internet utile, qui contenait plus de 3 000 pages de descriptions et d'analyses scientifiques des institutions et mouvements sociaux aux Etats-Unis était éliminé, beaucoup d'étudiants et de chercheurs l'utilisaient comme un outil de travail y compris mes propres étudiants d'un cours d'été venus de l'Université du Texas à Austin, qui s'étaient inscrits dans mon cours d'histoire sur "la politique étrangère des Etats-Unis depuis le débarquement en Normandie". Mais ont été aussi privés de cette source d'information en civilisation américaine de nombreux  étudiants français de TER et de DEA, inscrits à l'Université Stendhal, qui utilisaient ce site cet été pour finir leur recherche sur des mémoires et des thèses qu'ils doivent soutenir en septembre. De plus, j'ai aussi été contacté par plusieurs chercheurs français et américains qui utilisaient le site CEIMSA pour leur propre recherche avant qu'il soit brusquement éliminé le 1er juillet. (cf Documents N°4, N°5, N°6, N°7, N°9, N°11, N°13, N°14, N°15, N°16 et N°17)

 

Pour  les quatre raisons exposées ci-dessus, qui, à mon avis, constituent une violation de mes droits institutionnels en tant que professeur d'université, et aussi une violation des libertés universitaires traditionnelles dans la République française, je demande officiellement que le Tribunal administratif enquête sur les procédures irrégulières et non professionnelles selon lesquelles ces décisions administratives ont été appliquées à l'Université Stendhal

--décisions qui nuisent à la réputation de cette université et également à la formation de ses étudiants. 

 

 

Nous vous en remercions par avance et nous vous prions d’agréer, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

Francis Feeley

Professeur de civilisation américaine

Université Stendhal, Grenoble3

 

 

_________

cc: M. Jean-Jack Queyranne, Président du Conseil Régional Rhône-Alpes.

      M. Gérard Leras, Section de l’environnement, Conseil Régional Rhône-Alpes.

 

 

___________________

Monsieur le Président du Conseil Régional,
M. Jean-Jack Queyranne
Conseil Régional
78, route de Paris

BP 19

69751 Charbonnières-les-Bains Cedex

Monsieur le Président,

Je vous prie de trouver ci-jointe une copie de la lettre adressée au Tribunal Administratif de Grenoble, concernant ce que je considère être une injustice flagrante à l’égard d’un Centre International de recherche sans doute encore relativement jeune mais très actif. Il s’agit du CEIMSA, le Centre des Etudes des Institutions et des Mouvements Sociaux Américains.

Un important dossier accompagne cette communication. Il réunit la documentation sur l’attaque dont nous avons été l’objet par l’administration de l’Université Stendhal.

J’espère que vous pourrez consacrer du temps à ce rapport et m’informer sur la manière de protéger l’expression des libertés de ce dynamique Centre de Recherche contre les attaques capricieuses et peu conformes aux traditions universitaires qui menacent son existence, la réputation de l’Université Stendhal de Grenoble, ainsi que les étudiants qui étudient et mènent des recherches au sein de cette institution.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mes salutations respectueuses.

 

 

Francis McCollum Feeley

Professeur d’Etudes américaines

Directeur de recherche

Université Stendhal-Grenoble 3

 

___________________

M. Francis McCollum Feeley

Professeur de Civilisation Américaine

Directeur de recherche

Université Stendhal, Grenoble3

à

M. Gérard Leras

Conseil Régional

78, route de Paris

BP 19

69751 Charbonnières-les-Bains Cedex

 

Grenoble, le 13 juillet 2004

 

 

Monsieur,

 

C’est en tant que professeur de civilisation américaine à l’Université Stendhal de Grenoble et directeur du Centre d’Etudes sur les Institutions et les Mouvements Sociaux Américains (CEIMSA) que je m’adresse à vous.

 

Notre modeste, mais néanmoins très actif, Centre International de Recherche, rattaché à l’Université Stendhal, a récemment fait l’objet de ce que je crois être une injustice flagrante commise à son encontre.

 

Veuillez trouver ci-joint une copie de la lettre adressée au Président du Tribunal Administratif de Grenoble décrivant les actions entreprises dans le but de mettre un terme aux activités du CEIMSA.

 

J’ajoute également à ce courrier une copie du dossier compilé par notre centre de recherche pour documenter les attaques dont nous avons été l’objet de la part de l’administration de l’Université Stendhal.

 

J’espère que vous trouverez le temps de lire ce document et pourrez me conseiller sur les actions à mener pour protéger ce dynamique centre de recherche contre les attaques capricieuses et bien peu professionnelles qui menacent son existence à l’Université Stendhal, et qui, du même coup, mettent en péril la réputation de l’université et la formation des étudiants qui travaillent et conduisent des recherches au sein de cette institution.

 

 

En vous remerciant par avance de l’attention que vous voudrez bien porter à ma requête, je vous prie d’agréer, Monsieur.

Francis Feeley

 

                        Professeur de Civilisation américaine

                        Directeur de recherche

                        Université Stendhal, Grenoble3

 

DOCUMENT #21

 

 

___________________

A.

 

M. Francis FEELEY

Professeur d’Etudes Américaines

              à

M. le Président

Tribunal Administratif

BP1135

2, Place de Verdun

38022 Grenoble CEDEX

 

Grenoble, le 28 juillet 2004

 

 

Sujet: recours pour excès de pouvoir et un référé de suspension de l’acte.

 

Monsieur :

A propos la lettre que je vous ai envoyé le 13 juillet, avec un dossier de 19 documents sur la liquidation du centre de recherches (CEIMSA) dont je suis le directeur depuis septembre 2000, j’ai l’honneur de vous écrire afin de préciser la nature des délits flagrants dont je suis victime de la part de l’administration à l’Université Stendhal-Grenoble3.

 

Les Dates:

Le 12 juin 2004, j’ai reçu une communication du Vice-Président M. Michel Lafon qui m’annonçait «l’extinction» du Centre d’Etudes des Institutions et des Mouvements Sociaux Américains (CEIMSA). [voir ci-jointe la document #1]

 

Le 18 juin 2004,M. Lafon a refusé de m’accorder l’opportunité de faire appel de cette décision devant le Conseil Scientifique aux réunions du juin, juillet, et septembre, en utilisant le prétexte que les ordres du jours étaient déjà trop chargés pour les prochaines réunions. [voir ci-jointe la document #2]

 

Le 1 juillet 2004, le site web de mon centre, CEIMSA, a été fermé au milieu d’un de mes cours, qui durait jusqu’au 7 juillet, mes étudiants n’ont donc pas pu suivre le cours normalement jusqu’a son terme. [voir ci-jointe les document #3 et #4]

 

Pourquoi j’agis:

Je suis professeur de civilisation américaine, et directeur du CEIMSA à l’Université Stendhal depuis septembre 2000, dont la création était l’une des conditions explicites de mon recrutement. Jusqu’à sa suppression des centaines de mes étudiants utilisaient ce centre régulièrement, et certains y publiaient les résultats de leurs recherches. Il est donc de mon devoir d’assurer la disponibilité de cet instrument pédagogique.

 

Quelles motivations légales:

1) La décision de supprimer mon centre de recherches a été prise sans jamais me consulter, malgré le fait que je suis membre du Conseil scientifique à l’Université Stendhal et était présent quand le vote me privant d’une subvention pour mon colloque d’avril 2004 a eu lieu, ce qui ne m’a pas dérangé, n’étant pas informé de la signification de ce vote, a savoir que le fait d’être privé de subvention «entraînerait automatiquement», selon l’administration, la suppression de mon centre de recherche.

 

2) On m’a refusé le droit faire appel devant mes collègues du conseil scientifique pour défendre l’existence de mon centre de recherche avant le fin de l’année 2003/2004 et même au début du prochain semestre,me forçant à accepter cette décision administrative comme un fait accompli.

 

3) J’ai été privé de la liberté d’expression universitaire par la suppression du site web du CEIMSA alors que mon cours sur l’histoire des Etats-Unis pour les étudiants de l’Université du Texas était en cours; le 1 juillet, et mes étudiants américains ont été privé d’un de leurs principaux outils de recherches avant le fin du cours en juillet, et, en plus, mes étudiants français de troisième cycle à l’Université Stendhal-Grenoble3 n’ont plus accès au site web du CEIMSA pour leurs recherches cet été, alors que certains d’entre eux doivent soutenir leurs mémoires en septembre 2004.

 

Pour ces raisons, je vous demande, Monsieur, un recours pour excès de pourvoir et un référé immédiat de suspension de l’acte afin de restaurer dans lesmeilleurs délais mon centre de recherches et son outil pédagogique, le site web associé:

<http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa>.

 

 

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

 

Francis McCollum Feeley

Professeur de civilisation américaine/

Directeur de recherches

Université Stendhal-Grenoble3

 

_________

cc: M. Jean-Jack Queyranne, Président du Conseil Régional Rhône-Alpes.

    

 

________________________

B.

3 Appendices



---------------------

DOCUMENT #1

from Michel Lafon, vice-president of the "Conseil scientifique" at Stendhal University, Grenoble3 :

 

12 June 2004

Cher Francis,

à l'issue d'une longue réflexion et d'une concertation sérieuse, je t'informe qu'il n'est pas possible pour l'ILCEA de t'accueillir en son sein ; j'en suis désolé pour toi, mais l'équipe que je dirige est lourde, complexe et difficile à gérer : nous avons cinq composantes, très diverses ; nous pensons sincèrement que ton intégration compliquerait sérieusement la situation de l'équipe, qui a plutôt pour objectif, dans les prochaines années, de réduire encore, si possible, le nombre de ses composantes, d'harmoniser ses pratiques scientifiques (ton fonctionnement très atypique ne me semble pas compatible avec le nôtre, je te le dis très sincèrement) et de simplifier et clarifier au maximum son organisation.

 

Je t'incite donc à chercher une autre solution pour toi.

 

J'en profite pour t'informer que nous t'enverrons prochainement, le Président et moi, une lettre prenant acte de "l'extinction" du CEIMSA et te demandant d'en tirer toutes les conséquences institutionnelles.

 

Amitiés,

Michel

 

---------------------

DOCUMENT #2

from Francis Feeley, a response to M. Michel Lafon, requesting an opportunity to defend at a "Conseil Scientifique" meeting the right for CEIMSA to continue all of its pedagogical activities, including it web site publications and the periodic international conferences held on the Stendhal campus.

 

11 juillet 2004

M. Francis Feeley

Professeur de civilisation américaine

Membre du Conseil Scientifique

Université Stendhal

Grenoble

     à

M. Michel Lafon

Vice-Président Recherche

Président du Conseil Scientifique

Université Stendhal

Grenoble

 

Cher collègue,

après votre refus de me permettre de défendre l'existence du CEIMSA dans

notre université devant les collègues du Conseil scientifique en juin, en

juillet et en septembre comme l'ordre du jour de ces réunions était trop

chargé, je vous prie de bien vouloir mettre cette question à l'ordre du jour

de la réunion d'octobre du Conseil scientifique.

 

Merci d'avance pour l'attention que vous porterez à ma demande urgente.

 

Francis Feeley

Professeur de civilisation américaine

Université Stendhal

 

----------------------------

DOCUMENT #3

from Odile Lagacherie, vice-president of the "Conseil d'administration" at Stendhal University, Grenoble3 :

 

28 juin 2004

Odile LAGACHERIE

Vice-Présidente du Conseil d'Administration

à

 

Francis FEELEY

Professeur

 

Monsieur le Professeur,

Conformément à la décision du Conseil Scientifique du 23 mars 2004, concernant le CEIMSA, il ne sera plus possible que le site institutionnel héberge votre site, à compter du 1er juillet, conformément à la décision du Président de l'Université. Je pense que vous avez dû faire le nécessaire pour qu'il puisse migrer vers un autre support. Pour cela, vous pouvez prendre contact avec Gérard Wagner du CRAI qui est à votre disposition.

Avec mes sincères salutations,

 

Odile LAGACHERIE

(signature)

 

 

---------------------

DOCUMENT #4

from Francis Feeley, formal request to receive a copy of the minutes of  the 23 March "Conseil Scientifique" meeting, where the the University of Stendhal administration claims that a vote was taken to liquidate CEIMSA and to remove its web site from the university server.

 

28 juillet 2004

M. Francis FEELEY

Membre du Conseil Scientifique

Université Stendhal

            à

Mme. Henriette BACH

Responsable administrative

Service Recherche

Université Stendhal

 

 

Bonjour Henriette.

Je ne sais pas pourquoi, mais en tant que membre du Conseil Scientifique, je n'ai jamais reçu une copie du compte rendu de la meeting du CS le 23 mars 2004.

Peut-tu m'envoyer une copie à mon adresse : 35 chemin de Halage, 38000 Grenoble ?

merci,

Francis Feeley

 

 

___________________________________________________________

C.

Monsieur le Président du Conseil Régional,

M. Jean-Jack Queyranne

Conseil Régional

78, route de Paris

BP 19

69751 Charbonnières-les-Bains Cedex

 

Monsieur le Président,

Je vous prie de trouver ci-jointe une copie de la lettre adressée au Tribunal Administratif de Grenoble, concernant ce que je considère être une injustice flagrante à l égard d un Centre International de recherche sans doute encore relativement jeune mais très actif. Il s'agit du CEIMSA, le Centre des Etudes des Institutions et des Mouvements Sociaux Américains.

 

Un important dossier accompagne cette communication. Il réunit la documentation sur l attaque dont nous avons été l objet par l administration de l Université Stendhal.

 

J'espère que vous pourrez consacrer du temps à ce rapport et m informer sur la manière de protéger l expression des libertés de ce dynamique Centre de Recherche contre les attaques capricieuses et peu conformes aux traditions universitaires qui menacent son existence, la réputation de l Université Stendhal de Grenoble, ainsi que les étudiants qui étudient et mènent des recherches au sein de cette institution.

 

 

Je vous prie d agréer, Monsieur le Président, l assurance de mes salutations respectueuses

 

Francis McCollum Feeley

Professeur d'Etudes Américaines/

Directeur de recherches


_______________________________________________________________________________________

DOCUMENT #22

MORE DOCUMENTATION FROM CEIMSA-IN-EXILE: FROM THE CENTER FOR THE ADVANCED STUDY OF AMERICAN INSTITUTIONS AND SOCIAL MOVEMENTS (CEIMSA) IN GRENOBLE, FRANCE.

 

 

30 juillet 2004

Grenoble, France

 

Dear Colleagues and Friends of CEIMSA,

 

Here on the cusp of summer vacation, when shutters are closed and doors are locked (the preferred moment for making unpopular administrative decisions) we have filed papers at the Tribunal Administratif de Grenoble requesting that the administrative decision at Stendhal University to liquidate CEIMSA and to remove our web site from the university server be suspended until appropriate justification is provided.

 

We have begun the long march to restore our CEIMSA web site on the Stendhal University server and to reactivate our research center which the Stendhal University administration has tried to liquidate this summer. [Please see attachment for the up-dated dossier of more than 20 documents.]

 

 

Neo-liberal political intrigue has temporarily slowed us down a bit, but this simply comes with the territory today in any institution where ideology-driven policy makers work to eclipse sources of principled debate on important issues, thereby sabotaging the function of the honest broker, whose traditional role has been to preserve diversity, the sine qua non of any academic institution. Today the honest broker is being rapidly replaced by mean-spirited ideologues, with "long memories", demanding absolute loyalty to the Chief, the post-modern nightmare that serves to dissuade many of us from pursuing our rights, and from making appeals for prompt justice. Instead, we just try to get by. . . .

 

Any sustained insistence on the protection of traditional academic freedoms, which for centuries have carefully nurtured diversity and have promoted principled fact-driven debates by "sifting and winnowing" arguments from different viewpoints, is all but a freak phenomenon today where "post-modern" ideology and neo-liberalism have collapsed all distinctions between Fact, Opinion, and Analysis, thus giving rise to a fragile bubble, which must be protected as all costs, and in which one amorphous Machiavellian orgy of rhetoric and rapport de force passes itself off as A Discussion of the Issues.

 

In the face of this perversion of power (i.e. power simply for the sake of power), a call for "science for the people" --i.e. the popularization of scientific method with the objective of collectively making a "good life" and a convivial society --appears as the only alternative to the old and tired farce of "Tweedle-Dum and Tweedle-Dee", which has ruined so many lives over the years.

 

 

In this spirit, we offer for the friends of our progressive research center in Grenoble, France the benefit of transparency, i.e. documents which have been gathered to defend our research center from a monumental and scandalous censorship, by a small number of administrators whose ill-will and determination to curtail the activities of our center have been apparent for some time.

 

In the opinion of many colleagues, this power play on the part of these administrators is illegal, and it must be resisted for obvious historical reasons.

 

Item A below is a copy of our second letter sent to the Tribunal Administratif, requesting the immediate restoration of the CEIMSA web site, until a final judgment can be determined on the legality of its removal from the university server.

 

Item B contain an appendix of 4 documents which are mentioned in the above letter and which support the claim that the administrative action taken against CEIMSA this summer was undemocratic and also illegal.

 

Item C is a letter addressed to the President of the Conseil Regional, informing him of the actions we have taken to redress our grievances against the University of Stendhal administration, including the request addressed to the Tribunal Administratif to restore our CEIMSA web site.

 

 

Sincerely,

Francis McCollum Feeley

Professor of American Studies/

Director of Research

Université Stendhal-Grenoble3

 

____________________________________________________________

A.

M. Francis FEELEY

Professeur d’Etudes Américaines

              à

M. le Président

Tribunal Administratif

BP1135

2, Place de Verdun

38022 Grenoble CEDEX

 

Grenoble, le 28 juillet 2004

 

 

Sujet: recours pour excès de pouvoir et un référé de suspension de l’acte.

 

Monsieur :

A propos la lettre que je vous ai envoyé le 13 juillet, avec un dossier de 19 documents sur la liquidation du centre de recherches (CEIMSA) dont je suis le directeur depuis septembre j’ai l’honneur de vous écrire afin de préciser la nature des délits flagrants dont je suis victime de la part de l’administration à l’Université Stendhal-Grenoble3.

 

Les Dates:

Le 12 juin 2004, j’ai reçu une communication du Vice-Président M. Michel Lafon qui m’annonçait «l’extinction» du Centre d’Etudes des Institutions et des Mouvements Sociaux Américains (CEIMSA). [voir ci-jointe la document #1]

 

Le 18 juin 2004,M. Lafon a refusé de m’accorder l’opportunité de faire appel de cette décision devant le Conseil Scientifique aux réunions du juin, juillet, et septembre, en utilisant le prétexte que les ordres du jours étaient déjà trop chargés pour les prochaines réunions. [voir ci-jointe la document #2]

 

Le 1 juillet 2004, le site web de mon centre, CEIMSA, a été fermé au milieu d’un de mes cours, qui durait jusqu’au 7 juillet, mes étudiants n’ont donc pas pu suivre le cours normalement jusqu’a son terme. [voir ci-jointe les document #3 et #4]

 

Pourquoi j’agis:

Je suis professeur de civilisation américaine, et directeur du CEIMSA à l’Université Stendhal depuis septembre 2000, dont la création était l’une des conditions explicites de mon recrutement. Jusqu’à sa suppression des centaines de mes étudiants utilisaient ce centre régulièrement, et certains y publiaient les résultats de leurs recherches. Il est donc de mon devoir d’assurer la disponibilité de cet instrument pédagogique.

 

Quelles motivations légales:

1) La décision de supprimer mon centre de recherches a été prise sans jamais me consulter, malgré le fait que je suis membre du Conseil scientifique à l’Université Stendhal et était présent quand le vote me privant d’une subvention pour mon colloque d’avril 2004 a eu lieu, ce qui ne m’a pas dérangé, n’étant pas informé de la signification de ce vote, a savoir que le fait d’être privé de subvention «entraînerait automatiquement», selon l’administration, la suppression de mon centre de recherche.

 

2) On m’a refusé le droit faire appel devant mes collègues du conseil scientifique pour défendre l’existence de mon centre de recherche avant le fin de l’année 2003/2004 et même au début du prochain semestre,me forçant à accepter cette décision administrative comme un fait accompli.

 

3) J’ai été privé de la liberté d’expression universitaire par la suppression du site web du CEIMSA alors que mon cours sur l’histoire des Etats-Unis pour les étudiants de l’Université du Texas était en cours; le 1 juillet, et mes étudiants américains ont été privé d’un de leurs principaux outils de recherches avant le fin du cours en juillet, et, en plus, mes étudiants français de troisième cycle à l’Université Stendhal-Grenoble3 n’ont plus accès au site web du CEIMSA pour leurs recherches cet été, alors que certains d’entre eux doivent soutenir leurs mémoires en septembre 2004.

 

Pour ces raisons, je vous demande, Monsieur, un recours pour excès de pourvoir et un référé immédiat de suspension de l’acte afin de restaurer dans lesmeilleurs délais mon centre de recherches et son outil pédagogique, le site web associé:

<http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa>.

 

 

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

 

Francis McCollum Feeley

Professeur de civilisation américaine/

Directeur de recherches

Université Stendhal-Grenoble3

 

_________

cc: M. Jean-Jack Queyranne, Président du Conseil Régional Rhône-Alpes.

    

 

___________________________________________________________

B.

4 Appendices

 

DOCUMENT #1

from Michel Lafon, Vice-President of the "Conseil Scientifique" at Stendhal University-Grenoble3, announcing the liquidation of CEIMSA by executive order :

 

12 June 2004

Cher Francis,

à l'issue d'une longue réflexion et d'une concertation sérieuse, je t'informe qu'il n'est pas possible pour l'ILCEA de t'accueillir en son sein ; j'en suis désolé pour toi, mais l'équipe que je dirige est lourde, complexe et difficile à gérer : nous avons cinq composantes, très diverses ; nous pensons sincèrement que ton intégration compliquerait sérieusement la situation de l'équipe, qui a plutôt pour objectif, dans les prochaines années, de réduire encore, si possible, le nombre de ses composantes, d'harmoniser ses pratiques scientifiques (ton fonctionnement très atypique ne me semble pas compatible avec le nôtre, je te le dis très sincèrement) et de simplifier et clarifier au maximum son organisation.

 

Je t'incite donc à chercher une autre solution pour toi.

 

J'en profite pour t'informer que nous t'enverrons prochainement, le Président et moi, une lettre prenant acte de "l'extinction" du CEIMSA et te demandant d'en tirer toutes les conséquences institutionnelles.

 

Amitiés,

Michel

 

____________

DOCUMENT #2

from Francis Feeley, a response to M. Michel Lafon, requesting an opportunity to defend at a future "Conseil Scientifique" meeting the right for CEIMSA to continue all of its pedagogical activities, including it web site publications and the periodic international conferences held on the Stendhal campus.

 

11 juillet 2004

M. Francis Feeley

Professeur de civilisation américaine

Membre du Conseil Scientifique

Université Stendhal

Grenoble

     à

M. Michel Lafon

Vice-Président Recherche

Président du Conseil Scientifique

Université Stendhal

Grenoble

 

Cher collègue,

après votre refus de me permettre de défendre l'existence du CEIMSA dans

notre université devant les collègues du Conseil scientifique en juin, en

juillet et en septembre comme l'ordre du jour de ces réunions était trop

chargé, je vous prie de bien vouloir mettre cette question à l'ordre du jour

de la réunion d'octobre du Conseil scientifique.

 

Merci d'avance pour l'attention que vous porterez à ma demande urgente.

 

Francis Feeley

Professeur de civilisation américaine

Université Stendhal

 

________________

DOCUMENT #3

from Odile Lagacherie, vice-president of the "Conseil d'administration" at Stendhal University-Grenoble3, announcing the removal of the CEIMSA web site from the university server :

 

28 juin 2004

Odile LAGACHERIE

Vice-Présidente du Conseil d'Administration

à

 

Francis FEELEY

Professeur

 

Monsieur le Professeur,

Conformément à la décision du Conseil Scientifique du 23 mars 2004, concernant le CEIMSA, il ne sera plus possible que le site institutionnel héberge votre site, à compter du 1er juillet, conformément à la décision du Président de l'Université. Je pense que vous avez dû faire le nécessaire pour qu'il puisse migrer vers un autre support. Pour cela, vous pouvez prendre contact avec Gérard Wagner du CRAI qui est à votre disposition.

Avec mes sincères salutations,

 

Odile LAGACHERIE

(signature)

 

 

____________

DOCUMENT #4

from Francis Feeley, formal request to receive a copy of the minutes of  the 23 March "Conseil Scientifique" meeting, where the the University of Stendhal administration claims that a vote was taken to liquidate CEIMSA and to remove its web site from the university server.

 

28 juillet 2004

M. Francis FEELEY

Membre du Conseil Scientifique

Université Stendhal

            à

Mme. Henriette BACH

Responsable administrative

Service Recherche

Université Stendhal

 

 

Bonjour Henriette.

Je ne sais pas pourquoi, mais en tant que membre du Conseil Scientifique, je n'ai jamais reçu une copie du compte rendu de la meeting du CS le 23 mars 2004.

Peut-tu m'envoyer une copie à mon adresse : 35 chemin de Halage, 38000 Grenoble ?

merci,

Francis Feeley

 

 

____________________________________________________________

C.

Monsieur le Président du Conseil Régional,

M. Jean-Jack Queyranne

Conseil Régional

78, route de Paris

BP 19

69751 Charbonnières-les-Bains Cedex

 

Monsieur le Président,

Je vous prie de trouver ci-jointe une copie de la lettre adressée au Tribunal Administratif de Grenoble, concernant ce que je considère être une injustice flagrante à l égard d un Centre International de recherche sans doute encore relativement jeune mais très actif. Il s'agit du CEIMSA, le Centre des Etudes des Institutions et des Mouvements Sociaux Américains.

 

Un important dossier accompagne cette communication. Il réunit la documentation sur l attaque dont nous avons été l objet par l administration de l Université Stendhal.

 

J'espère que vous pourrez consacrer du temps à ce rapport et m informer sur la manière de protéger l expression des libertés de ce dynamique Centre de Recherche contre les attaques capricieuses et peu conformes aux traditions universitaires qui menacent son existence, la réputation de l Université Stendhal de Grenoble, ainsi que les étudiants qui étudient et mènent des recherches au sein de cette institution.

 

 

Je vous prie d agréer, Monsieur le Président, l assurance de mes salutations respectueuses

 

Francis McCollum Feeley

Professeur d'Etudes Américaines/

Directeur de recherches

 

 

*************************

Francis McCollum Feeley

Professor of American Studies/

Director of Research at "CEIMSA-IN-EXILE"

http://www.u-grenoble3.fr/ciesimsa          (LIQUIDATED AS OF 1 JULY 2004)

Université de Grenoble-3

Grenoble, France

 

 

DOCUMENT #23

 version française

 SYNDICAT NATIONAL DES CHERCHEURS SCIENTIFIQUES - FSU

 

 

GRANDE PREMIERE (MONDIALE ?)

 A L'UNIVERSITE STENDHAL DE GRENOBLE:

L'AUTODAFE ELECTRONIQUE

 

 

Dans l'histoire universitaire française, l'université Stendhal de Grenoble est en passe d'occuper une place éminente: pour la première fois en France (et peut être pour la première fois au monde, c'est à vérifier) elle a décidé de faire disparaître de ses fonds documentaires en ligne toute la production scientifique d'un centre de recherche accumulée depuis trois ans, après qu'elle ait  été soutenue financièrement par son conseil scientifique. Brûler des livres ou les anéantir lorsqu'ils sont sur support informatique, quelle différence? 

Résumons brièvement les faits: en 1998 Francis Feeley, de l'université de Berkeley, postule sur trois postes de professeur dans les universités de Strasbourg, Tours et Grenoble. Classé premier par les trois commissions de spécialistes, il choisit Grenoble où on lui permet de créer un Centre de recherche, le CEIMSA (Center for the Advanced Study of American Institutions and Social Movements). Beaucoup de Grenoblois connaissent la suite: trois conférences internationales drainant un nombreux public, des personnalités américaines de renom invitées à Grenoble (tel l'historien Howard Zinn), de nombreux étudiants intéressés par les activités du CEIMSA, un rayonnement international nouveau pour l'université Stendhal dans le domaine des "Américanistes".

Quelle mouche a donc soudainement piqué les membres du Conseil Scientifique de l'université pour refuser toute subvention à ce centre de recherche pour 2004, après l'avoir soutenu pendant trois ans?

Pourquoi le Président de l'université, nouvellement élu, Patrick Chezaud, a-t-il décidé de mettre le centre "en extinction" ? Et surtout pourquoi a-t-il fait suivre cette "extinction" de l'autodafé électronique de son fonds documentaire en ligne, dépositaire notamment des actes des trois conférences internationales organisées par le centre, avec le soutien de l'université ?

Nous disposons de deux réponses officielles à ces questions: dans une lettre du Vice Président Michel Lafon au Professeur Francis Feeley datée du 12 Juin, la raison invoquée est que le fonctionnement du CEIMSA serait "atypique".  C'est par cette lettre que le professeur Feeley apprend que son centre est mis "en extinction" et qu'il recevra une notification du Président (à la date du 30 juillet, elle ne lui était pas encore parvenue...). D'autre part, au cours d'une entrevue avec le Président Chezaud (en présence d'un représentant du SNESup), le Professeur Feeley s'est entendu dire que " le grand nombre de participants aux colloques internationaux du CEIMSA tend à prouver que le travail de ce centre de recherche n'est pas "scientifique". Une troisième raison exprimée oralement serait qu'un centre de recherche non financé par le BQR doit être automatiquement supprimé. Aucune raison n'a été fournie pour justifier l'autodafé du fonds documentaire.

Bien entendu, il s'agit là de prétextes particulièrement inacceptables. Toutes ces décisions ne reposent sur aucun rapport d'évaluation scientifique sérieux et argumenté des activités du CEIMSA.

En fait, la véritable raison de la suppression arbitraire de ce centre de recherche est apparue dans une lettre de la Vice Présidente Odile Lagacherie du 28 juin, annonçant au professeur Feeley que le site WEB de son centre, constitué de plus de 3000 pages de documentation (actes des conférences internationales, articles, mémoires d'étudiants français et étrangers, etc...) serait supprimé du serveur de l'université Stendhal le 1er juillet 2004. Effectivement, toute cette documentation a été effectivement soustraite au public français et étranger ainsi qu'aux étudiants et aux enseignants-chercheurs de l'université. Si l'on y réfléchit, ce geste est pire que brûler une bibliothèque, dont les ouvrages peuvent éventuellement être trouvés ailleurs, car il existait dans ce site des actes de conférences et des textes de "littérature grise" non publiés. L'université Stendhal vient d'inventer l'autodafé du XXIème siècle: on en parlera dans les manuels d'histoire, comme on parle de l'inquisition espagnole du XVIIème siècle...

Et maintenant il faut poser la question: pourquoi cet autodafé? Qu'une université supprime un centre de recherche, même brillant, ce n'est pas nouveau, tant les combats de requins sont fréquents dans les milieux de la recherche. Mais liquider un fonds documentaire de plus de 3000 pages en plein essor, largement utilisé au sein de l'université elle-même et à l'étranger, c'est très nouveau. Un vrai "scoop" !

En fait, pour tous ceux qui ont suivi les activités du professeur Feeley et du CEIMSA, la raison est claire: au lieu de dispenser au public français les analyses "politiquement correctes", insipides et pleines de non-dits des courants de pensée "bien en cour" sur l'histoire et la société des Etats Unis, sur leur politique intérieure et extérieure, Francis Feeley met en lumière les réalités de ce grand pays, ses contradictions, les luttes sociales qui ont traversé son histoire et qui continuent à y faire rage aujourd'hui. Bref c'est un "radical" au sens américain du terme et ne voilà-t-il pas que l'université d'Austin au Texas demandait à ce professeur de l'université Stendhal de venir faire cours à ses étudiants ? Il ne fait pas de doute que pour les courants conservateurs et bien pensants, il devenait difficilement supportable de laisser le public français et étranger accéder librement aux textes diffusés par cet intellectuel critique des pouvoirs établis. Et pour jeter un site WEB à la corbeille, rien de plus simple que de supprimer le centre de recherche qui le développe. .. Les dirigeants de l'université Stendhal se sont donc rendus coupables de censure scientifique pour raisons politiques.

Ce scandale sera-t-il toléré sur les campus grenoblois ? Espérons que les protestations de la communauté scientifique locale et internationale et celles des étudiants privés de cette documentation irremplaçable seront assez vives, pressantes et nombreuses, pour faire comprendre aux collègues de Stendhal qu'ils font fausse route, et pour les convaincre de revenir sur le geste inconsidéré de cet autodafé électronique. Pour ce qui est du SNCS-FSU, la section du campus de Grenoble envisagera à la rentrée les actions à mener pour défendre les activités de recherche du CEIMSA et sauver son fonds documentaire. Dieu merci, contrairement à une bibliothèque brûlée, un site WEB jeté à la corbeille peut être remis en ligne sans délai

N'oublions pas non plus que les Etats Généraux de la recherche tiendront leur réunion nationale de synthèse à Grenoble fin octobre. On y reparlera sans doute beaucoup des méthodes arbitraires du Président Chezaud et de ses Vice-présidents, au moment où la Conférence des Présidents d'Université voudrait voit les universités piloter toute la recherche publique en France...

 

Grenoble, 30 Juillet 2004

Pour le bureau de la section SNCS-campus,

Pierre Saramito

========

English version

 

National Union  of Scientific Researchers -FSU

 

THE GREAT PREMIER (WORLD WIDE ?)

THE ELECTRONIC AUTODAFE AT STENDHAL UNIVERSITY-GRENOBLE 3

 

 

Stendhal University in Grenoble, France is about to occupy an eminent place in the annals of French higher education: for the first time in the history of French (and perhaps for the first time in the entire world –this remains to be verified) this university has decided to “disappear” the entire archives of a scientific research center. These archives, which include thousands of pages of original essays and documentary texts, had been accumulated over a three-year period. During this time the center it had received subsidies from the university’s own committee for research, le Conseil Scientifique. To burn the books or to wipe them out when they are on an electronic server, what’s the difference?

 

Here is as brief summary of the facts: in 1998, Francis Feeley returned to France from the University of California-Berkeley, after having taught as a Visiting Professor for three years at the University of Grenoble3 (1994-1997). In September 1998 he joined the faculty at Marc Bloch University in Strasbourg, France. In  2000, he was promoted to the rank of full professor and applied for a post at three universities: at Strasbourg, Tours, and Grenoble. He was designated “first choice” at all three universities, and he chose the University of Grenoble3, because there he had been offered the opportunity to create a research center, which he began in the very first weeks after his arrival. In September 2000 the “Center for the Advanced Study of American Institutions and Social Movements” [CEIMSA] was born, and very soon afterwards the center’s web site was established at: http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa.

 

Many residents of Grenoble know the rest of this story: three international conferences which attracted large numbers of people, including highly influential intellectuals from America (such as Howard Zinn, Edward Herman, Douglas Dowd, Michael Partenti, John Gerassi and political activists such as Michael Albert, and Jim Hightower, etc., etc….) and many European and American students who were interested by CEIMSA’s activities. All this represented a new international influence for Stendhal University in the field of American Studies.

 

What fly, then, suddenly bit the members of Stendhal University’s Scientific Council that made them refuse financial aid for this center’s activities in 2004, after having given aid during the past three years?

 

Why did the newly elected President of Stendhal University, Patrick Chezaud, decide  to liquidate this center ( “prenant acte de l'extinction du CEIMSA et te demandant d'en tirer toutes les conséquences institutionnelles”)? And above all, why was this act of “liquidation” followed by the electronic Autodafé of the center’s archives which were online and of great service to the international community of scholars and students who had access to it and had published there for the past three years. Most notable were the original publications of many hundreds of pages from the three international conferences held at Stendhal University between 2002 and 2004, with the financial assistance of the University?

 

We have copies of two official responses to these questions: In a letter from Vice-President Michel Lafon to Professor Francis Feeley, dated 12 June 2004, the reason given is that the function of CEIMSA was “atypical”. It was with this letter that Professor Feeley learned that his center had been dissolved (“prenant acte de l'extinction ”) and that he would receive a notification from the President to this effect (as of 30 July, this notification has not appeared…). Secondly, in a meeting with President Chezaud (in the presence of two SNESup teachers’ union representatives) Professor Feeley was told that “the large number of participants attending the international conferences of CEIMSA tended to prove that the work of this center was not scientific.” A third reason offered orally at this meeting with President Chezaud was that any research center which did not receive a BQR (the formal annual subsidy awarded by the Scientific Council) must be automatically suppressed. No reason was offered to justify the Autodafé of CEIMSA’s archives.

 

Of course, all of these “explanations” are completely unacceptable. None of these decisions are based on a serious scientific evaluation of CEIMSA’s activities.

 

In fact, the true reason for the arbitrary suppression of this research center appears in a letter from Vice-President Odile Lagacherie, on 28 June 2004, announcing to Professor Feeley that the web site of his center, which contains more than 3 000 pages of archives (including the publications of papers delivered at the international conferences, articles and essays by investigative reporters, scholars, and graduate students at the University of Grenoble and abroad, etc…) would be eliminated from the Stendhal University server as of 1 July 2004. All of this documentation has been effectively removed from the French public and from foreign scholars as well as from students, teachers and researchers at the University of Grenoble. If one thinks about it, this action is worse than burning a library, whose books eventually could be found elsewhere, because published on this site are the essays of scholars who came to Grenoble and delivered papers which have not been published elsewhere. Stendhal University has just invented the Autodafé of the 21st Century: it will be discussed in history books just as the Spanish Inquisition of the 17th Century is discussed. . . .

 

And now, we must ask the essential question: Why this Autodafé? That a university suppresses a research center, even a brilliant one, is not new, Such struggles are common in the world of research. But to liquidate an archive of more than 3000 pages, and still blossoming, is very new. This is a real scoop!

 

But for those of us who have followed the activities of Professor Feeley and of CEIMSA, the reason is clear: instead of dispensing to the French public the “politically correct” analyses, the insipid and highly censored ideas that serve as common currency in discussions of American history and society, of the domestic and foreign policy of the United States, Francis Feeley sheds light on the realities of this great country, its contradictions, the social struggles which have marked its history and which continue to rage today. In brief, he is a Radical, in the American sense of the term, and for this reason the University of Texas at Austin invited this Professor from Standhal University to teach a history course on U.S. foreign policy to a class of American students visiting Europe this summer. There is no doubt that for conservative currents and for orthodox thinkers it must be barely tolerable to allow the French and foreign public to have free access to texts made available by this  intellectual who is highly critical of the established powers. And to get rid of this web site, nothing could be easier than to suppress the research center which developed it… The leaders of Stendhal University are thus guilty of scientific censorship for political reasons.

 

Will this scandal be tolerated on the Grenoble campuses? Let’s hope that protests by the local and international scientific community, and by students who have been deprived of this irreplaceable source of documentation, will be sufficiently active, determined, and numerous to make our colleagues at Stendhal University understand that they are on the wrong path, and to convince them to retract their ill-conceived step toward this electronic Autodafé. As for National Union  of Scientific Researchers

(SNCS-FSU), its section on the Grenoble campus foresees future actions beginning at the start of the fall semester to defend CEIMSA and to save its archives. Thank God, unlike a burnt library, a web site that is deleted can be reinstalled without delay.

 

Let us not forget, also, that the national Etats Généraux  For Research will hold its annual meeting in Grenoble at the end of October. We will most certainly be discussing, among other things, the arbitrary methods of President Chezaud and his vice-presidents, at the same moment when the Conference of University Presidents would like to see Universities take charge of all public research in France.

 

 

Grenoble, 30 July 2004

For the office of the SNCS section-Grenoble campus

Pierre Saramito



DOCUMENT #24

Letter from the Tribunal Administratif de Grenoble rejecting my request that it require Stendhal University to restore the CEIMSA web site immediately, until it can determine whether a proper and legal prpceedure had been followed before its liquidation on 1 July 2004. (We have 15 days to appeal this decision.)

 

 

REPUBLIQUE FRANCAISE                                                            Grenoble, le 02/08/2004

 

                 _______

TRIBUNAL ADMINISTRATIF

DE GRENOBLE

2 Place de Verdun

BP 1135

38022 Grenoble Cedex

Téléphone: 04.76.42.90.00                                                          Monsieur FEELEY Francis

Télécopie: 04.76.51.89.44                                                           35, chemin de Halage

Greffe ouvert du lundi au vendredi de                                         38000 GRENOBLE

9h00 à 12h00 - 13h30 à 16h30

 

Dossier N° : 0404202-6 (à rappeler)

Monsieur Francis FEELEY c/ UNIVERSITE

STENDHAL GRENOBLE 3

 

Vos réf. : suspension fermeture CEIMSA

NOTIFICATION ORDONNANCE L522-3

 

 

Lettre recommandée avec avis de réception

 

 

Monsieur,

 

J'ai l'honneur de vous adresser sous ce pli l'expédition de l'ordonnance en date du 02/08/2004 par laquelle, en application de l'article L. 522-3 du code de justice administrative, le juge des référés a rejeté votre requête enregistrée le 31/07/2004 sous le numéro mentionné ci-dessus.

 

Si vous estimez devoir vous pourvoir en cassation, votre requête, accompagnée d'une copie de la présente lettre, devra être introduite devant le Conseil d'Etat, section du contentieux, 1, place du Palais Royal, 75100 Paris dans un délai de 15 jours.

 

A peine d'irrecevabilité, le pourvoi en cassation doit :

 

-          être assorti d'une copie de la décision juridictionnelle contestée.

-          être présenté, par le ministère d'un avocat au Conseil d'Etat et à la Cour

de Cassation.

 

 

Je vous prie de bien vouloir recevoir, Monsieur, l'assurance de ma considération distinguée.

 

 

Le Grefier  en Chef,

       ou par délégation le Greffier,

 

                        (signature)

 

TRIBUNAL ADMINISTRATIF

            DE GRENOBLE

 

 

N°0404202                                                                                RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

_______

 

M. Francis FEELEY

 

_______

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

M. WEGNER

Juge des référés

 

LE JUGE DES REFERES

_______

 

Ordonnance du 2 août 2004

 

 

Vu la requête enregistrée au greffe du tribunal administratif de GRENOBLE, le 31 juillet 2004 sous le n0 0404202, présentée par M. Francis FEELEY demeurant 35, chemin de Halage à Grenoble;

 

M. Francis FEELEY demande que le Tribunal suspende la décision de l'L1niversité Stendhal-Grenoble 3 de fermer le Centre d'Etudes des Institutions et des Mouvements Sociaux Américains et le site Internet de celui-ci;

 

Il soutient que la décision litigieuse a été prise suivant une procédure irrégulière et qu'elle porte atteinte à sa liberté d'expression en tant qu'universitaire;

 

Vu les autres pièces du dossier;

 

Vu le code de justice administrative;

 

Considérant qu1aux termes de l'article L. 521-1 du code de justice administrative:

"Quand une décision administrative, même de rejet, fait l'objet d'une requête en annulation ou en réformation, le juge des référés, saisi d'une demande en ce sens, peut ordonner la suspension de l'exécution de cette décision, ou de certains de ses effets, lorsque l'urgence le justifie et qu'il est fait état d'un moyen propre à créer, en l'état de l'instruction, un doute sérieux quant à la légalité de la décision (...) " ; que l'article L. 522-3 du même code dispose: "Lorsque la demande ne présente pas un caractère d'urgence ou lorsqu'il apparaît manifeste, au vu de la demande, que celle-ci ne

relève pas de la compétence de la juridiction administrative, qu'elle est irrecevable ou

qu'elle est mal fondée, le juge des référés peut la rejeter par une ordonnance motivée sans qu'il y ait lieu d'appliquer les deux premiers alinéas de l'article L. 522-1"; qu'enfin, aux termes de l'article R. 522-1 dudit code : ... A peine d'irrecevabilité, les conclusions tendant àla suspension d'une décision administrative doivent être présentées par requête distincte de la requête tendant à l'annulation ou à la réformation de cette décision et accompagnées d'une copie de cette dernière»;

 

2

 

 

Considérant que le requérant n'a pas introduit par une requête distincte des

conclusions visant à l'annulation de la décision dont il demande la suspension;

qu'ainsi, en application des dispositions de l'article R. 522-1 précité du code de justice

administrative, la présente requête est irrecevable ; qu'il y a lieu, par suite, de la

rejeter en application des dispositions précitées de l'article L. 522-3 du même code;

 

 

 

ORDONNE

 

 

 

Article 1er:        La requête de M. FEELEY est rejetée.

 

Article 2:           La présente ordonnance sera notifiée à M. Francis FEELEY

 

 

 

Fait à GRENOBLE , le 2 août 2004

 

 

 

 

Le juge des référés,                                           Le greffier,

 

                                         (signature)                                                   (signature)

 

 

 

 

 

La République mande et ordonne au ministre de l'éducation nationale, de

l'enseignement supérieur et de la recherche, en ce qui le concerne, et à tous huissiers

de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties

privées, de pourvoir à l'exécution de la présente décision.

 

 

 

DOCUMENT #25

Deuxième lettre adressée au Tribunal Administratif de Grenoble (10 Août 2004).


 

Professeur Francis McCollum FEELEY

35 chemin de Halage

38000 Grenoble

 

    à

 

M. le Président

Tribunal Administratif

BP1135

2, Place de Verdun

38022 Grenoble CEDEX

 

Grenoble, le 10 août 2004

 

 

 

Dossier no. : 0404202-6

Sujet : recours pour excès de pouvoir et un référé de suspension de l’acte.

 

Monsieur le Président,

je me permets de vous écrire pour faire appel de la décision du Tribunal administratif de Grenoble du 2 août 2004 de rejeter ma requête enregistrée le 31 juillet 2004, sous le numéro 0404202-6, dans laquelle je demandais au Tribunal de suspendre la décision de l'Université Stendhal-Grenoble 3, de fermer le site internet du Centre d'Etudes des Institutions et des Mouvements Sociaux Américains(CEIMSA) .

Autant que je peux en juger, le Tribunal administratif de Grenoble n'a pas pris en compte les faits suivants:
-plusieurs de mes étudiants de maîtrise et de DEA  se sentent perdus sans accès à l'information du site internet du CEIMSA qui leur est nécessaire pour terminer leurs mémoires et thèses qu'ils doivent défendre avant le 30 septembre 2004
-j'ai moi-même besoin que ce site soit rouvert pour mes propres recherches sur un livre "l'opinion d'un Texan sur George Bush". La date limite est déjà passée pour la remise de mon manuscrit à cause de la décision illégale de l'Université Stendhal de fermer ce site Internet.
-les milliers de pages d'articles et de rapports par plusieurs douzaines de chercheurs et d'étudiants qui se trouvaient sur ce site ne sont plus disponibles pour un nombre incalculable de personnes qui consultaient régulièrement le site www.u-grenoble3.fr/ceimsa, y inclus les étudiants de 3ème cycle (Masters-2) qui sont inscrits dans mon cours en septembre 2004.

Pour ces trois raisons, je fais appel de cette première décision du Tribunal administratif de Grenoble du 2 août, et demande que vous reconsidérez votre décision et que vous demandez la suspension de la décision prise par l'administration de l'Université Stendhal, Grenoble 3, le 1er juillet 2004, de fermer le site Internet du centre de recherches CEIMSA.

Je vous prie de bien vouloir croire à ma considération distinguée

 

 

 

Francis Feeley
Professeur d’Etudes américaines

Directeur de Recherches
Université Stendhal-Grenoble 3

 

 

DOCUMENT #26

 

From: "ALAIN LECOURIEUX" <alain.lecourieux@cegetel.net>
To: "susangeorge" <susangeorge@wanadoo.fr>
Cc: "Francis Feeley" <francis.feeley@u-grenoble3.fr>
Subject: Re: [ATTAC-CS] Autodafé à l'Université Stendhal!
Date: Thu, 12 Aug 2004 11:50:30 +0200
 

Susan,

 

J'ai été éberlué, puis scandalisé par ces décisions que je viens d'apprendre. Je n'ai rien lu à ce sujet dans la presse nationale, mais peut-être n'ai-je pas été assez attentif. Quoiqu'il en soit... il me semble qu'Attac (ou à tout le moins son Conseil scientifique) devrait réagir et agir vite. Je ne serai pas présent à l'université d'été d'Attac (je suis très pris par la musique cet été : j'accompagne un ténor au piano) mais j'imagine que tu y seras. Ne pourrais-tu pas prendre les quelques minutes nécessaires à la tribune pour informer l'auditoire de ce qui s'est passé et voir si des actions sont possibles ? J'y participerai volontiers en septembre ou plus tard ; j'ai en effet gardé un très bon souvenir de ce séminaire organisé par Francis en janvier (2001 ?) à Grenoble. A mon retour j'avais indiqué à des amis que tout y était remarquable : le contenu, les orateurs, l'organisation, les auditeurs. il y avait eu là pour moi et beaucoup d'autres quelque chose de rare qui alliait le plaisir intellectuel, la rencontre et l'espoir du changement.  

 

Amitiés,

 

Alain    

 

----- Original Message -----

From: susangeorge

To: ALAIN LECOURIEUX

Cc: Francis Feeley

Sent: Tuesday, August 10, 2004 11:07 PM

Subject: Re: [ATTAC-CS] Autodafé à l'Université Stendhal!

 

Alain, tu as raison de faire diffuser ce message et je m'en veux de n'avoir pas eu le réflexe de diffuser déjà au CS les messages de Francis Feeley, sans doute parce qu'en anglais, j'ai mis dans un autre compartiment ce qui est stupide de ma part.   Bien sur j'ai écrit aux autorités universitaires de Grenoble-Stendahl au moment ou Francis me le demandait, j'ai participe a l'un de ses colloques qui offrait en effet une belle brochette de tout ce que l'Amérique d'aujourd'hui compte de "radicaux".  Il est évident que le nouveau président de cette université agit par hostilité, par haine idéologique.  Fermer le site Web de quelqu'un, de tout un centre de recherche  pour que ses propres étudiants n'aient  pas accès à certains documents, ce n'est pas très différent de Hitler/Goebbels qui devaient, en d'autres temps, brûler.  

 

amicalement à toi,

Susan   

 

 

----- Original Message -----

From: ALAIN LECOURIEUX

To: sciences@attac.org

Sent: Tuesday, August 10, 2004 12:44 PM

Subject: [ATTAC-CS] Autodafé à l'Université Stendhal!

 

 

J'avais eu l'occasion d'assister à un des séminaires de Francis Feeley à l'université Stendhal de Grenoble. C'était tout à fait remarquable. 

 

Amitiés,

Alain Lecourieux 

 

_________________________

From: Martine Toulotte

Cc: fslgrenoble@yahoogroupes.fr

Sent: Friday, August 06, 2004 5:13 PM

Subject: [fslgrenoble] Autodafé à l'Université Stendhal!

 

C'est tellement grave et scandaleux que j'envoie cette information à tous les réseaux avec les quels je suis en contact. Diffusez le sur la liste de diffusion ATTAC. Je souhaite qu'on se mobilise en septembre pour faire reculer cette décision.

Martine Toulotte

 

DOCUMENT #27

Second letter from the Tribunal Administratif de Grenoble in response to my request (see DOCUMENT #26) that it reconsider its original decision (see DOCUMENT #24) not to require Stendhal University administrators to suspend their ruling to eliminate the CEIMSA internet web site, http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa .

 

 

 

REPUBLIQUE FRANCAISE

 

 

ORDONNANCE DU                          TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE

12/08/2004

 

 

N°0404202                                         LE PRESIDENT DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF

Dossier : Monsieur Francis FEELEY

c/o Université Stendhal Grenoble 3

 

Vu, enregistrée au greffe du Tribunal Administratif de Grenoble le 31/07/2004, sous le numéro susvisé, la requête présentée par la partie suivante: Monsieur Francis FEELEY demeurant 35, chernin de Halage 38000 GRENOBLE ladite requête tendant à ce que le tribunal suspende la décision de l'Université Stendhal-Grenoble de fermer le site intemet du Centre d'Etudes des Institutions et des Mouvements Sociaux Américains (CEJMSA);

 

Vu la décision du Juge des Référés du 2/08/2004 rejetant la requête susvisée sur la base de l'article L.522-3 du Code de justice administrative;

 

Vu , enregistrée au greffe du Tribunal Administratif de. Grenoble le 12/08/2004, le recours en appel formé contre cette décision par M. Francis FEELEY;

 

Considérant que les décisions rendues en application de l'article L.522-3 sont rendues en dernier ressort et relèvent du seul contrôle de cassation exercé par le Conseil d'Etat dans les conditions du droit commun, en vertu des articles L.523-1 et R.523-l du Code de justice administrative; qu'en conséquence il y a lieu de renvoyer le recours du 12/08/2004 sus-visé devant le Conseil d'Etat;

 

Vu les autres pièces produites et jointes au dossier;

 

Vu le code de justice administrative et notamment l'article R. 351-2;

 

 

ORDONNE

 

ARTICLE 1: Le dossier de la requête susvisée de Monsieur Francis FEELEY est transmis au Conseil d'Etat.

 

ARTICLE 2 : La présente ordonnance sera notifiée au Conseil d'Etat et à Monsieur Francis FEELEY.

Fait à Grenoble, le 12/08/2004.

 

P/  Le Président,

Le Magistrat délégué

 

E. QUENCEZ

 

 

DOCUMENT #28

Letter from Stendhal University graduate student, working on his DEA thesis in American Studies this summer.

 

                                                                                                           

PICHETTO Tanguy

5 Allée Albert Camus

38800  Pont de Claix

 

 

                                                             M.Feeley

 

                        Je me permet de vous écrire afin de me renseigner sur la réouverture du Ciesimsa et de son site internet, j’ai en effet appris que cet outil de travail très précieux avait été supprimé par la nouvelle présidence de l’université.

 

Ce choix est très dommageable car le site m’est nécessaire pour mes recherches et également très utile pour faire connaître les résultats de celles-ci, ce qui nous permet d’établir des contacts très intéressants avec d’autres étudiants chercheurs et professeurs. D’autre part la fermeture du site met en péril la rédaction de mon mémoire de DEA et je risque à cause de celle-ci de ne pas être en mesure de le terminer pour la date butoir du 15 septembre, ce qui m’obligerait à retarder mon inscription en doctorat d’un an, ceci à cause d’une décision de l’université elle-même qui me prive d’un de ses outils de travail les plus intéressants ! En effet il est rare de trouver des sources internet sur la politique américaine actuelle qui sachent être critiques tout en restant dans le cadre de la recherche scientifique et en utilisant des sources fiables et reconnues au niveau universitaire.

 

Je connais du reste un certain nombre d’étudiants qui se retrouvent dans le même cas que moi, et il est primordial pour nous que cet outil de travail continue d’exister car il constitue le meilleur atout actuel de l’université dans le domaine des études en civilisation américaine, et il est évident qu’il le deviendra encore plus dans les années à venir. Ma participation à la traduction du livre de M. Hightower et au colloque du mois de mars m’ont montré à quel point le travail réalisé par le centre était précieux pour permettre aux étudiants et chercheurs de dépasser les lieux communs de l’analyse politique actuelle et d’échanger et d’apprendre de personnalités qui font la véritable pensée politique actuelle et future.

 

Fort de ces constatations, je vous demande de tout mettre en œuvre pour que le centre de recherche ne ferme pas ses portes et que le site internet soit remis en activité le plus rapidement possible, il s’agit en dernière analyse d’une véritable trahison de la part de l’université envers ses étudiants, d’autant plus qu’aucun avertissement ne nous a été donné et que ceci se passe en plein été au moment où beaucoup d’étudiants de deuxième et troisième cycle travaillent d’arrache-pied à leur mémoire, dans notre cas en s’appuyant énormément sur le Ciesimsa. Soyez assuré de mon soutient le plus ferme, en attendant votre réussite proche dans le rétablissement de nos droits universitaires.

 

Sincèrement            

 

PICHETTO Tanguy                             

le 24 août 2004

 

 

DOCUMENT #29

Message from Susan George, Vice-President of ATTAC, informing CEIMSA that the plenary session of ATTAC Summer University, held on 25 August, expressed solidarity with our effort to restore the CEIMSA web site at Stendhal University.

From: "susangeorge" <susangeorge@wanadoo.fr>
To: "Francis Feeley" <francis.feeley@u-grenoble3.fr>
Subject: support from Attac for CEIMSA
Date: Fri, 27 Aug 2004 

 

Dear Francis,  

This is to let you know that I informed the opening plenary session of the ATTAC Summer University [25 August]  of the situation of CEIMSA and the closing of your site.  My final remark, after briefly explaining the circumstances, was that "toutes proportions gardees"; in the 1930s in Nazi Germany they burned books, whereas in 2004 in Republican France they close websites.  The 800 -some participants made a show of hands asking me to transmit their solidarity to you.  One stood up to shout "Non a l'auto-da-fe electronique". to great applause.   

 

I hope you will  keep me informed as the situation evolves,

 

With every good wish and in solidarity,

 

Susan   

 

***

 

Version français :

 

Cher Francis,
ce message pour te faire savoir que j'ai informé la session plénière d'ouverture de l'université d'été d'ATTAC (le 25 août) de la situation du CEIMSA et de la fermeture de ton site internet. Après un bref exposé de ce qui est arrivé, ma remarque finale a été que, toutes "proportions gardées", dans les années 30 dans l'Allemagne nazie on brûlait les livres tandis qu'en 2004 dans la France républicaine on ferme les sites internet. Les quelque 800 partici!pants ont indiqué qu'ils souhaitaient que je transmette un message de solidarité. L'un d'entre eux s'est levé pour crier "non à l'autodafé électronique" , et a été largement applaudi.

 

J'espère que tu me tiendras informé de l'évolution de la situation.

 

Avec tous mes meilleurs voeux,

 

solidairement,

Susan

 

 

DOCUMENT #30

 

August 28, 2004

 

 TO:

 Mr. Francis Feeley

 Professor of American Studies

 Director of CEIMSA

 UFR d'Etudes Anglophones

 Universite Stendhal Grenoble 3

 1180, avenue Central

 BP 25

 38040 Grenoble cedex 9

 France

 

Subject: The dissolution by the Stendhal University administration of the

academic research center CEIMSA (established September 2000) and the

subsequent elimination of CEIMSA web site at

<http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa>http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa.

 

 Dear Professor Feeley,

 

 In view of the fact that the web site created by The Center for the

Advanced Study of American Institutions and Social Movements (CEIMSA) over

the past three years has published dozens of essays on American society

written by European scholars and students --including many essays written

by teachers and students from your own University in Grenoble-- along with

hundreds of documents and investigative reports, and

 

 In view of the fact that the administration at the University Grenoble 3

eliminated the CEIMSA web site on July 1, 2004, and

 

 In view of the fact that this act of censorship has affected many scholars

and students in the most negative way (i.e. summarily eliminating access to

publications by specialists who wrote essays especially for the CEIMSA web

site --essays which appear no where else--- and at the same time

eliminating student papers where appeared on the CEIMSA web site, not to

mention the thousands of pages of original documents relating to American

society which had been carefully gathered and classified over the past

three years), and

 

 In view of the fact that the French academic community already, this

summer of 2004, has expressed alarm and disgust at this affront to academic

freedom in western Europe, during the period when Stendhal University

itself is closed for the summer holidays, and

 

 In view of the fact that European institutions, such as ATTAC and the

SYNDICAT NATIONAL DES CHERCHEURS SCIENTIFIQUES--FSU, have joined this

protest against the blatant violation of academic freedom at Stendhal

University,

 

A number of my colleagues at The University of California in San Diego deem

that you and your research center have been targeted as the object of

censorship by the University of Stendhal administration, and

 

We hereby offer you, in defense of Academic Freedom, the use of the UC

internet server, to replace the Stendhal University server, to which your

research center web site at

<http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa>http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa was

denied access as of July 1, 2004, in Grenoble, France.

 

                                                                

 

Sincerely,

Fred Lonidier

Professor

Visual Arts Department

President of University Council-AFT San Diego Local 2034, AFL-CIO

University of California

La Jolla, California

 

***

 

Version française :


le 28 août, 2004
M. Fred Lonidier

Professeur
Université de Californie
La Jolla, Californie

            à

Mr. Francis Feeley

Professeur of American Studies

Directeur du CEIMSA

UFR d'Etudes Anglophones

Universite Stendhal Grenoble 3

1180, avenue Central

BP 25

38040 Grenoble cedex 9

France

 

 

Objet : La dissolution par l’administration de l’Université Stendhal du centre de recherches académique CEIMSA (mis en place en septembre 2000 ) et la fermeture, en conséquence, du site internet du CEIMSA

<http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa>http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa

 

 

  Cher Professeur Feeley,

 

Au vu du fait que le site internet crée par le Centre pour l’Etude des Institutions et des Mouvements Sociaux Américains (CEIMSA) a publié au cours de ses 3 années d’existences des dizaines d’essais sur la société américaine écrits par des spécialistes et des étudiants européens- parmi eux de nombreux essais par des spécialistes et des étudiants de votre propre université à Grenoble- auxquels viennent s’ajouter des centaines de documents et de rapports de recheches, et au vu du fait que l’administration de l’université Grenoble 3 a éliminé le site internet du CEIMSA le 1er juillet 2004, et

 

 au vu du fait que cet acte de censure à eu des répercussions pour de nombreux spécialistes et étudiants de la manière la plus négative qui soit (c.à.d. en ôtant en période estivale l’accès à des publications que des spécialistes avaient écrit spécialement pour le site internet du CEIMSA - des essais qui ne sont publié nulle part ailleurs-) et en éliminant en même temps des articles d’étudiants qui apparaissaient sur le site du CEIMSA, sans même parler des milliers de pages de documents originaux traitant de la société américaine qui avaient été soigneusement réunis et classés au cours des trois dernières années), et

 

au vu du fait que la communauté académique française a déjà, cet été 2004, exprimé l’inquiétude et le dégoût que lui inspirent cet affront fait à la liberté académique en europe de l’ouest, à un moment où l’Université Stendhal est elle-même fermée pour cause de vacances estivales, et

 

au vu du fait que des institutions européennes, comme ATTAC et le SYNDICAT NATIONAL DES CHERCHEURS SCIENTIFIQUES--FSU, se sont joints aux protestations visant cette violation criante de la liberté académique au sein de l’Université Stendhal,

 

De nombreux collègues de l’Université  de l’Université de Californie à San Diego estiment que votre centre de recherches a été la cible d’actes de censure de la part de l’administration de l’Université Stendhal, et nous vous offrons par la présente , afin de défendre la liberté académique, d’utiliser le serveur de l’Université de Californie, en remplacement du serveur de l’Université Stendhal, dont l’accès a été refusé à votre site internet <http://www.u-grenoble3.fr/ceimsa> à compter du 1er juillet 2004 à Grenoble, France.

 

 

Sincèrement,

Fred Lonidier

Professeur

Départment des Arts Visuels

President du Conseil de l’Université -AFT San Diego Local 2034, AFL-CIO

University of California

La Jolla, California

 

 

DOCUMENT #31

Letter to the lawmakers from the Départment de l’Isère elected to the French National Assembly.

 

 

 

Aux


Députés de l’Assemblée Nationale
                                   

Grenoble, le 31 août 2004

 

 

 

Cc : M. Gilbert Biessy (gbiessy@assemblee-nationale.fr), M. François Brottes (françois.brottes@assemblee-nationale.fr), M.Richard Cazennave (rcazenave@assemblee-nationale.fr), M. Georges Colombier (georges.colombier@assemblee-nationale.fr), M. Michel Destot (mdestot@assemblee-nationale.fr), M. Didier Migaud (dmigaud@assemblee-nationale.fr), M. Alain Moyne-Bressand (amoyne-bressand@assemblee-nationale.fr), M. Jacques Remiller (jremiller@assemblee-nationale.fr), M. André Valini (avalini@assemblee-nationale.fr).

 

 

 

Monsieur le Député,

J’ai l’honneur de vous informer de la crise que traverse notre Centre de Recherche, le CEIMSA (Center for the Advanced Study of American Institutions and Social Movements) : depuis le mois de juin 2004, la nouvelle administration de l'Université Stendhal a dissous ce centre sans donner d'autre explication que le fait qu'il était "atypique".

Quelques semaines plus tard, le ler juillet, l'administration a liquidé le site Internet de notre centre de recherches à
<http:www.u-grenoble3.fr/ceimsa>, ce qui a eu des conséquences graves : 1) j'utilisais alors ce site en juin-juillet 2004 pour un cours d'été à des étudiants venus de l'Université du Texas d'Austin à Grenoble; 2) plusieurs de mes étudiants de troisième cycle en Etudes américaines utilisaient ce site pour terminer leur mémoire de maîtrise et de DEA cet été et pour se préparer à défendre leur travail avant la fin du mois de septembre; 3) mes propres recherches en vue d'un livre sur "George W.Bush, le point de vue d'un Texan" souffrent de la suppression de ce site Internet et je ne serai plus en mesure de le terminer avant le 30 septembre, date limite fixée dans le contrat avec l'éditeur.

Vous devez avoir entendu parler des trois colloques internationaux organisés à Grenoble par notre centre de recherche durant les trois dernières années et de la publication en français du livre de 450 pages de Jim Hightower, "Ces Truands qui nous gouvernent", traduit par notre centre cette année 2003-2004, et publié par les Editions du Croquant en avril 2004. Beaucoup d'intellectuels de renom ont participé régulièrement au travail de notre centre parmi lesquels Noam Chomsky, Jean Bricmont, Edward Herman, Serge Halimi, Howard Zinn, Philip Golub, Michael Parenti, Ronald Creagh, Dan Schiller, Bertell Ollman et bien d'autres. Nos colloques ont attiré un vaste public et beaucoup des spécialistes des institutions américaines et des mouvements sociaux mentionnés ci-dessus sont venus à Grenoble pour parler avec plusieurs centaines d'étudiants (entre mille et deux mille personnes ont

assisté à chacun des trois colloques organisés) de la situation actuelle aux Etats-Unis et des conflits qui s'y déroulent.


Non seulement l'administration de l'Université Stendhal a mis fin à notre centre de recherche, mais elle a aussi éliminé le site Internet du CEIMSA qui contenait plusieurs milliers de pages d'articles et de documents soumis par trois sortes de spécialistes associés à notre centre: des reporters, des intellectuels et des étudiants. Parmi ces milliers de pages éliminées se trouvent les actes de nos trois colloques internationaux, une douzaine d'articles écrits par nos étudiants de Grenoble, publiés pour la première fois afin de récompenser des étudiants méritants et susciter des débats.

La suppression du CEIMSA à l'Université Stendhal et la fermeture de son site Internet sont une grande perte pour l'université, les étudiants en Etudes américaines et surtout pour la liberté d'expression universitaire en France.

C'est pour ces raisons que je vous écris pour vous demander; en tant que Deputé du Département de l’Isère, d'intervenir dans cette situation scandaleuse qui touche aux questions plus larges des relations internationales et de la liberté d'expression universitaire aujourd'hui dans les sociétés développées.

Je vous remercie d'avance de l'intérêt que vous porterez à cette question vitale; je suis heureux de vous fournir de plus amples informations sur notre centre de recherche «Le dossier sur la crise à CEIMSA» par votre mèl électronique à avallini@assemblée-nationale.fr

 

Veuillez croire, Monsieur le Député, à mes sentiments les meilleurs,

 

                                        Francis Feeley

                                        Professeur d’Etudes américaines

                                        Directeur de recherches

 

 

 

DOCUMENT #32

Article écrit par Florence DALMAS et publié dans le Dauphiné Liberé, le 7 septembre 2004.

 

 

Polémique internationale à l'Université Stendhal

Par Florence Dalmas

 

 

Les uns crient à l'autodafé, à la négation de la liberté d'expression. Les autres parlent de crédits limités et de légalité. La décision de la présidence de l'Université Stendhal de ne plus reconnaître un

centre d'études américaines et de ne plus héberger son site internet provoque une vive polémique qui sort largement du cadre universitaire.

        

À l'Université Stendhal, tout paraît normal. Les travaux de restructuration des bâtiments se  poursuivent tandis que les étudiants se préparent paisiblement à reprendre le chemin des amphis.

Et pourtant, depuis le début de l'été une querelle de plus en plus vive oppose le chercheur américain Francis McCollum Feeley à la présidence de l'Université. A l'origine d'un différend qui est en train de dépasser très largement les limites de l'Université des langues et lettres et de la communication, la décision du nouveau président de l'Université Patrick Chézaud, et de son équipe, de mettre fin aux soutiens et crédits accordés au CEIMSA (Center for the Advanced study of American  institutions and social movements) mis en place par le professeur américain en poste à Grenoble

depuis le mois de septembre 2000. Dans le même temps, c'est-à-dire à la date du 1er juillet, l'Université a supprimé de son serveur la totalité du site web du CEIMSA, ce qui représente à peu près 3 000 pages de documentation.

 

C'est à la fin de l'année que Francis Feeley, originaire de l'Université de Wisconsin à Madison, professeur de civilisation américaine et connu pour ses idées libérales, crée au sein de l'Université Stendhal le CEIMSA, un centre de recherche consacré aux États-Unis. Le Conseil scientifique de l'Université alors dirigé par Lise Dumasy décide d'octroyer à cette nouvelle structure une dotation financière prise sur des fonds dévolus aux équipes de recherche émergentes, c'est-à-dire non encore reconnues par le ministère de l'Éducation nationale. Cette dotation sera reconduite à plusieurs reprises jusqu'en mars 2004, date à laquelle le Conseil scientifique de l'Université décide de mettre fin à cette aide financière.

 

Pendant ce même printemps, l'Université a changé de président et l'équipe de Patrick Chézaud a succédé à celle de Lise Dumasy. Un an avant, le ministère avait refusé de reconnaître le centre en arguant notamment de sa petite taille. "La non-reconduction de la dotation financière va de pair avec la non-reconduction du CEIMSA en tant qu'équipe scientifique autonome ",

déclarait Patrick Chézaud dans le courant du mois de juillet. "Le centre n'est donc plus reconnu par l'Université Stendhal ".

 

Cette mise en "extinction" du CEIMSA notamment signalé comme centre atypique est allée de pair avec l'élimination du site web du CEIMSA du serveur de l'Université, élimination effective à partir du 1er juillet, même si à ce jour le CEIMSA figure toujours sur la liste des centres de recherche sur le site de l'U III.

 

Cette querelle interne à l'Université aurait pu le rester, si le CEIMSA n'avait déjà acquis une réelle réputation internationale et si Francis Feeley avait accepté sans broncher la décision de l'université. Mais pendant sa courte existence le CEISMA avait organisé plusieurs colloques internationaux ayant attiré de nombreux participants français et étrangers, et par ailleurs le site web du centre était utilisé et apprécié par de multiples chercheurs et enseignants.

 

Si on ajoute à cela le fait que Francis Feeley n'entend pas obtempérer docilement aux décisions de la présidence, on sera moins étonné des proportions prises par cette affaire. La présidence a été inondée de pétitions et de lettres et de mails de soutien au CEIMSA envoyés depuis le

monde entier, aussi bien par des étudiants que des enseignants ou des personnalités d'horizons divers et dénonçant conjointement la mise en sommeil du centre et l'"autodafé électronique" du site internet.

 

Sont également intervenus des représentants de syndicats français et américains ainsi que des militants d'ATTAC. Dans le même temps, Francis Feeley a soulevé un recours pour excès de pouvoir devant le Tribunal administratif de Grenoble qui a rejeté sa demande. Nullement découragé, le professeur américain, défenseur de l'"adademic freedom", a décidé de porter

l'affaire devant le Conseil d'État. Parallèlement, il vient d'envoyer plusieurs courriers à Jean-Jack Queyranne, président du Conseil régional et à l'ensemble des députés de l'Isère. Tout récemment, l'Université du Californie a décidé d'héberger sur son serveur web le site du "CEIMSA in

exile". Francis Feeley continue de fustiger la "haine idéologique" et espère gagner le droit de rouvrir son site sur celui de l'Université des langues et lettres.

 

Patrick Chézaud rappelle quant à lui que l'Université a toujours agi dans la plus parfaite légalité et qu'il s'agit avant tout d'un conflit interne avec un enseignant. Il ajoute également que le serveur web de l'université ne pouvait plus héberger le site d'un centre n'ayant plus de reconnaissance officielle mais qu'il a été proposé à Francis Feeley de permettre l'accès au site du CEISMA via sa page personnelle d'enseignant à l'Université.

 

En attendant la suite, et notamment la décision du Conseil d'État, chacun campe sur ses positions. Pour la plupart ignorants de ces querelles de clochers, les étudiants préparent tranquillement leur rentrée.



DOCUMENT #33

Letter of support from the former Sécrétaire Général at l’Univearsité Joseph Fourier-Grenoble 1.

 

 

From: "michel WILSON" <michel.wilson@wanadoo.fr>
To: <francis.feeley@u-grenoble3.fr>
Subject: Votre censure à Stendhal
Date: Tue, 7 Sep 2004


M. Feeley,

 

Bonjour.

 

Je souhaite vous adresser l’expression de toute ma solidarité face à l’éviction dont votre laboratoire fait l’objet par l’université Grenoble3 (on n’ose plus lui donner son nom de baptême, ce serait le polluer…). J’avais suivi avec un grand intérêt les rencontres que vous avez organisées sur la civilisation américaine, et je vous suis très reconnaissant pour les informations ainsi recueillies. Il n’est pas compréhensible, compte tenu de l’importance vitale pour tout citoyen de l’Europe et du monde de comprendre les ressorts cachés de l’empire américain qui aspire à réguler nos vies, que l’université française ne se donne pas les moyens de pérenniser vos travaux et de les rendre accessibles au plus grand nombre. Je participerai volontiers aux actions de solidarité que vous jugerez bon d’organiser. J’imagine que le déroulement à Grenoble des états généraux de la recherche pourrait être notamment une tribune utile, même si c’est encore un peu loin.

Bien cordialement.

 

Michel Wilson (ex secrétaire général de Grenoble 1)

77 avenue Aristide Briand

38600 FONTAINE

tél 0476531277
mob 0607197102

 

 


DOCUMENT #34

Letter of support from Geography Professor Jean-Jacques Blain at l’Université Pierre Mendes-France Grenoble 2

 

Date: Thu, 09 Sep 2004
To: Francis Feeley <francis.feeley@u-grenoble3.fr>
From : Jean-Jacques Blain <Jean-Jacques.Blain@upmf-grenoble.fr>
Subject :  CEIMSA-IN-EXILE.
 
                   Cher Francis,

Evidemment cette " délocalisation" forcée est scandaleuse, d'autant que tu apportes un éclairage tellement différent des USA, j'ai suivi avec beaucoup d'intérêt ton colloque du mois de mai dernier et je témoigne sa grande qualité scientifique et culturelle.

 

Avec toute mon amitié

Jean-Jacques BLAIN ,PRAG, UPMF,

Département de géographie sociale

UFR de sciences humaines

DOCUMENT #35

By Marc Olivier, economist et membre du Centre d'Information Inter-Peuples à Grenoble, pour publication dans le bulletin du CIIP.

 

 

La Présidence de l'Université Stendhal  s'abrite derrière le Ministère de la Recherche pour censurer les activités scientifiques d'un centre de recherche sur la société, la civilisation et la politique des USA dans le monde

 

 


Le campus de l'université Stendhal est le théâtre d'un véritable coup de force du Président Chézaud ("et de son équipe", comme l'écrit Florence Dalmas dans un long article du Dauphiné Libéré du 7 septembre) contre un centre de recherche de l'université trop dynamique et considéré de ce fait comme "atypique".

S'appuyant sur le refus du Ministère de la Recherche d'accorder un statut officiel au CEIMSA (Center for the Advanced Study of American Institutions and Social Movements) dirigé par le professeur Fancis Feeley, la présidence de l'université Stendhal a fait en sorte que le Conseil Scientifique ne lui renouvelle pas son soutien financier, puis en a déduit que le Centre était donc "en extinction" et qu'il fallait de toute urgence effacer du serveur de l'université les fonds documentaires (3000 pages de documentation !) constitués au cours des trois années d'activité du centre.  Ce qui a conduit le SNCS (Syndicat National des Chercheurs Scientifiques) à dénoncer un véritable "autodafé électronique" et à demander que le site du CEIMSA soit réimplanté immédiatement sur le serveur de l'université. Une lettre de Jo Briant, Président du CIIP, a soutenu la même demande.

La validité juridique de ce coup de force semble sujette à caution et elle est mise en cause par diverses actions engagées devant le Tribunal Administratif. Dans nombre d'universités en effet existent des centres de recherche qui ne reçoivent de soutien financier ni du gouvernement ni de leur université et ne sont pas pour autant "en extinction". D'autre part le Conseil d'Administration de l'université Stendhal, seule instance décisionnelle reconnue par la loi, semble ne s'être pas prononcé.

Mais le vrai problème est ailleurs: pourquoi avoir voulu faire un "nettoyage scientifique" aussi brutal, dommageable pour les étudiants du professeur Feeley, pour un public grenoblois de plus en plus large et pour de nombreux chercheurs dans le monde entier? Et finalement aussi pour l'image de l'université Stendhal ? Comme le déclare le communiqué du SNCS, il s'agit de toute autre chose:

" En fait, pour tous ceux qui ont suivi les activités du professeur Feeley et du CEIMSA, la raison est claire: au lieu de dispenser au public français les analyses "politiquement correctes", insipides et pleines de non-dits des courants de pensée "bien en cour" sur l'histoire et la société des Etats Unis, sur leur politique intérieure et extérieure, Francis Feeley met en lumière les réalités de ce grand pays, ses contradictions, les luttes sociales qui ont traversé son histoire et qui continuent à y faire rage aujourd'hui. Bref c'est un "radical" au sens américain du terme et ne voilà-t-il pas que l'université d'Austin au Texas demandait à ce professeur de l'université Stendhal de faire cours à ses étudiants ? Il ne fait pas de doute que pour les courants conservateurs et bien pensants, il devenait difficilement supportable de laisser le public français et étranger accéder librement aux textes diffusés par cet intellectuel critique des pouvoirs établis. Et pour jeter un site WEB à la corbeille, rien de plus simple que de supprimer le centre de recherche qui le développe. .. Les dirigeants de l'université Stendhal se sont donc rendus coupables de censure scientifique pour raisons politiques."

Ce coup de force de la présidence de l'université Stendhal soulève des protestations très larges, à Grenoble et dans le monde entier, qui reflètent l'intérêt que portent de nombreux étudiants, chercheurs et usagers du web aux travaux dirigés par le professeur Feeley. Parmi ces réactions, citons seulement celle d'un ancien Secrétaire Général de l'université Joseph Fourier, qui lui écrit:

"J'ai suivi avec un grand intérêt les rencontres que vous avez organisées sur la civilisation américaine, et je vous suis très reconnaissant pour les informations ainsi recueillies. Il n'est pas compréhensible, compte tenu de l'importance vitale pour tout citoyen de l'Europe et du monde de comprendre les ressorts cachés de l'empire américain qui aspire à réguler nos vies, que l'université française ne se donne pas les moyens de pérenniser vos travaux et de les rendre accessibles au plus grand nombre. Je participerai volontiers aux actions de solidarité que vous jugerez bon d'organiser."

Cette affaire (peut on la qualifier de "stendhalienne"?) est en passe de connaître des développements inattendus. Face à la politique malthusienne du gouvernement français, qui refuse d'accorder aux universités des crédits suffisants pour mener leurs activités de recherche, face aux manœuvres mesquines des courants conservateurs qui, pour des raisons insignifiantes, mettent en cause la liberté de recherche et les ouvertures internationales, une véritable solidarité transnationale du service public universitaire se manifeste à cette occasion. C'est en effet l'université de Californie à San Diego qui a offert provisoirement l'hospitalité de son serveur au professeur Feeley, en attendant que le site du CEIMSA puisse être réimplanté sur le campus de Grenoble. Les étudiants grenoblois peuvent donc à nouveau consulter cette source documentaire en se branchant sur un serveur du service public universitaire californien, où ils trouveront le site du "CEIMSA IN EXILE"... Voici l'adresse, pour ceux de nos lecteurs qui s'intéressent à la société et à la civilisation des Etats Unis:  http://dimension.ucsd.edu/CEIMSA-IN-EXILE/index.html .


Espérons que cet avatar renforcera les relations universitaires entre les campus de Grenoble et de Californie, une conséquence sans doute inattendue pour le président Chézaud et son équipe...

Marc Ollivier





__________________________________________________________________________________

DOCUMENT #36

Projet d’un communiqué de la section départementale de la FSU-Isère et de la section académique du SNESup.

 

___________________________________________

Le difficile exercice des libertés académiques

 

 

                Les démêlés de Francis Feeley, professeur de civilisation américaine, au sein de l’Université Stendhal, ont alerté notre Fédération, la FSU. Ces démêlés font l’objet d’une médiatisation aussi bien dans l’Université que dans la population grenobloise (Cf. Dauphiné Libéré, 7/09/04, page campus).

Au-delà du cas singulier  qui justifie l’intervention syndicale que nous poursuivrons - le problème concerne l’ensemble des personnels et la communauté universitaire. Il s’agit de la question complexe de l’exercice des libertés académiques dans le cadre d’une communauté d’enseignants-chercheurs.

 

                Rappelons les événements: N’ayant pas obtenu la reconnaissance ministérielle de son groupe de recherche, le CEIMSA, Francis Feeley s’est aussi vu privé de la reconnaissance et des soutiens matériels que l’Université Stendhal lui accordait jusque-là. En particulier, le site où les travaux de son groupe étaient accessibles à partir du portail de l’Université Stendhal a été supprimé. De multiples raisons ont été invoquées par l’administration universitaire pour justifier cette éviction.

 

Ce qui nous inquiète, ici, c’est le problème de fond, posé par ce conflit.

Le respect des libertés académiques  ces libertés qui, depuis le moyen-âge, ouvrent aux universitaires un espace d’indépendance à l’égard des autorités de tutelle  l’academic freedom» que réclame Francis Feeley) n’est pas toujours assuré. L’équilibre entre l’exercice de ces libertés académiques et la nécessaire prise en compte de la volonté collective, n’est pas automatique. En effet, les institutions universitaires ont pour rôle de faire émerger  parfois dans des conditions difficiles  une orientation, des objectifs collectifs. Mais, elles doivent, en même temps, assurer l’exercice des libertés académiques, garantes du pluralisme et du renouvellement des réflexions sur les choix de l’Université.

 

                Cette dialectique de l’individuel et du collectif est le caractère original du Service Public; elle rend possible la prise en compte des besoins sociaux, en toute indépendance d’une «culture de marché».

 

                Il est important et urgent que tous les collègues ouvrent ce débat dans les instances auxquelles ils participent, le suscitent à tous les niveaux pertinents.

 

 

Pour la FSU départementale: Marie-Laurence MOROS

Pour le SNESup académique: Alda DELFORNO

 

 

 

DOCUMENT #37

Open letter to Standhal University President M. Patrick Chezaud (14 September 2004).

 

 

 

 

Francis Feeley

Professeur de civilisation américaine

UFR d'Anglais

Université Stendhal

 

à

 

Monsieur Patrick Chézaud,

Président de l'Université Stendhal

 

 

Grenoble, le 14 septembre 2004

 

 

 

Monsieur le Président

 

Le 12 Juin 2004, j'ai reçu du Vice Président chargé de la recherche Michel Lafon une lettre selon laquelle je devais recevoir une information officielle de votre part m'annonçant la "mise en extinction" du CEIMSA. Bien que cette information officielle ne me soit pas encore parvenue, j'ai ensuite été mis devant le fait accompli de la suppression du site web du CEIMSA le 30 Juin suivant.  Ces événements portent gravement atteinte à mes activités d'enseignant et de chercheur ainsi qu'au travail de mes étudiants et aux collaborations que je poursuis avec des universitaires français et étrangers.

Après avoir attendu trois mois l'information officielle de votre part qu'annonçait Michel Lafon, il est de mon devoir de professeur de m'adresser à vous pour vous faire toucher du doigt les graves inconvénients  qui résultent de ces décisions pour l'accomplissement de ma mission, et pour vous demander avec insistance de rétablir l'environnement et les moyens de travail nécessaires pour que je puisse poursuivre mes activités d'enseignement et de recherche avec mes étudiants et mes collègues.

Les inconvénients qui portent atteinte à mes moyens de travail sont de deux sortes: administratifs d'une part, pédagogiques et scientifiques d'autre part.

 

1. Les procédures qui ont conduit à une "extinction automatique" du CEIMSA "actée" par le Conseil Scientifique et à la suppression de son site internet sur le serveur de l'Université Stendhal

 

Je ne suis pas juriste ni spécialiste du droit administratif. De mon point de vue d'enseignant-chercheur, j'estime cependant irrégulière et de mauvaise foi la procédure suivie au sein de notre université dans l'intention de déclarer le CEIMSA "en extinction" et de supprimer son site web de 3000 pages.

a) quand je suis devenu professeur titulaire au printemps 2000, ce qui m'a fait choisir l'Université Stendhal, c'est que lorsque j'ai été invité pour une entrevue, on m'a dit que j'aurais la possibilité de créer un centre de recherche en civilisation américaine à l'Université si j'acceptais le poste.

b) le Directeur de l'UFR d'Etudes anglophones m'a assuré par la suite que d'autres enseignants de civilisation américaine seraient recrutés et que le CEIMSA pourrait se développer

c) plus tard, la Présidente de l'Université Stendhal m'a assuré que même si le CEIMSA n'était pas reconnu formellement par le Ministère, le centre pourrait continuer d'exister en tant que centre de recherche local sur le campus

d) le 23 mars 2004, quand le Conseil scientifique a voté de ne pas accorder une subvention annuelle au CEIMSA pour la 3e conférence internationale qui devait avoir lieu en avril 2004, il n'y a pas eu de discussion sur l'"extinction" du CEIMSA. Au contraire, il fut brièvement mentionné que le CEIMSA pourrait être affilié à l'Institut I.L.C.E.A, une fédération d'équipes importante, dont l'aire de compétence englobe les mondes anglo-américain et ibéro-américain, composée de 6 centres de recherche dont aucun ne concerne l'Amérique du Nord, et dirigé par le Professeur Lafon, Vice-président du Conseil scientifique.

e) deux mois plus tard, le 12 juin 2004, j'ai reçu un message électronique daté du 11 juin du Professeur Lafon m'informant qu'il avait décidé de ne pas permettre au CEIMSA d'être affilié à cette grande fédération, qu'il estimait déjà trop lourde, et que lui et le Président Chézaud m'enverraient prochainement une lettre déclarant officiellement l'"extinction" du CEIMSA. Pourtant ni le Conseil scientifique, ni le Conseil d'administration n'ont voté l'"extinction" du CEIMSA, et je n'ai jamais reçu cette lettre officielle de votre part.

f) néanmoins, le 1er juillet, j'ai reçu une lettre datée du 28 juin de la Vice-présidente Odile Lagacherie m'annonçant la suppression du site internet du CEIMSA du serveur de l'Université Stendhal "conformément à la décision du Conseil scientifique du 23 mars 2004", alors qu'une telle décision n'a jamais été discutée ni évoquée devant ce conseil.

g) malgré les demandes répétées d'étudiants et de chercheurs, le site internet du CEIMSA est resté fermé pendant tout l'été 2004, et ainsi inaccessible pendant 2 mois, avant que l'Université de Californie, avec laquelle j'entretiens des relations professionnelles, n'accepte de loger ce site internet scientifique sur son serveur afin de défendre les libertés académiques gravement méconnues  à l'Université Stendhal.

 

2. Les conséquences de la décision administrative de supprimer le site du CEIMSA :

a) après avoir choisi d'enseigner à Grenoble plutôt qu'à Strasbourg ou à Tours à cause de la promesse faite que je pourrais créer un nouveau centre de recherche, j'ai consacré quatre ans à créer un programme dynamique et un site facilement accessible aux étudiants et aux chercheurs. Je risque maintenant de perdre ce qui m'avait décidé à venir à Grenoble et de voir compromis les projets de recherche et de coopération scientifique qui reposaient sur le CEIMSA

b) quand le site du CEIMSA a été fermé, mes étudiants ont été privés d'outils pédagogiques qui leur étaient nécessaires pour compléter le travail requis pour le cours, et plusieurs de mes étudiants de TER et de DEA qui travaillaient à leurs dissertations et leurs thèses ont été privés d'accès aux milliers de pages d'articles et de documents disponibles sur le site du CEIMSA qui auraient été utiles pour défendre leur travail avant la fin septembre 2004.

c) mes propres recherches qui devaient conduire à un livre sur George W. Bush ont été rendues impossibles par la fermeture du site internet du CEIMSA, et le contrat signé avec mon éditeur a dû être annulé.

d) beaucoup d'étudiants m'ont demandé quel intérêt il y avait à continuer des recherches en civilisation américaine si l'Université Stendhal ne souhaitait pas soutenir le centre de recherche et son site internet. Certains pensent même à s'inscrire ailleurs pour obtenir leur diplôme.

 

Le maintien d'une telle situation crée des obstacles très graves à l'exercice de mon métier. Plusieurs de mes collègues m'ont déclaré qu'un défaut de financement de la part du Ministère n'entraînait pas automatiquement "l'extinction" d'un centre de recherche universitaire et d'autre part comment peut on accepter que les travaux issus de trois années de recherche, financés par l'université et par d'autres instances universitaires des campus grenoblois soient supprimés des fonds documentaires de cette université ? Je vous demande donc de revenir sur cette suppression et de rétablir le site web du CEIMSA sur le serveur de notre université, afin de mettre cette documentation à la disposition des étudiants, des chercheurs, des enseignants et du public intéressé.

Par ailleurs, conformément aux orientations convenues avec Madame Lise Dumassy, j'ai poursuivi des négociations avec mes collègues de Chambéry et de Montpellier afin de créer un réseau inter-régional de centres de recherches américaines. Des projets d'accords allant dans ce sens pourront prochainement être soumis à l'appréciation du Conseil Scientifique et du Conseil d'Administration, nous permettant ainsi de réagir positivement aux arguments du Ministère.

 

 

Avec mes salutations distinguées,

 

Francis Feeley

Professeur des Etudes américaines

Directeur de recherches

Université Stendhal-Grenoble 3

 

 

 

Cc: FSU-38, SNESup et membres de la communauté universitaire

 

 

DOCUMENT #38

Letter of support from Professor Jean-Marie Ruiz, describing a project to create a network between CEIMSA from his research center at Université de Savoie in Chambery.

 

 

Date: Tue, 14 Sep 2004

To: Patrick.Chezaud@u-grenoble3.fr

From: Jean-Marie Ruiz <Jean-Marie.Ruiz@univ-savoie.fr>

 

Monsieur le président, cher collègue,

 

En tant qu'américaniste, membre du conseil de laboratoire LLC de l'Université de Savoie, je tenais à vous faire savoir que je présenterai, lors de la prochaine réunion du conseil, un projet de collaboration avec le CEIMSA, si l'existence de celui-ci était garantie. Cette collaboration pourrait consister à organiser des colloques et des publications en commun, et à définir des axes de recherches conjoints.

Bien cordialement,

Jean-marie Ruiz

 

Jean-Marie Ruiz

Maître de conférences en civilisation américaine

UFR Lettres Langues et Sciences Humaines - Université de Savoie

 

 

 

 

 

DOCUMENT #39

Letter from Michel Destot, Mayor of Grenoble and Deputy form Isère elected to the National Assembly.

 

 

Grenoble, le 6 septembre 2004

 

MICHEL DESTOT

MAIRE DE GRENOBLE

DÉPUTÉ DE L'ISÈRE

                                                                        Monsieur Francis McCollum Feeley

Professeur d'études américaines

UFR d'Etudes anglophones

Université Stendhal-Grenoble 3

Domaine Universitaire

1180, avenue Centrale

B.P.25

38040 Grenoble Cedex 9

 

 

Monsieur,

 

J'ai bien reçu votre courrier qui a retenu toute mon attention.

 

Je comprends vos inquiétudes. Comme vous le savez, les universités sont autonomes et la Ville peut difficilement interférer dans leur gestion et leur fonctionnement administratif

 

Toutefois, je ne manquerai pas d'évoquer cette situation lors d'une prochaine rencontre avec Monsieur Chezaud, Président de l'Université Stendhal.

 

Vous assurant de l'attention que je porte à votre courriy, je voys prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurse et dévoué.

 

 

 

                                                                        Signé,

 

Michel DESTOT

 

 

 

DOCUMENT #40

Letter from Professor Feeley requesting a general meeting of the UFR d’Anglais to discuss the future of CEIMSA.

 

Francis FEELEY

Professeur de civilisation américaine

UFR d’Anglais

Université Stendhal

          à

Susan BLATTES

Directrice de l’UFR d’Anglais

Grenoble, le 10 septembre

Université Stendhal

 

 

 

Chère Collègue,

 

Je vous adresse la présente lettre pour vous demander officiellement de convoquer une Assemblée Générale de l'UFR d'Anglais au cours du mois de septembre.

 

Je voudrais que dans l'ordre du jour soit prévue une discussion sur «l'extinction » du CEIMSA et la suppression de son site web par la présidence de l'université, et sur ses conséquences potir l'UFR d'Anglais. cordialement,

 

Francis

 

 

cc:  Marie-Louise Meunier, Mohamed Benrabah, Vicki Briault-Manus, Jean Derioz.

 

 

 

 

DOCUMENT #41

Letter from Department Chair, Susan Blattès to Francis Feeley, explaining why she turned down his request for a Departmental meeting.

 

 

Susan Blattès

Directrice de l'UFR des Etudes Anglophones

à

Francis Feeley

 

le 13 septembre, 2004

 

 

Objet : Demande de convocation d'une assemblée générale.

 

 

Cher Francis, J'ai bien reçu ton courrier du 10 septembre au sujet d'une convocation d'une assemblée générale. Comme je l'ai déjà dit en Conseil d'UFR, les décisions conceraant la recherche ne relèvent pas de l'UFR, mais du Conseil Scientifique qui est la seule instance apte à se prononcer sur ces questions. Une UER ne peut pas mettre en cause les décisions prises par le Conseil Scientifique. Donc, je ne convoquerai pas une assemblée générale.

 

De plus, ta demande ne me paraît pas opportune. La mise en place du LMD requiert l'attention de tous les enseignants, notamment les responsables d'année ou de parcours, qui doivent être disponibles pour informer et conseiller les étudiants, rédiger les contrats pédagogiques pour chaque année et faire les dernières vérifications des emplois du temps. Ce travail est indispensable, il y va de l'avenir de tous les étudiants dont nous avons la charge.

 

Bien cordialement,

 

(Signé)

Susan Blattès

 

 

DOCUMENT #42

Letter from Professor Chantao Massol, member of the Conseil Scientifique at Stendhal University, addressed to Pierre.Saramito and the Syndicat National des Chercheurs Scientifiques (SNCS-FSU) in which she gives her reasons for supporting the Stendhal University administration’s decision to close the CEIMSA center and web site.

 

Cher collègue,

Je suis indignée qu’un syndicat puisse décider de publier (et sous ce titre !) un tel tissu de contre-vérités et d’allégations diffamatoires à l’égard de l’Université Stendhal et de son équipe présidentielle. Membre élu du Conseil scientifique, j’ai participé à toutes les séances au cours desquelles ont été discutées les questions posées par le CEIMSA de M. Feeley. Elles ont évidemment fait l’objet de comptes rendus dans lesquels ont été actées toutes les décisions prises par le Conseil (et non par un Président ou un Vice-Président aux méthodes « arbitraires » !).

 

Les considérations qui ont motivé la mise en extinction de ce centre n’étaient en rien politiques : l’équipe n’était pas viable en raison de son très faible nombre d’adhérents (c’est un euphémisme) et de sa gestion désastreuse.

 

Le site internet de M. Feeley n’a nullement fait l’objet d’un « autodafé » (terme scandaleux). Aucun document n’a été détruit, et il était parfaitement loisible à M. Feeley, dès lors que son centre n’avait plus d’existence officielle, de les transférer sur ses pages personnelles du site de l’Université.

 

Il serait bon, je pense, avant de déconsidérer les Etats Généraux de la Recherche en les saisissant de cette consternante affaire, que vous jetiez un coup d’œil sur le site en question, pour juger de sa valeur « scientifique » !

 

Pour ma part, après avoir lu de tel propos, je demande à être rayée de la mailing-list du « Comité ».

 

Chantal Massol, PR, Grenoble III

 

 

DOCUMENT #43

Reply to Professor Chantal Massol, from Dr. Pierre Saramito, Syndicat National des Chercheurs Scientifiques (SNCS-FSU).

 

 

 

Date: Sat, 18 Sep 2004

Subject: Re: sur le scandale a` Stendhal (suite)
 

( Réponse à Chantal Massol, PR, Grenoble III )

 

Chère collègue,

 

Il est fréquent que la réalité soit une cause d'indignation. La décision de l'équipe présidentielle de l'université Stendhal de faire disparaître du serveur de l'université un fonds documentaire contenant les résultats de trois années de travaux de recherche, parmi lesquels les actes de trois conférences internationales où sont intervenus des collègues éminents de plusieurs universités françaises et étrangères, cette consternante affaire, comme vous la caractérisez, nous a effectivement indignés. Nous avons qualifié ces actes d'arbitraires parce que dans les comptes rendus des travaux du conseil scientifique invoqués pour les expliquer rien ne fait référence ni à "l'extinction" du CEIMSA, ni à la suppression de son site web.

 

Sur ce point précis vos affirmations ne correspondent pas à la réalité.

 

C'est pourquoi nous sommes bien en présence de décisions arbitraires. D'ailleurs même si le conseil scientifique avait pris de telles décisions, elles n'en seraient pas moins arbitraires, car ce conseil a-t-il le droit d'empêcher un enseignant de remplir ses missions de recherche et d'enseignement en le privant de ses moyens de travail?

 

Le terme que nous avons utilisé pour qualifier la suppression du site web n'est pas "autodafé" comme vous le prétendez mais "autodafé électronique". Il est parfaitement adapté pour qualifier la disparition du fonds documentaire du CEIMSA sur les disques du serveur de l'université. Quant aux pages personnelles du professeur Feeley sur le site de l'université, je les ai cherchées en vain dans le site en question. Je n'y ai d'ailleurs pas trouvé non plus les vôtres, ni celles de tous vos collègues : où sont

ces pages personnelles sur le site en question ?

 

Sauf aveuglement de ma part, vous avancez également sur ce point des affirmations non fondées.

 

**********

 

Rien ne figure non plus dans les comptes rendus du conseil scientifique sur ce que vous appelez une "gestion désastreuse", rien non plus sur la valeur scientifique, comme vous dites, des activités de ce centre. Il s'agit là d'allégations sans preuves et même de propos diffamatoires à l'égard des nombreux collègues, chercheurs et enseignants chercheurs français et étrangers, qui ont contribué aux activités du CEIMSA.

 

En ce qui concerne l'argument du nombre d'adhérents, c'est là, nous le savons tous, le reflet de la politique gouvernementale, qui ne veut pas reconnaître qu'il puisse subsister au sein des universités de petites équipes de recherche autonomes, à caractère artisanal, capables de produire des travaux scientifiques de valeur. Le ministère actuel force les universités à créer des structures fédérées, même si cela ne correspond à aucune logique scientifique, parce qu'elles sont plus faciles à contrôler

et à orienter. Mais est-ce la mission d'un conseil scientifique de "prendre acte" de décisions ministérielles ? Ne devrait-il pas plutôt se préoccuper d'évaluer ou de faire évaluer par des rapporteurs **indépendants**, la qualité des programmes de recherche ?

 

Dans les comptes rendus des réunions du conseil scientifique de l'université Stendhal, on ne relève aucun souci d'évaluation des activités de recherche à l'université et manifestement le conseil a "pris acte" de la situation du CEIMSA sans chercher à faire établir un rapport d'évaluation des activités du centre. C'est pour cette raison que ce cas intéressera certainement nombre de participants aux Etats Généraux de la recherche.

 

Ce n'est pas, chère collègue, en "jetant un coup d'oeil" (sic) sur un fond documentaire comme celui du CEIMSA que l'on peut juger de sa valeur scientifique et de celle des collègues français et étrangers qui y ont contribué.

 

Je vous prie d'agréer chère collègue, à l'expression de mes sentiments les meilleurs,

Pierre Saramito --

Pierre.Saramito@imag.fr

Syndicat National des Chercheurs Scientifiques (SNCS-FSU)

http://www.cnrs-bellevue.fr/~sncs/

 

 

 

 

DOCUMENT #44

Letter from Professor Judith Ezekiel (Université de Toulouse) to Stendhal President Partick Chezaud in which  she states her support of the scientific activities organized by CEIMSA and proposes to establish an inter-university network between the American Studies centers at our two universities (as the Ministry had proposed a year ago, in its 2003 review of CEIMSA).

 

 

Sat, 18 Sep 2004
To: Partick.Chezaud@u-grenoble3.fr
From: Judith Ezekiel
Subject: CEIMSA

à

 

M Patrick Chezaud

Président de l'Université Stendhal Grenoble 3

 

Monsieur,

 

Historienne des mouvements sociaux et des rapports sociaux de sexe, je suis, depuis peu, membre associée du CEIMSA. Nous avons d'abord collaboré sur l'organisation du voyage de Jim Hightower en France, moi de la part du groupe de recherche angliciste de mon université.

 

C'était avec grand enthousiasme que je rejoignais ce centre qui compte parmi ses membres certains des plus importants intellectuels américains vivants. Ce sont des experts mondialement connus notamment pour leurs travaux sur les multinationales, les médias et les mouvements sociaux.

 

J'avais également entamé des discussions avec M. Feeley pour contribuer au développement d'un axe de travail sur les femmes et les mouvements sociaux. Je regretterai vivement la disparition de ce centre.

 

Je vous prie d'agréer mes plus sincères salutations.

 

Judith Ezekiel

Maître de conférences

Université de Toulouse-le-Mirail

Auteure de Feminism in the Heartland (Columbus:

Ohio State University Press, 2002)

listmistress of WISE-L and etudesfeministes-l


 

DOCUMENT #45

Un essai de communiquer et un Communiqué de la Présidence de l’Université Stendhal de Grenoble.

 

 

___________________________________________________________________________________________________________________
A. LETTER FROM CHARGE DE COMMUNICATION AT STENDHAL REFUSING TO PUBLISH OPEN LETTER TO PRESIDENT CHEZAUD.


Saint-Martin-d'Hères, le 20 septembre 2004,

Bernard Roukhomovsky,
Chargé de mission Communication,
à
Monsieur Francis Feeley,
Professeur de civilisation américaine
UFR d'Études anglophones
Université Stendhal


OBJET: votre demande de diffusion sur le site d'« actualités-stendhal »

Monsieur et cher Collègue,

Vous avez fait parvenir au Service Communication le texte d'une «Lettre ouverte au Président de l'Université Stendhal » pour diffusion auprès des personnels de l'établissement via la liste de diffusion interne (« actualités-stendhal ») sous la rubrique Recherche.

Il ne m'est pas possible de donner suite à votre demande. Sans revenir ici sur une affaire qui n'est pas de mon ressort et qui a fait l'objet, par ailleurs, d'une délibération du Conseil scientifique en sa séance du 16 septembre 2004, et pour m'en tenir exclusivement à ce qui relève de ma compétence, j 'observe que le texte que vous nous avez fait parvenir ne répond ni dans le fond ni dans la forme aux critères de diffusion via « actualités-stendhal », sauf à détourner ce support de la fonction qui est la sienne et du fonctionnement qui est le sien au sein du dispositif de communication interne de l'établissement. Je vous rappelle en effet qu'« actualités-stendhal » a vocation à diffuser des contenus informatifs susceptibles d'entrer dans l'une des rubriques recensées dans ma circulaire du 16/09/04 - la rubrique Recherche, pour ce qui la concerne, étant dédiée à la diffusion des informations communiquées par le Service de la Recherche et/ou par les centres de recherche de l'Université, c'est-à-dire aux annonces relatives aux événements scientifiques : colloques, journées d'études, séminaires, soutenances...

En espérant vous avoir apporté toutes les précisions nécessaires relativement au périmètre et aux modalités d'utilisation de la liste de diffusion interne, je reste à votre disposition pour tout complément d'information, et vous prie d'agréer, Monsieur et cher collègue, l'expression de mes sentiments dévoués.


(signé)
Bernard Roukhomovsky,
Chargé de mission Communication


Copie:
-       M. Patrick Chézaud, Président dc l'Université Stendhal
-       M. Michel Lafon, Vice-président du Conseil scientifique
-       M. Gérard Lancian, Secrétaire général

SERVICE DE COMMUNICATION

Université Stendhal - Grenoble 3 - BP 25 - 38040 Grenoble cedex 9 France 
tel. 04 76 82 43 49 /41 05/41 95 - fax 04 76 82 4l 05
E.mail ais@u-grenobles.fr - Site internet : http://www.u-grenoble3.fr/stendhal


_______________________________________
B. OPEN LETTER TO PRESIDENT CHEZAUD.

Francis Feeley
Professeur de civilisation américaine
UFR d'Anglais
Université Stendhal
à
Monsieur Patrick Chézaud,
Président de l'Université Stendhal



Monsieur le Président

Le 12 Juin 2004, j'ai reçu du Vice Président chargé de la recherche Michel Lafon une lettre selon laquelle je devais recevoir une information officielle de votre part m'annonçant la "mise en extinction" du CEIMSA. Bien que cette information officielle ne me soit pas encore parvenue, j'ai ensuite été mis devant le fait accompli de la suppression du site web du CEIMSA le 30 Juin suivant.  Ces événements portent gravement atteinte à mes activités d'enseignant et de chercheur ainsi qu'au travail de mes étudiants et aux collaborations que je poursuis avec des universitaires français et étrangers.
Après avoir attendu trois mois l'information officielle de votre part qu'annonçait Michel Lafon, il est de mon devoir de professeur de m'adresser à vous pour vous faire toucher du doigt les graves inconvénients  qui résultent de ces décisions pour l'accomplissement de ma mission, et pour vous demander avec insistance de rétablir l'environnement et les moyens de travail nécessaires pour que je puisse poursuivre mes activités d'enseignement et de recherche avec mes étudiants et mes collègues.
Les inconvénients qui portent atteinte à mes moyens de travail sont de deux sortes: administratifs d'une part, pédagogiques et scientifiques d'autre part.

1. Les procédures qui ont conduit à une "extinction automatique" du CEIMSA "actée" par le Conseil Scientifique et à la suppression de son site internet sur le serveur de l'Université Stendhal

Je ne suis pas juriste ni spécialiste du droit administratif. De mon point de vue d'enseignant-chercheur, j'estime cependant irrégulière et de mauvaise foi la procédure suivie au sein de notre université dans l'intention de déclarer le CEIMSA "en extinction" et de supprimer son site web de 3000 pages.
a) quand je suis devenu professeur titulaire au printemps 2000, ce qui m'a fait choisir l'Université Stendhal, c'est que lorsque j'ai été invité pour une entrevue, on m'a dit que j'aurais la possibilité de créer un centre de recherche en civilisation américaine à l'Université si j'acceptais le poste.
b) le Directeur de l'UFR d'Etudes anglophones m'a assuré par la suite que d'autres enseignants de civilisation américaine seraient recrutés et que le CEIMSA pourrait se développer
c) plus tard, la Présidente de l'Université Stendhal m'a assuré que même si le CEIMSA n'était pas reconnu formellement par le Ministère, le centre pourrait continuer d'exister en tant que centre de recherche local sur le campus
d) le 23 mars 2004, quand le Conseil scientifique a voté de ne pas accorder une subvention annuelle au CEIMSA pour la 3e conférence internationale qui devait avoir lieu en avril 2004, il n'y a pas eu de discussion sur l'"extinction" du CEIMSA. Au contraire, il fut brièvement mentionné que le CEIMSA pourrait être affilié à l'Institut I.L.C.E.A, une fédération d'équipes importante, dont l'aire de compétence englobe les mondes anglo-américain et ibéro-américain, composée de 6 centres de recherche dont aucun ne concerne l'Amérique du Nord, et dirigé par le Professeur Lafon, Vice-président du Conseil scientifique.
e) deux mois plus tard, le 12 juin 2004, j'ai reçu un message électronique daté du 11 juin du Professeur Lafon m'informant qu'il avait décidé de ne pas permettre au CEIMSA d'être affilié à cette grande fédération, qu'il estimait déjà trop lourde, et que lui et le Président Chézaud m'enverraient prochainement une lettre déclarant officiellement l'"extinction" du CEIMSA. Pourtant ni le Conseil scientifique, ni le Conseil d'administration n'ont voté l'"extinction" du CEIMSA, et je n'ai jamais reçu cette lettre officielle de votre part.
f) néanmoins, le 1er juillet, j'ai reçu une lettre datée du 28 juin de la Vice-présidente Odile Lagacherie m'annonçant la suppression du site internet du CEIMSA du serveur de l'Université Stendhal "conformément à la décision du Conseil scientifique du 23 mars 2004", alors qu'une telle décision n'a jamais été discutée ni évoquée devant ce conseil.
g) malgré les demandes répétées d'étudiants et de chercheurs, le site internet du CEIMSA est resté fermé pendant tout l'été 2004, et ainsi inaccessible pendant 2 mois, avant que l'Université de Californie, avec laquelle j'entretiens des relations professionnelles, n'accepte de loger ce site internet scientifique sur son serveur afin de défendre les libertés académiques gravement méconnues  à l'Université Stendhal.

2. Les conséquences de la décision administrative de supprimer le site du CEIMSA :
a)
après avoir choisi d'enseigner à Grenoble plutôt qu'à Strasbourg ou à Tours à cause de la promesse faite que je pourrais créer un nouveau centre de recherche, j'ai consacré quatre ans à créer un programme dynamique et un site facilement accessible aux étudiants et aux chercheurs. Je risque maintenant de perdre ce qui m'avait décidé à venir à Grenoble et de voir compromis les projets de recherche et de coopération scientifique qui reposaient sur le CEIMSA
b) quand le site du CEIMSA a été fermé, mes étudiants ont été privés d'outils pédagogiques qui leur étaient nécessaires pour compléter le travail requis pour le cours, et plusieurs de mes étudiants de TER et de DEA qui travaillaient à leurs dissertations et leurs thèses ont été privés d'accès aux milliers de pages d'articles et de documents disponibles sur le site du CEIMSA qui auraient été utiles pour défendre leur travail avant la fin septembre 2004.
c) mes propres recherches qui devaient conduire à un livre sur George W. Bush ont été rendues impossibles par la fermeture du site internet du CEIMSA, et le contrat signé avec mon éditeur a dû être annulé.
d) beaucoup d'étudiants m'ont demandé quel intérêt il y avait à continuer des recherches en civilisation américaine si l'Université Stendhal ne souhaitait pas soutenir le centre de recherche et son site internet. Certains pensent même à s'inscrire ailleurs pour obtenir leur diplôme.

Le maintien d'une telle situation crée des obstacles très graves à l'exercice de mon métier. Plusieurs de mes collègues m'ont déclaré qu'un défaut de financement de la part du Ministère n'entraînait pas automatiquement "l'extinction" d'un centre de recherche universitaire et d'autre part comment peut on accepter que les travaux issus de trois années de recherche, financés par l'université et par d'autres instances universitaires des campus grenoblois soient supprimés des fonds documentaires de cette université ? Je vous demande donc de revenir sur cette suppression et de rétablir le site web du CEIMSA sur le serveur de notre université, afin de mettre cette documentation à la disposition des étudiants, des chercheurs, des enseignants et du public intéressé.
Par ailleurs, conformément aux orientations convenues avec Madame Lise Dumassy, j'ai poursuivi des négociations avec mes collègues de Chambéry et de Montpellier afin de créer un réseau inter-régional de centres de recherches américaines. Des projets d'accords allant dans ce sens pourront prochainement être soumis à l'appréciation du Conseil Scientifique et du Conseil d'Administration, nous permettant ainsi de réagir positivement aux arguments du Ministère.
 
Avec mes salutations distinguées,

Francis Feeley
Professeur des Etudes américaines
Directeur de recherches
Université Stendhal-Grenoble 3


Cc: FSU-38, SNESup et membres de la communauté universitaire


________________________________________________________________________________
C. COPY OF LETTER FROM LA PRESIDENCE DE L'UNIVERSITE STENDHAL DE GRENOBLE.


Communiqué de la Présidence de l’Université Stendhal de Grenoble:

 

Le Conseil Scientifique de l’Université Stendhal a souhaité répondre aux actions menées depuis plusieurs mois par le professeur Francis Feeley. Il a adopté la motion suivante:

«Le Conseil Scientifique de l’Université Stendhal, réuni le 16 septembre 2004, tient à rappeler:

-       que c’est en toute connaissance de cause, après évaluation par les instances compétentes et à l’issue d’un débat, qu’il a décidé de ne pas renouveler la dotation financière annuelle du Ceimsa, lors de sa séance du 23 mars 2004 et, par conséquent, de mettre fin à l’existence de ce centre comme équipe émergente autonome; (le responsable du Ceimsa, présent à ce Conseil, n’a pas contesté la décision, a reconnu qu’il était quasiment le seul membre de son équipe et qu’il réfléchissait à son intégration au sein d’une équipe reconnue);

-       que cette décision  relève du Conseil Scientifique, instance constituée d’élus du personnel et des étudiants de l’Université Stendhal, et pas du Président de l’Université ni de l’équipe présidentielle;

-       que M.Feeley est parfaitement libre de continuer à mener ses recherches selon les modalités qui lui conviennent et d’héberger sa documentation sur un serveur de son choix, le serveur institutionnel de l’Université ne pouvant héberger que les sites de ses composantes scientifiques.


Le Conseil signale au passage que pas une page de cette documentation n’a été perdue ni «brûlée»: l’accusation d’«autodafé électronique», parmi d’autres, est particulièrement mensongère et injurieuse.

S’indignant de la campagne de désinformation menée depuis plusieurs mois par M.Feeley contre l'Université Stendhal, le Conseil Scientifique tient à exprimer sa solidarité et son soutien sans réserve au Président et à son équipe. Le Conseil Scientifique considère que cette mise au point clôtdéfinitivement toute polémique. Cela implique que l'intéressé mette  immédiatement et clairement fin à cette campagne et à toutes les actions qui lui sont liées.»


Cette motion a été adoptée par 16 voix pour, 2 contre et une abstention.

Le Conseil d’Administration de l’Université Stendhal, réuni le 20 septembre 2004, a tenu à approuver cette motion (à l’unanimité moins une abstention).


La Présidence de l’Université, au vu de ces deux votes clairs et massifs, considère à son tour que cette motion met un point final à toute polémique.


 

Document #46

Lettre de Didier Migaud, Maire de Seyssins et Député de l'Isère à l'Assemblée nationale (reçu le 23 septembre).

 


ASSEMBLÉE                                                                                            RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

NATIONALE                                                                                                                  LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ

 

 

Didier MIGAUD

Député de l'Isère

Maire de Seyssins

 

Le 17 septembre 2004

 

Nos réf : GL/1709

 

Monsieur le Directeur,

 

J'ai bien pris connaissance du récent courrier et du dossier que vous m'adressez au sujet de la situation du Center for the Advanced Study of American Institutions and Social Movements, le CEIMSA.

 

Soyez assuré que leur lecture a retenu toute mon attention. Je m'en fais l'écho autour de moi.

 

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à l'assurance de mes sentiments dévoués

 

 

                                                                                                (signé)                                                                                                                                                              Didier MIGAUD

 

 

Monsieur Francis Mc COLLUM FEELEY

Directeur des Recherches

 

UFR d'études Anglophones

Université Stendhal- Grenoble 3

Domaine universitaire

1180 avenue centrale

BP 25

38040 GRENOBLE CEDEX 9

 

 

Secrétariat parlementaire : 20, avenue de la Houille Blanche - 38170 Seyssinet-Pariset

réf. 04 76 70 15 15 - Télécopie 04 76 70 15 16 - DidierMigaud@wanadoo.fr



____________________________________________________________________________________________
Document #47

Letter from Professor Larry Portis (Université de Montpellier 3) to Stendhal President Partick Chezaud in which  he proposes to establish an inter-university network between the American Studies centers at our two universities (as the Ministry had proposed a year ago, in its 2003 review of CEIMSA).


Date: Tue, 28 Sep 2004
Subject: Proposition de F. Feeley
To: Patrick.Chezaud@u-grenoble3.fr
From: Larry Portis <larry.portis@univ-montp3.fr>



Monsieur le Président,


En tant que membre du Centre de recherche et d'études nord-américaines (CERNA) à l'Université Paul Valéry
(Montpellier 3), je m'engage dans les démarches du professeur Francis Feeley à créer un réseau/centre de recherche
lié aux activités du CEIMSA. Je présenterai une proposition dans ce sens à notre prochaine réunion.


À l'heure actuelle, et dans le contexte créé par la réforme de l'éducation supérieure en cours, une telle collaboration
entre chercheurs de facultés différentes en France pourrait répondre bien aux nouvelles modalités de l’encadrement
de la recherche dont nous sommes confrontés.

Cordialement,
Larry Portis
Professeur de civilisation américaine
Département d'études anglo-américaines
Université Paul Valéry (Montpellier 3)
Rte. de Mende
34199 Montpellier


_____________________________________________________________________________________________

Document #48

Lettre du journaliste Serge Halimi du Monde diplomatique à Paris sur LA LIQUIDATION DU CEIMSA ET SON SITE INTERNET, & LA JUSTIFICATION MANQUEE DE LA PART DE L'ADMINISTRATION DE L'UNIVERSITE STENDHAL. . . . .

 

 

29 septembre 2004

 

Cher(e)s collègues et ami(e)s du CEIMSA,

 

Ci-dessous un échange (ou plutôt le refus ou l'absence d'échange) entre le journaliste, Serge Halimi, spécialiste des Etats-Unis au Monde diplomatique, et le President de l'Université Stendhal-Grenoble 3, M. Patrick Chezaud, sur la question de la liquidation du centre de recherche CEIMSA et son site internet cet été à l'Université Stendhal.

 

 

cordialement,

Francis Feeley

Professeur des Etudes américaines

Directeur de rechreches

Université Stendhal, Grenoble 3

 

_______________________________________

A.

LETTRE AU PRESIDENT PATRICK CHEZAUD DU JOURNALIST DU MONDE DIPLOMATIQUE, SERGE HALIMI

(17 SEPTEMBRE) :

 

Date: Fri, 17 Sep 2004 13:47:52 +0200

To: Francis Feeley <francis.feeley@u-grenoble3.fr>

From: Serge Halimi <Serge.Halimi@monde-diplomatique.fr>

 

 

Monsieur le Président,

J'apprends la fermeture du Centre d'étude des institutions et des mouvements sociaux américains (CEIMSA). Je  tiens à vous faire part de ma  surprise et de mon inquiétude. Les travaux de ce Centre de recherche m'ont souvent aidé, ainsi que de nombreux américanistes, à mieux cerner la réalité sociale des Etats-Unis. Sur l'un des sujets auxquels j'étais le plus directement associé, l'économie politique des multinationales américaines, le Centre que dirige le professeur Feeley a su organiser un colloque marquant qui a rassemblé nombre d'auteurs et de chercheurs connus en France et à l'étranger. Je vous remercie donc à l'avance de me faire connaître les motifs de votre décision afin que je puisse être assuré qu'elle ne comporte pas, comme on pourrait l'imaginer, une dimension de censure politique.

 

Dans le cas contraire, vous comprendrez que je me réserve la possibilité d'évoquer cette affaire dans mon journal.

 

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de ma considération distinguée.

 

Serge Halimi

 

****************************

Le Monde diplomatique

1, avenue Stephen Pichon

75013 Paris

Tel : 01-53-94-96-09 Fax : 01-53-94-96-26

 

__________________________________________

B.

REPONSE GENERIQUE DU PRESIDENT CHEZAUD (22 SEPTEMBRE 2004) :

 

Date: Wed, 22 Sep 2004 15:37:33 +0200

To: actualites@u-grenoble3.fr

From: Actualites Stendhal <actualites@u-grenoble3.fr>

Subject: Recherche

 

 

Communiqué de la Présidence de l’Université Stendhal de Grenoble:

 

 

Le Conseil Scientifique de l’Université Stendhal a souhaité répondre aux actions menées depuis plusieurs mois par le professeur Francis Feeley. Il a adopté la motion suivante:

 

«Le Conseil Scientifique de l’Université Stendhal, réuni le 16 septembre 2004, tient à rappeler:

 

-       que c’est en toute connaissance de cause, après évaluation par les instances compétentes et à l’issue d’un débat, qu’il a décidé de ne pas renouveler la dotation financière annuelle du Ceimsa, lors de sa séance du 23 mars 2004 et, par conséquent, de mettre fin à l’existence de ce centre comme équipe émergente autonome; (le responsable du Ceimsa, présent à ce Conseil, n’a pas contesté la décision, a reconnu qu’il était quasiment le seul membre de son équipe et qu’il réfléchissait à son intégration au sein d’une équipe reconnue);

 

-       que cette décision  relève du Conseil Scientifique, instance constituée d’élus du personnel et des étudiants de l’Université Stendhal, et pas du Président de l’Université ni de l’équipe présidentielle;

 

-       que M.Feeley est parfaitement libre de continuer à mener ses recherches selon les modalités qui lui conviennent et d’héberger sa documentation sur un serveur de son choix, le serveur institutionnel de l’Université ne pouvant héberger que les sites de ses composantes scientifiques.

 

Le Conseil signale au passage que pas une page de cette documentation n’a été perdue ni «brûlée»: l’accusation d’«autodafé électronique», parmi d’autres, est particulièrement mensongère et injurieuse.

 

S’indignant de la campagne de désinformation menée depuis plusieurs mois par M.Feeley contre l'Université Stendhal, le Conseil Scientifique tient à exprimer sa solidarité et son soutien sans réserve au Président et à son équipe. Le Conseil Scientifique considère que cette mise au point clôtdéfinitivement toute polémique. Cela implique que l'intéressé mette  immédiatement et clairement fin à cette campagne et à toutes les actions qui lui sont liées.»

 

 

Cette motion a été adoptée par 16 voix pour, 2 contre et une abstention.

 

Le Conseil d’Administration de l’Université Stendhal, réuni le 20 septembre 2004, a tenu à approuver cette motion (à l’unanimité moins une abstention).

 

 

La Présidence de l’Université, au vu de ces deux votes clairs et massifs, considère à son tour que cette motion met un point final à toute polémique.

 

 

Document #49

Negotiations and negotiations within negotiations to same CEIMSA and its web site on the Stendhal University server.

 

12 October 2004

Dear Colleagues and Friends of CEIMSA,

It appears that perhaps there might be some progress being made in saving the CEIMSA research center from "extinction" and restoring its web site on the Stendhal University server at http://www.u-grenoble3.fr/CEIMSA.

 
At present we are attempting to create an ambiance of "good faith" between our research center and the
Standhal University administration, for, obviously, no agreement can be reached if we cannot trust each other.

Below, please find 10 short documents which describe our efforts to encourage our labor union, SNESup to excel in performing its duty, which is to protect our academic freedom from tyranny and abuse.

Sincerely,
Francis Feeley
Professor of American Studies
Director of research
Stendhal University, Grenoble 3

___________________
1)      SNESup LETTER ANNOUNCING THAT PRESIDENT CHEZAUD MIGHT BE WILLING TO

         NEGOTIATE A COMPROMISE WITH CEIMSA :


30 septembre 2004
bonjour,

quelques nouvelles des démarches engagées :

nous avons pu finalement rencontrer le président ce matin (jeudi, 30 septembre) ; une possibilité
de compromis, allant dans le sens que nous avons discuté la dernière fois,
se dégage ; nous devons en parler ensemble pour voir ce que tu en penses ;
les différentes contraintes d'emploi du temps font que cela n'est pas
possible avant jeudi 7 prochain à 17h30 ici à l'Université ; est-ce que
cela te convient ? nous pouvons nous retrouver à mon bureau F206 à 17h15
pour rejoindre les autres ; entre temps, et pour consolider la possibilité
d'un compromis, il serait utile de suspendre momentanément la diffusion des
documents, courriers...mettant en cause Stendhal .

amicalement
marc
___________________________
2)      LETTER TO SNESup OFFICIAL MARC TROISVALLETS FROM PROFESSOR FEELEY,

         DEMANDING A SHOW OF "GOOD FAITH" FROM PRESIDENT CHEZAUD, BEFORE

         NEGOTIATING THE SURVIVAL OF CEIMSA :

 

version française :

(Négociations en préparation de la rencontre proposée avec le Président Patrick Chezaud le 11 ou le 12 octobre 2004.)

Au : M. Marc Troisvallets

       Secretaire du SNESup à Stendhal

       Université Stendhal, Grenoble 3

De : Francis Feeley, professeur de civilisation américaine et directeur de recherche,

       Université Stendhal, Grenoble 3

       http://dimension.ucsd.edu/CEIMSA-IN-Exile/

      Grenoble, le 2 octobre 2004,

Cher Marc,

Je dois tout d'abord te remercier du temps que toi et d'autres représentants de notre syndicat, le SNESup, consacrez à ma défense et celle du centre de recherche, le CEIMSA, dans ce conflit avec l'administration de l'Université Stendhal.

J'ai bien reçu le message que tu m'as envoyé jeudi 30 septembre à 10h57 dans lequel tu écris :

                bonjour,

                quelques nouvelles des démarches engagées :

                nous avons pu finalement rencontrer le président ce matin ; une possibilité de compromis,

                allant dans le sens que nous avons discuté la dernière fois, se dégage ; nous devons en parler

                ensemble pour voir ce que tu en penses ; les différentes contraintes d'emploi du temps font que

                cela n'est pas possible avant jeudi 7 prochain à 17h30 ici à l'Université ; est-ce que cela te

                convient ? nous pouvons nous retrouver à mon bureau F206 à 17h15 pour rejoindre les autres ;

                entre temps, et pour consolider la possibilité d'un compromis, il serait utile de suspendre

                momentanément la diffusion des documents, courriers...mettant en cause Stendhal .

                amicalement,

                Marc
 

J'ai aussi reçu le second message que tu m'as envoyé le même jour, jeudi 30 septembre à 16h04, dans lequel tu suggères un changement de date pour la réunion avec Patrick Chezaud, du 7 au 11 ou 12 septembre. Les trois dates me conviennent.

Cependant, ta suggestion dans la dernière phrase de ton premier message ci-dessus, que je cesse de défendre publiquement le CEIMSA jusqu'à cette rencontre (quelqu'en soit la date) me pose un vrai problème. Me défendre d'attaques injustifiées et de plus en plus personnelles me semble mon droit, pas seulement en tant que membre du corps enseignant de l'Université Stendhal, mais en tant que membre de la même espèce que mes collègues, en d'autres mots, en tant que membre de l'espèce humaine.

D'autre part, je pourrais momentanément m'arrêter de défendre le droit du CEIMSA d'exister afin de rencontrer le Président Chezaud ce mois-ci dans certaines conditions. Si par exemple, le Président Chezaud, le Conseil scientifique et le Conseil d'administration acceptaient de retirer publiquement les fausses accusations prononcées dans le" Communiqué du 22 septembre de la Présidence de l'Université Stendhal de Grenoble", je pourrais m'arrêter de défendre le CEIMSA momentanément afin d'avoir un débat

avec le Président Chezaud en présence de représentants du SNESup, bien sûr.

Un tel accord en vue d'une rencontre pourrait être obtenu si le Président Chezaud reconnaissait publiquement :

 

a) qu'il n'y a eu aucun débat durant la rencontre du 23 mars du CS pour "mettre en extinction" le CEIMSA, mais, comme le reflète le compte rendu officiel de la réunion, plutôt pour sauver le CEIMSA en lui permettant de s'affilier à la grande équipe dirigée par le professeur Lafon; le CEIMSA abandonnerait alors son statut d'équipe émergente pour devenir un centre de recherche affilié ;

        

b) qu'il n'y a pas de raison légale, de procédure, ou financière pour que le CEIMSA ne puisse continuer d'exister en tant que centre de recherche localement reconnu et autonome, à l'université Stendhal ;

 

c) que l'accusation selon laquelle j'ai lancé une campagne intellectuellement malhonnête pour ternir la réputation de

   l'Université Stendhal en distribuant de la "désinformation" visant à tromper mes collègues à propos des  

   événements concernant la liquidation du CEIMSA, est entièrement fausse ;

 

d) que je ne contrôle absolument pas les réactions de collègues, d'étudiants ou d'autres citoyens qui se sont sentis

   concernés et ont souhaité écrire des lettres ou signer des pétitions défendant le droit du CEIMSA d'exister et de

   continuer ses activités scientifiques à l'Université Stendhal où son directeur est un membre du corps enseignant ;

 

e) que le Président Chezaud est maintenant décidé à aider le CEIMSA à créer un réseau entre des universités

    au cours des prochains mois afin d'obtenir la reconnaissance formelle du Ministère de l'Enseignement comme cela

    a été proposé par le Ministre lui-même en février 2003 ;

 

 

Si ces conditions sont acceptées par le Président Chezaud, je suspendrai toutes les activités visant à défendre ma liberté d'expression à l'Université Stendhal jusqu'à la rencontre prévue avec le Président Chezaud à la mi-octobre.

 

A cette rencontre, ainsi que les médiateurs du SNESup l'ont suggéré, nous pourrions raisonablement parler :

        i) du rétablissement immédiat du site internet du CEIMSA sur le serveur de l'Université Stendhal ;

        ii) de la reconnaissance du CEIMSA en tant qu'équipe émergente pendant une année de plus (comme cela

           avait été accordé par l'ancienne présidente de l'Université Stendhal, Lise Dumasy ;

 

        iii) une clarification de ce qu'a voulu dire précisément le Vice-président Michel Lafon durant la réunion du CS

            du 16 septembre "si je continue à recevoir du courrier défendant le droit du CEIMSA à exister à partir de

            maintenant, je prendrai des mesures drastiques (contre Francis Feeley) ;

 

        iv) la possibilité que je puisse lire le "grand dossier sur Francis Feeley" que le Président Patrick Chezaud a

            annoncé qu'il avait en sa possession durant la réunion du 16 septembre ;

 

        v) et une explication complète sur le fait que le Vice-président, Michel Lafon, n'a pas fait suivre au Ministère

            de l'enseignement le dossier dans lequel je faisais appel après l'avis défavorable en février 2003 ainsi que

            LE MINISTERE LUI-MËME M'AVAIT COSEILLE DE LE FAIRE afin que le CEIMSA puisse recevoir

            un "avis favorable" du Ministère. (De tels retournements ne sont pas rares, comme le montre le cas de notre

            collègue Bernard Floris dont le centre de recherche a été reconnu après avoir reçu précédemment un "avis

            défavorable" du Ministère, à la même époque que le CEIMSA.

 

 

Je te remercie à nouveau, Marc, pour ta conduite professionnelle dans cette affaire déplaisante en tant que représentant élu du SNESup à l'Université Stendhal dont la tâche consiste à protéger les collègues de la calomnie et de la diffamation et à défendre les traditions de liberté d'expression à l'université.

cordialement,

Francis Feeley

__________________________________________________________________

English version :

(Pre-Negotiations for the Proposed Negotiations with President Patrick Chezaud on 11 or 12 October 2004.)

To:     M. Marc Troisvallets

          Secretairy of SNESup Local at Stendhal University

          Stendhal University Grenoble 3

From:  Francis Feeley

           Professor of American Studies

           Dire